10 mars 2023 • ACTUALITÉS

Les forêts et le changement climatique

Nous avons tous dit plus tard. 

Dans le cadre de sa nouvelle campagne autour de la journée internationale des forêts, Planète Urgence vous propose aujourd’hui de découvrir le rôle essentiel des forêts dans la lutte contre les changements climatiques.  

Dans son rapport de 2022, le GIEC le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat révèle que les puits de carbone naturels, et notamment les forêts, ne peuvent pas compenser les émissions de CO2 actuelles des Hommes.  

Le climat et les forêts ont un lien imprescriptible contribuant à l’équilibre de la planète. Cependant face aux activités humaines dévastatrices, la forêt devient elle aussi une victime du changement climatique.

 

Comment la forêt atténue-t-elle les effets du changement climatique ? 

 

Les forêts et le changement climatique.
Les forêts, 2ème puit de carbone mondial après les océans. 

Un puit de carbone est une sorte de réservoir à CO2, un des gaz à effet de serre contribuant à l’augmentation des températures. En effet, les arbres peuvent absorber et stocker ce dioxyde de carbone grâce à leurs feuilles, leurs branches et leurs troncs.

En France par exemple, d’après l’IGN, l’Institut public de référence pour l’information géographique et forestière, la forêt française absorbe presque 50 millions de tonnes de co2, soit environ 15% de nos émissions de gaz à effet de serre annuelles. Cela leur permet d’avoir un impact climatique positif en refroidissant leur environnement proche et en produisant de l’oxygène, tout cela grâce au phénomène de photosynthèse.

Lorsque l’on coupe un arbre, c’est donc tout le carbone qu’il a stocké pendant des décennies qui est relâché. Le GIEC a ainsi déclaré, dans son dernier rapport que certains puits de carbone forestiers sont maintenant devenus des sources de carbone à cause des feux et de la déforestation volontaire.
 

 

 

 

Les forêts, des barrières naturelles face aux catastrophes climatiques. 

L’intensification des catastrophes naturelles est aussi l’une des principales conséquences du changement climatique. Nous l’avons particulièrement remarqué durant les années 2020 à 2022 : les feux de forêts se sont multipliés dans certaines zones du monde, notamment au Chili, en Australie, mais aussi en France et en Sibérie. Les crues, les coulées de boue et les submersions sont elles aussi des marqueurs forts du changement climatiques, avec des pluies plus violentes et intenses ou la fonte des glaciers et calottes glaciaires. 

Cependant, les forêts peuvent jouer le rôle de protection face à certaines de ces catastrophes, et notamment sur les zones côtières à risque, tel que l’Indonésie ou le Brésil. Les mangroves sont des forêts entre terre et océan, qui en plus d’être des puits de carbone exceptionnels stockant 3 à 5 fois plus de CO2 que les forêts terrestres, réduisent aussi fortement l’impact des tsunamis, de la montée des eaux et des tempêtes. Présentes sur 75% des côtes des forêts tropicales, ces zones possèdent une biodiversité très riche et nécessitent, elles aussi, une protection accrue.  

Les forêts terrestres ont-elles aussi des avantages considérables pour contrer les effets du changement climatique. A Madagascar par exemple, les arbres plantés sur les collines permettent de stabiliser le sol pour réduire ainsi les éboulements lors des périodes cycloniques qui viendraient détruire les cultures des paysans dans les vallées.  

 

Les forêts, en danger face au changement climatique. 

 

Bien que les forêts apparaissent comme une solution du changement climatique, elles n’ont malheureusement pas le temps de s’adapter et souffrent gravement des variations de températures et des périodes de sécheresse de plus en plus longues.

En effet, les changements de température modifient la répartition de la pluie et du vent, entrainant une augmentation des inondations, des incendies et des tempêtes. Parallèlement, les sols s’assèchent et les arbres sont privés d’eau.

 

Ces phénomènes dégradent donc l’état global des forêts qui sont de plus en plus fragiles. En France, depuis 2018, ce sont plus de 300 000 hectares qui souffrent de dépérissement, selon l’Office National des Forêts. Cela correspond à 30 fois la taille de Paris. Afin d’éviter la prolifération des maladies sur les arbres sains, il est donc nécessaire de couper une partie de ces arbres.

Les forêts sont un réel levier pour lutter contre le changement climatique, cependant, sans adaptation de la part des Hommes pour réduire leur vulnérabilité et les préserver, leur superficie et capacité à absorber le CO2 risquent encore de diminuer au cours des prochaines années.

 


Nous avons tous dit plus tard. Et si nous agissions plutôt ? 

Je soutiens la campagne


 

VOUS AIMEREZ AUSSI…

Une réunion au sommet pour la délégation indonésienne de Planète Urgence

Une réunion au sommet pour la délégation indonésienne de Planète Urgence

Bonne nouvelle : depuis novembre 2022, la délégation indonésienne de Planète Urgence est devenue une entité légale indonésienne sous le nom de Yayasan Planet Urgensi Indonesia (YPUI) – Yayasan signifiant Fondation.…

Lire la suite

Des nouvelles du terrain – Notre délégation en Équateur

Des nouvelles du terrain – Notre délégation en Équateur

Avec sa diversité culturelle et ses paysages naturels abritant la plus forte densité de diversité animale et végétale au monde, l’Équateur regorge d’initiatives environnementales communautaires que la délégation de Planète…

Lire la suite

Madagascar : restaurer l’île rouge

Madagascar : restaurer l’île rouge

Avec une superficie de 591 8961 km2 et comptant environ 28 177 7622 d’habitants, Madagascar est la 4ème plus grande île du monde. Située dans l’Océan Indien, l’île possède une biodiversité…

Lire la suite

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER