Protéger la forêt en danger : un impératif mondial

On estime que chaque minute, l’équivalent de 30 terrains de football de surface de forêt tropicale disparaît dans le monde. Selon le World Resources Institute (WRI), 12 millions d’hectares de bois tropicaux ont été détruits en 2018, soit la taille du Nicaragua. Or, les forêts jouent un rôle fondamental d’absorption du CO2, principal gaz à effet de serre responsable du changement climatique.

Le déboisement a donc des conséquences dramatiques pour les humains et leur environnement : il libère du carbone emmagasiné par les forêts tout au long de leur vie. Le réchauffement climatique affecte à son tour les écosystèmes en limitant leur capacité à stocker davantage de carbone. Les forêts jouent aussi un rôle clé dans l’équilibre fragile du cycle de l’eau.

 

On comprend ainsi que les forêts sont indispensables à l’équilibre climatique et qu’il faut à tout prix les préserver.

 

Si les forêts doivent être protégées, c’est aussi pour préserver la biodiversité irremplaçable d’espèces animales et végétales qu’elles abritent, ainsi que les femmes et les hommes qui en dépendent. Un tiers de la population mondiale utilise aujourd’hui du bois et des ressources naturelles issues de la forêt pour ses besoins vitaux (construction, cuisine, chauffage, activités génératrices de revenus notamment). La déforestation menace donc la vie de communautés entières, leurs territoires ancestraux, la nature et les services écosystémiques dont elles dépendent et les savoirs traditionnels dont elles sont détentrices.

 

Notre planète est en état d’urgence. Afin de garantir une planète solidaire et durable pour les femmes et les hommes où chacun(e) puisse vivre dignement, préservons nos forêts !

 

Comment agir pour la forêt ?

Lutte contre la déforestation

Élevage bovin, plantation de palmiers à huile, d’hévéa ou de soja, monoculture de cacao et de café, industrie minière, coupe de bois de chauffage et de construction, dérivés de bois… Les causes de la déforestation sont nombreuses et diverses. La lutte contre la déforestation doit toujours être la priorité n°1 car les forêts, parfois centenaires ou millénaires, et leur biodiversité unique, sont irremplaçables. Il est donc nécessaire de :

 

  • Transformer nos modèles de production et de consommation (et notamment la consommation de produits et de services ayant un impact direct sur la déforestation) ;
  • Sensibiliser toute la société aux enjeux de la déforestation ;
  • Proposer des alternatives viables aux communautés afin que les essences forestières les plus précieuses pour l’environnement ne soient pas déboisées.

 

déforestation

 

action de reforestation à Madagascar

Reforestation

Dans tous les scénarios du GIEC, pour limiter le réchauffement climatique à +2°C par rapport à l’ère préindustrielle, un développement conséquent des puits naturels de carbone (les forêts par exemple) est nécessaire, en complément des réductions massives d’émissions. Or, la plantation d’arbres par la reforestation est la méthode la plus simple, naturelle et efficace, et la moins coûteuse de séquestrer du carbone. La lutte contre la déforestation doit donc s’accompagner de la reforestation, notamment dans les zones tropicales. Ces régions sont parmi les plus menacées de la planète et recèlent les écosystèmes qui captent le plus de carbone, comme c’est le cas de l’Amazonie ou de la mangrove.

 

Les communautés riveraines doivent être, par ailleurs, le moteur de leur propre développement. C’est pourquoi Planète Urgence se veut solidaire et mobilisateur de moyens (financiers, techniques et humains) pour venir en soutien aux porteurs locaux de projets de reforestation et de développement local.

Protection de la biodiversité

Les experts de la Plate-forme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) ont rendu en mai 2019 le plus grand rapport jamais élaboré sur l’état de la biodiversité dans le monde. 1 million d’espèces animales et végétales sont aujourd’hui en danger d’extinction sur la planète, 60 % des populations de vertébrés ont disparu depuis quarante années, et ce rythme s’accélère. La diversité des espèces vivantes (micro-organismes, végétaux, animaux) est dangereusement menacée alors qu’elle joue un rôle déterminant pour l’environnement et les humains, notamment dans la production des aliments.

 

La vie sur Terre repose sur de multiples équilibres fragiles dont on commence à mesurer pleinement l’état de dégradation du fait de nos modes de vie.

 

Pourtant, des initiatives existent. Planète Urgence agit à sa mesure en collaboration avec ses partenaires locaux, acteurs directs de cette préservation, à la fois dans le cadre du programme Environnement & Développement, mais aussi à travers des missions de volontariat pour la protection et la valorisation de la biodiversité. L’objectif de ces missions est d’accompagner les acteurs locaux, aux côtés de scientifiques, pour recenser et mettre à jour des bases de données permettant de valoriser le patrimoine naturel (faune et flore) d’une zone d’intervention donnée, en particulier dans des réserves et aires protégées terrestres et marines.

 

Un oiseau dans une forêt tropicale en danger

Environnement & Développement

Depuis 2007, Planète Urgence apporte une réponse locale et intégrée aux pressions exercées sur les écosystèmes à travers le programme Environnement & Développement. Il consiste à accompagner des organisations locales porteuses de projets conciliant développement économique local et protection de l’environnement. Le programme renforce les moyens d’existence et les capacités de communautés pour accroître leur résilience au changement climatique.

Le coeur de son action est la reforestation, combinée à la sensibilisation environnementale et au développement économique par la structuration de filières issues des ressources naturelles, pour une gestion durable et commune de celles-ci.

Planète Urgence soutient actuellement des projets dans 3 pays (Indonésie, Madagascar et Cameroun) qui sont à la fois parmi les plus déforestés au monde, font partie des plus grands bassins mondiaux de forêts tropicales (humides et de savane), font face à de forts enjeux de développement durable, et sont particulièrement vulnérables aux effets du changement climatique.

1€ = 1 arbre planté

« 1€ = 1 abre planté » est une opération créée par Planète Urgence afin de financer son programme « Environnement & Développement » et donc la reforestation. Chaque projet soutenu grâce à cette opération répond à un triple objectif : restaurer l’environnement, accompagner le développement économique local et sensibiliser à la protection de l’environnement. L’ambition de Planète Urgence est de permettre à chaque citoyen de s’engager et d’agir pour la reforestation et l’aide au développement selon ses moyens.

biodiversité et développement

Nos pays d’intervention

reforestation cameroun

 

Cameroun

 

Le parc national de la Bénoué (PNB) fait partie des plus anciennes aires protégées du Cameroun. Il se situe dans la région Nord du Cameroun et constitue un enjeu important de conservation de la nature en Afrique Centrale. Planète Urgence a mis en œuvre le projet pilote « Filière Anacarde et Restauration d’Ecosystèmes » pour augmenter la résilience naturelle des écosystèmes fortement impactés par une pression humaine croissante, et renforcer les capacités d’adaptation des riverain(e)s aux effets du changement climatique.

reforestation indonésie

 

Indonésie

 

Depuis 2007, Planète Urgence et son programme Environnement & Développement sont présents en Indonésie. Tout commence avec un projet de restauration de la mangrove et de développement communautaire dans la province de Nord Sumatra à la suite du tsunami de 2006. Planète Urgence agit depuis dans le pays pour la préservation de la mangrove.

reforestation madagascar

 

Madagascar

 

Planète Urgence intervient depuis 2008 dans les régions d’Itasy et d’Analamanga. Ces deux régions se situent dans les Hautes Terres de Madagascar, au centre de l’île. Avec une approche partenariale centrée sur le renforcement de capacités, Planète Urgence travaille en vue de concilier protection de l’environnement et développement socio-économique des communautés locales.