Projet FARE | Filière anacarde & restauration d’écosystèmes au Cameroun

Programme Environnement & Développement

Nos projets environnement et développement

Projet FARE | Filière anacarde & restauration d’écosystèmes au Cameroun

projet de reforestation d'anacardiers, de restauration de corridors de migration de la faune sauvage et d'appui au développement.

Contexte

Le parc de la Bénoué fait partie des plus anciennes aires protégées du Cameroun. Il se situe dans la région Nord du Cameroun et constitue un enjeu important de conservation de la nature en Afrique Centrale. Constituée majoritairement d’écosystèmes de savanes soudano‐sahéliennes, cette zone est notamment connue pour abriter un nombre important d’espèces animales phares représentatives de ce type d’habitat : girafes, élands de Derby, hippopotames, crocodiles, etc.


Depuis 2004
, Planète Urgence agit au Cameroun grâce au Congé Solidaire® en appui au développement de projets touchant plusieurs zones classées « aires protégées ». Ces missions ont pour objectif de renforcer les capacités des associations de protection de l’environnement et de participer aux inventaires menés par les équipes scientifiques partenaires. L’enjeu central consiste bien souvent à permettre à chaque acteur (communautés, acteurs de la conservation, associations) de collaborer afin de répondre aux contraintes et objectifs de chacun tout en valorisant la biodiversité et les ressources naturelles locales.

Ainsi, Planète Urgence a noué un partenariat avec le Parc National de Campo Ma’an en 2013, dans le cadre d’une action de recensement de la faune menacée par le braconnage. En 2018, un nouveau partenariat a été conclu avec les associations Tube Awù et ACBM pour protéger les tortues marines et les mammifères marins.

En mars 2019, Planète Urgence a initié le projet pilote « Filière Anacarde et Restauration d’Ecosystèmes (FARE) » qui accompagne son partenaire, l’organisation de la société civile CERAF-Nord, dans la mise en œuvre d’un projet de reforestation d’anacardiers (arbres à noix de cajou), de restauration de corridors de migration de la faune sauvage et d’appui à la production et à l’entretien de vergers d’anacardiers en vue du développement de la filière, en faveur de populations riveraines du parc national de la Bénoué.

Objectif

Le projet est mené en périphérie (ZIC1 et ZIC4, voir carte) du Parc National de la Bénoué (PNB), dans l’arrondissement de Tchollire, département du Mayo-Rey, région du Nord Cameroun. L’objectif de travailler avec CERAF-Nord est d’augmenter la résilience naturelle des écosystèmes fortement impactés par une pression humaine croissante et de renforcer les capacités d’adaptation des riverain(e)s aux conséquences des effets dus au changement climatique.

Activités

Ce projet contribue à l’atteinte des Objectifs de Développement Durable suivants :
N°1 – éliminer l’extrême  pauvreté et la faim (à travers la diversification des revenus)
N°13 – lutter d’urgence contre les changements climatiques et leurs répercussions (par la séquestration de carbone et le renforcement de la résilience des écosystèmes et communautés)
N°15 – préserver et restaurer les écosystèmes terrestres (par la protection de la faune et de la flore)

 

Ce projet s’établit dans la continuité d’une action menée en 2018 par l’association Man and Nature avec le CERAF-Nord. Cette complémentarité permet d’accompagner une dynamique naissante autour du développement de filières économiques vertes et de participer indirectement à la sauvegarde de la biodiversité du Parc de la Bénoué.

Actions → Préparer les pépinières, acheminer les semences, mettre en pot les semences, suivre l’arrosage et la croissance des plants en pépinières, distribuer les plants aux producteurs mobilisés autour de la filière afin de leur permettre de les planter et de les entretenir

40 000 anacardiers plantés

400 ha de parcelles reboisées

Actions → Former des personnes ressources diffusant les techniques de création et entretien de pépinières, de mise en terre des plants, puis d’entretien et de suivi des vergers, et mener une réflexion participative sur l’organisation à mettre en œuvre pour structurer les acteurs de cette future filière.

5 pépinières pérennisées

400 producteurs formés et accompagnés

Impact attendu

REBOISEMENT DE ZONES PERIPHERIQUES DU PARC

Participer à la restauration des espaces dégradés par le reboisement de vergers d’anacardiers en périphérie du Parc National de la Bénoué est l’action centrale du projet. L’intervention consistera à collaborer avec les agriculteurs/trices mobilisé(e)s au sein des communautés ciblées pour mettre en place des pépinières communautaires et individuelles, ainsi que reboiser les plants d’anacardiers ainsi produits, en assurant la protection des pépinières et des vergers. Cela passera également par des actions de concertation et de sensibilisation. Les bénéficiaires seront ainsi doté(e)s d’outils et de connaissances permettant de sensibiliser à leur tour les autres membres de leur communautés et les générations futures. Les arbres plantés favoriseront la régénération de corridors naturels dégradés jusqu’alors par une pression humaine croissante (riverains et migrants à la recherche de terres cultivables et d’habitation) et par conséquent, le retour de la faune sauvage dans ces corridors de migration censés assurer une connectivité naturelle entre les 3 parcs nationaux de la région du Nord. Le projet aura ainsi un impact positif en matière de protection de la biodiversité et de capacité d’adaptation accrue aux effets du changement climatique, mais aussi en termes d’atténuation à travers le stockage de carbone permis par la régénération écosystémique.

 

INDÉPENDANCE ÉCONOMIQUE DES COMMUNAUTÉS

Afin de favoriser l’autonomisation des communautés, Planète Urgence et son partenaire souhaitent renforcer les capacités des producteurs de la filière anacarde (en gestation) en matière de techniques culturales et de suivi des plantations, et également par la suite d’accompagner leur structuration. Sensibiliser les populations à l’importance de la reforestation et de la diversification des sources de revenus est au cœur de l’objectif 2019. Les producteurs disposeront à terme de conditions de vie améliorées grâce aux revenus générés par la production et la vente de noix de cajou. Cela contribuera à diversifier et sécuriser leurs moyens d’existence, particulièrement durant les périodes de soudure où, dans cette région soudano-sahélienne à seulement deux saisons annuelles (sèche et humide), les récoltes des cultures traditionnelles locales viennent à manquer. A plus long terme, la collaboration « Conservation du parc de la Bénoué – associations locales – communautés et villages – entreprises de la filière anacarde » pourra générer les impacts suivants : diminution de la pression anthropique sur les ressources du PNB (faune et flore), création de revenus additionnels pour les communautés, nouvelles activités de transformation de produits issus de l’anacardier (jus à base de pommes de cajou), etc. 

 

Planter des arbres

Résumé du projet

Cameroun

Début du projet : 2019


40 000 arbres plantés

400 bénéficiaires directs

bénéficiaires indirects

heures d'intervention