Join the team

Current offers

Do you want to join Planète Urgence as a volunteer, employee or do a volunteering mission? Discover our offers here!

 

Assistant(e) Communication Digitale

Planète Urgence recrute sa/son stagiaire en communication digitale pour août 2022 ! Un stage très varié et responsabilisant, directement intégré dans l’équipe Communication de l’association.

Fiche de poste

Assistant(e) Partenariats Entreprises

Afin de soutenir l’équipe Partenariat Entreprise, au sein du pôle Développement, l’Assistant.e Partenariats entreprises et mécénat contribue à l’ensemble des efforts de développement de l’association auprès des entreprises, en participant tant à des missions d’animation de la communauté des mécènes qu’à la mise en œuvre d’actions de prospection ou de fidélisation des partenaires.

Fiche de poste

Assistant(e) de projet FORET

Dans le cadre de ce poste, vous serez rattaché directement à la coordinatrice du programme FORET au sein de l’équipe opération, et travaillerez en appui à la coordinatrice et à la chargée de projets FORET.

Fiche de poste

Assistant(e) en Gestion des Ressources Humaines – Madagascar

Planète Urgence recrute pour sa Délégation Malgache un assistant(e) en gestion des Ressources Humaines !

Sous la responsabilité du Responsable administratif et financier (RAF) la personne recrutée aura pour mission, entre autres, de piloter la structuration des ressources humaines, d’assurer le développement des compétences de l’équipe ou encore de participer activement à la structuration du service administratif et financier.

Fiche de poste

Responsable Climat

Le poste de Responsable Climat est une création de poste. Rattaché dans un premier temps à la direction générale, il a pour objectif d’améliorer l’impact climat des projets et de s’assurer du suivi des indicateurs climat – notamment dans le cadre d’évaluation certifiées ou non de certains projets.

Fiche de poste

Responsable Administratif et Financier

Devenez le point focal sur les sujets financiers et administratifs de Planète Urgence au siège parisien de l’association et intégrez son comité de direction ! Un poste en interaction avec tous les pays de l’association, mêlant le suivi opérationnel et le pilotage stratégique.

Fiche de poste

Missions de mécénat de compétences

Votre entreprise vous offre la possibilité de faire du mécénat de compétence longue durée ?

C’est tout trouvé ! Pourquoi ne pas passer plusieurs mois dans l’équipe Planète Urgence ?

Voici 3 offres qui pourraient vous intéresser (cliquez sur l’intitulé pour télécharger la fiche de poste correspondante) :

  1. Coordinatrice.teur du Réseau des Ambassadeurs
  2. Assistant.e d’équipe
  3. Coordinateur/trice Fondations-Bailleurs

SODEPAC INTERNATIONAL CAMEROUN

ESSP SAS CAMEROUN

CGI Cameroun

Marius AURENTI Indonésie

GOODEED Madagascar

Projet TAPIA | Preservation of the tapia forest, wild silk and beekeeping in Madagascar.

Projet MAHAKAM | Mangrove restoration and local development

Projet DIABE | Integrated Development, Planning and Wood-Energy

Projet CAMERR | Cameroon Mangrove Ecosystem Restoration and Resilience

Projet FARE | Cashew nut sector & ecosystem restoration in Cameroon

Projet MERCI | Mangrove Ecosystem and Javan Rhinoceros Conservation in Indonesia

The Ocean: an ecosystem very similar to forests

Are you more attracted to the forest or the sea?  This question invites us to separate these two worlds, but are these ecosystems really so different? This is the question that Planète Urgence, an association for the preservation and restoration of forests, has chosen to answer in partnership with Surfrider Foundation Europe, an association for the preservation of the ocean.  Discover in this article their similarities and differences to better understand and preserve them.  

Forests and oceans: an indispensable climatic role 

  Our planet captures 50% of atmospheric CO2 emissions through natural carbon sinks, including oceans and forests. A carbon sink is a natural or artificial reservoir that absorbs CO2 emissions from the atmosphere and stores them over the long term. The carbon sink that forests represent functions mainly through photosynthesis. This phenomenon is a biochemical reaction in plants that uses the sun’s energy to fix CO2 in the form of organic matter. Thus, the organic biomass (roots, leaves, trunk) stores carbon. Deforestation therefore reduces this biomass and, if the trees are burned, they release into the atmosphere the CO2 stored during their growth.   The Ocean also uses the phenomenon of photosynthesis, and stores nearly 30% of GHGs (the main one being CO₂). Phytoplankton, also known as the “forest of the sea”, is a microscopic algae that absorbs atmospheric CO2, then dies, falls to the bottom of the Ocean, and sequesters the carbon in the depths. The Ocean also acts as a physical-chemical pump that absorbs and dissolves some atmospheric CO₂ during the constant exchanges that take place between the Ocean’s surface and the atmosphere. These two ecosystems therefore play an important role in the capture of greenhouse gases and actively participate in curbing climate change.    The ocean covers 70% of the surface of our planet and is essential in the process of climate regulation. Thanks to the numerous currents that flow through it, the so-called “ocean conveyor belt” distributes and circulates water masses across the globe, allowing for the regulation of both water and land temperatures. Beyond carbon storage, these two ecosystems play a major role in protecting and adapting to the effects of climate change.   Take the example of the coastline – the first line of defense during tsunamis or flooding waves. Coral reefs can absorb up to 90% of the force of a wave’s impact and act as bulwarks against sea level rise, erosion and natural disasters. Mangroves are the direct link between the ocean and the forest, as they are nicknamed “the forest of the sea”. Mangrove forests are tropical forests, whose roots are immersed in the sea, and develop under difficult living conditions. Mangroves are located in tropical and subtropical areas, mainly in Africa (except South Africa), Southeast Asia and part of America (from Florida to Brazil). These mangrove forests have an essential role during extreme climatic events such as tsunamis because they form a natural barrier against rising waters and play a crucial role of “buffer” between land and sea. A study in the scientific journal Science indicates that 30 coastal trees per 100 square meters can reduce the flow of a tsunami by up to 90%.    

 Forests and oceans: the world’s home to biodiversity   

  In addition to being essential to climate regulation through their ability to absorb carbon, forests and oceans are living spaces with a rich biodiversity that also plays its role in sustaining life on Earth. Biodiversity can be described as the variety and variability of living organisms and the ecosystems in which they live. The ocean has 280,000 species and remains a largely unexplored area. In fact, it is estimated that it could be home to up to 10 million different species if we explored it fully. In 2020, researchers discovered a new species of crustacean at 6,900 meters from the surface in the Mariana Trench, the deepest place in the world currently recorded. Although recently discovered, this species of barely one centimeter already bore the stigma of plastic pollution since the researchers discovered a microplastic in the intestine of one of these crustaceans. To raise awareness of the impact of plastic on marine biodiversity, the species was named “Eurythenes plasticus”. Forests are the natural habitat of 80% of amphibian species, 75% of bird species and 68% of mammal species, and are home to 80% of the world’s terrestrial biodiversity (Wilson, 1992). Again, many of the species living in this ecosystem are still unknown to humans. Recently, in the tropical forests of northeastern Madagascar, scientists discovered a new species of chameleon the size of a sunflower seed. Named Brookesia nana (or B. nana), this species would be the smallest reptile in the world. The discovery of such a small reptile highlights the incredible biodiversity of the forests of Madagascar, which is unfortunately largely endangered. This new species should soon join the list of critically endangered species. Forests and oceans are therefore the largest reservoirs of biodiversity, but also reservoirs that are extremely fragile due to human activities, as shown in the previous examples. The IUCN (International Union for Conservation of Nature) Red List is the world inventory of the conservation status of plant and animal species. In its last edition, the World Red List classified 40,084 species as threatened out of 142,577 recorded in the world, i.e. about 30% of the total species! Among these species, we can find animals and ecosystems living in the ocean: the blue whale, the sunfish or the organ coral. But also species living in the forests: the Java rhinoceros, the red panda or the Borneo nose monkey.

Forêt et Océan, deux grandes victimes des activités humaines  

  Noise pollution, hydrocarbons, plastics, pesticides, overexploitation… Oceans and forests are essential to human beings, yet human activities continue to weaken and destroy these ecosystems. Products from human activities discharged into the ocean and forests pollute and have many consequences on their ecosystems. The example of plastic pollution is alarming : with 8 million tonnes dumped into the ocean each year, the consequences are numerous and devastating. Plastic insinuates itself into all aspects of our lives and makes terrestrial and marine ecosystems already weakened by climate change even more vulnerable. It is estimated that 90% of seabirds have plastic fragments in their stomachs. All this waste from human activities directly impacts wildlife, can lead to injuries, and in many cases premature death. Plastic waste sometimes turns into plastic microparticles which, like pesticides, disperse toxic materials that are dangerous for animals and terrestrial and aquatic ecosystems, but also for humans. Harmful chemicals can be released from the plastic into the surrounding soil, which then infiltrate into groundwater or other surrounding water sources. These microplastics can be found in the form of fragments, which once in nature will pollute, not only because of the ingredients that compose them, but also because of to their absorbent property similar to a sponge which can recover and transport chemical and toxic substances. 80% of ocean pollution comes from rivers. To reduce plastic pollution at the source it is therefore necessary to position ourselves upstream to understand and avoid it. With the Plastic Origins project, Surfrider wants to combine participatory science and artificial intelligence to study this pollution which begins on land, before flowing into the sea. Knowing and understanding the origin and distribution of waste in waterways allows us to target directly priority action areas and act locally to put an end to it. This citizen gesture possible thanks to an application shows once again the need to rethink our production and our consumption of plastic, which always ends up where it should not: in our forests, the bed of our rivers and our oceans. Mangroves, these forests between land and sea, are particularly affected by pollution due to human activities, since they are subject to both the simultaneous pollution suffered by the forests and the seas. In Cameroon, it is not uncommon to find hydrocarbons in the mangroves (globally, the quantity of hydrocarbons introduced into the oceans by human activity is estimated at six million tons per year) but also plastic bottles and other human waste. This is why it is necessary to put in place natural barriers against plastic to protect mangrove plantations, as Planète Urgence’s teams can do in Indonesia. Every day, in addition to polluting, human activities overuse nature. This is why for a few years, to bring these excesses to light, we have been talking about the day of the overshoot. It is calculated by the NGO Global Footprint Network and corresponds to the date of the year, from which humanity has consumed all the resources that the planet is capable of regenerating in one year. Over the past 40 years, populations of marine species have declined by 39%. Overfishing is a key factor, since 29% of the world’s fish stocks are overexploited. (figures from the WWF fish forward project – 2015/2017). The overexploitation of wood is mainly linked to the eruption of illegal wood. According to a 2010 WWF study, 23% of forest products imported into Europe are presumed to be of illegal origin.  

Forests and oceans: Preserving them is urgent

 
“If the world is within you, I would put myself in the shade of your forest and bathe in the ocean of your heart…”  – Descrea
  Forests and oceans are therefore both ecosystems that are essential for the fight against global warming and the survival of biodiversity and human beings. Understanding them, knowing their vulnerabilities and the causes of their endangerment is essential for raising awareness to reduce as much as possible the negative impact caused by human activities. In the latest report of the IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change), experts presented a set of solutions called “climate resilient development” and reminded that the protection and restoration of ecosystems are essential. “Climate risks can be reduced by empowering nature.” Moving towards solutions that respect and are inspired by nature is a necessity, not an option. In the long term, the cost they will generate will be lower compared to the costs of the consequences of climate change. If we do not react, it is those who are already the most vulnerable who will pay a heavy price, and in general no one will be spared. We must adapt our lifestyles to limit the harmful effects of global warming as much as possible. The survival of entire ecosystems, on land and in our seas, depends on it. Some consequences are already irreversible, but it is still possible to act for a future in a livable world. For this, it is essential to limit global warming to 2°C, and we do not have three years to do so, we must act now.   Planète Urgence and Surfrider Europe are both committed to these two essential ecosystems: one for the preservation of forests and the other for the protection of the ocean. To learn more about their projects and how to support them click here:          

Sources et Webography :

 
  •   Planète Énergie, Forêts et océans : un rôle irremplaçable, 2015
https://www.planete-energies.com/fr/medias/decryptages/forets-et-oceans-un-role-irremplacable
  • EcoTree , Les forêts sont-elles des puits de carbone, avril 2021
https://ecotree.green/blog/les-forets-sont-elles-des-puits-de-carbone
  • Ocean Climate, l’océan puits de carbone
https://ocean-climate.org/sensibilisation/locean-puits-de-carbone/  
  • CNRS, l’océan, puits de carbone à l’avenir incertain
https://www.insu.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/locean-puits-de-carbone-lavenir-incertain  
  • Up Magazine, Ces forêts au fond des océans pourraient nous aider face à la crise climatique
https://up-magazine.info/planete/biodiversite/61469-ces-forets-au-fond-des-oceans-pourraient-nous-aider-face-a-la-crise-climatique/   
  • Le Monde, Protéger la biodiversité océanique, un rempart contre le changement climatique, juin 2020
https://www.lemonde.fr/blog/oceanclimat/2020/06/08/proteger-la-biodiversite-oceanique-un-rempart-contre-le-changement-climatique/ 
  • Good Planet, Une désoxygénation de l’océan « importante et potentiellement irréversible » a commencé à se produire en 2021, février 2022
https://www.goodplanet.info/2022/02/20/une-desoxygenation-de-locean-importante-et-potentiellement-irreversible-a-commence-a-se-produire-en-2021/
  • Oceanopolis,  Les origines de la pollution marine
https://www.oceanopolis.com/pollution-marine /  
  • Conservation Nature, La forêt : un écosystème abritant une grande richesse écologique
https://www.conservation-nature.fr/ecosysteme/foret/   
  • You Matter, déforestation : définitions, cause
https://youmatter.world/fr/definition/deforestation-definition-causes-consequences-solutions/ 
  • FAO, la forêt, l’homme et ses besoins vitaux
https://www.fao.org/3/XII/0949-A1.htm 
  • UNEP, planète plastique : de minuscules particules de plastiques polluent notre sol
https://www.unep.org/fr/actualites-et-recits/recit/planete-plastique-de-minuscules-particules-de-plastique-polluent-notre 
  • OFB, Qu’est ce que la biodiversité
https://www.ofb.gouv.fr/quest-ce-que-la-biodiversite 
  • National géographie, Découverte : ce caméléon serait le plus petit reptile au monde
https://www.nationalgeographic.fr/animaux/decouverte-ce-cameleon-serait-le-plus-petit-reptile-au-monde 
  • Liberation, un nouvelle espèce des abysses découverte et déjà contaminée par le plastique
https://www.liberation.fr/terre/2020/03/10/une-nouvelle-espece-des-abysses-decouverte-et-deja-contaminee-par-le-plastique_1780808/ 
  • Descrea, citation ouest France
https://citations.ouest-france.fr/citation-descrea/monde-toi-mettrais-ombre-foret-100935.html 
  • Livehoods, INDONESIE : revitaliser des villages côtiers et susciter de nouvelles activités grâce aux mangroves
https://livelihoods.eu/fr/portfolio/yagasu-indonesia/  
  • Fishfoward, Supêche, les chiffres qui font mal
https://www.fishforward.eu/fr/facts-figures/ 
  • WWF, pour un approvisionnement responsable en bois
https://www.wwf.fr/champs-daction/foret/approvisionnement-responsable/bois
  • Science, Plastic waste inputs from land into the ocean
https://www.science.org/doi/10.1126/science.1260352 
  • ACS, Clinical Pathology of Plastic Ingestion in Marine Birds and Relationships with Blood Chemistry

https://pubs.acs.org/doi/10.1021/acs.est.9b02098  
  • Ocean Climate, l’océan pompe à carbone
https://ocean-climate.org/presentation-des-fiches-scientifiques-ocean-et-climat/locean-pompe-a-carbone/ 

The forest : from an indicator to a solution to climate change

As global warming accelerates, awareness is growing and actors such as Planète Urgence have started a race against time to reduce the impacts of climate change.  In its latest report published in April 2022, the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) issued a set of solutions to be implemented today in order to reduce the disastrous consequences of climate change and ensure a « livable future ». Indeed, the UN climate experts estimate that global warming would already endanger 3.3 to 3.6 billion people living in “highly vulnerable” areas. 1 billion people are likely to live in coastal areas threatened by rising sea levels by 2050. And all these consequences on ecosystems and populations would be more severe, more numerous and faster than initially expected.  These impacts are already visible in the world: ecosystems are very fragile, the loss of biodiversity is significant and the resilience of human beings is more than ever put to the test.  Faced with this reality, our collective challenge is twofold. We must reduce change by decreasing our gas emissions, preserve and increase the sequestration capacity of carbon « sinks », but also adapt humans to change their lifestyle and make it coherent with the environmental reality. This is an immediate necessity and it must be collective: finding solutions to respect the Paris agreements has never been more important.   
« We are at a crossroads. The decisions we make now can ensure a livable future. We have the tools and knowledge to limit global warming. »  Hoesung Lee, IPCC president
  The subjects of climate and forests are intrinsically linked since forests contribute to climate stabilization. Despite all its benefits, the forest remains highly vulnerable to climate change, particularly due to human activities. Faced with this emergency, how can we understand the issue of preservation and restoration of forests in the context of climate change? Let’s look at the ways that forests stabilize the climate and, paradoxically, also represent a victim of it. Finally, let’s see how Planète Urgence contributes to this balance through the preservation of forests.   

The forest, a climate stabilizer 

  The climate is the result of the interactions of components such as forests, oceans, animals, plants, soils, air and atmosphere. All these elements form a fragile balance and are therefore dependent on the evolution of each component. The forest plays an essential role in this climate regulation, since it has many benefits : 
  • They sequesters carbon and produces oxygen 
The forest is what we call a “carbon sink” which can therefore reduce the greenhouse effect. In simple terms, the greenhouse effect is a layer of different gases – the so-called greenhouse gases, such as carbon dioxide (CO2), methane (CH4) or nitrous oxide (N2O) – that retains the sun’s heat on earth. The greenhouse effect is a natural phenomenon that is essential to sustain life on Earth, since without the greenhouse effect, the planet would be 33°C colder! When greenhouse gases are emitted, some of them are absorbed by sinks and the rest remain in the atmosphere and generate an additional greenhouse effect.   Forests represent the second largest carbon sink in the world after the oceans. Indeed, to feed itself and grow, a tree captures carbon dioxide in its leaves and bark, light through its leaves and water through its roots. It then transforms these 3 elements during the process of photosynthesis, which allows it to produce sap and oxygen that it then releases into the atmosphere. Mangroves, forests between land and sea, contribute 3 to 5 times more to this capacity of storage of atmospheric CO2 than temperate forests and have a proportionally very high climate impact.   
Today, the forest is a very well known tool for actors who want to have a concrete contribution to climate change. However, it is necessary to be aware that this impact should not only be measured in tons of carbon sequestered but that it is also active at multiple levels as important.“   Renaud Bettin – Climat expert at Sweep 
 
  • They regulates the water cycle 
Forests regulate the water cycle by holding water in the soil, filtering it through the roots and evapotranspiration through the leaves. They therefore absorb large volumes of this essential resource, which they gradually redistribute into the atmosphere and the soil, thereby limiting erosion and consequently floods, landslides and landslides.   Do you know the flying rivers over the Amazon? This natural and unknown phenomenon linked to the Amazonian forest is essential for the water cycle.  
“Flying rivers are large volumes of water in the state of vapor that move with the wind…. Along its path, the water vapor recycles over the forest, generating rainfall and capturing the transpiration of the trees. Then, as it moves towards the rest of the continent and leaves the forest, it causes precipitation, supplying water to areas that would otherwise be much drier. »  Comments from the pilot and eco-explorer Gerard Moss and Professor Antonio Nobre, researcher at the Brazilian National Institute for Space Research (INPE), collected by GEO 
 
  • It contributes to the planetary thermal regulation 
Forests reduce the temperature of their immediate environment thanks to evapotranspiration, which is directly linked to water. Indeed, the more trees and biomass a forest has, the more water it retains, whose evapotranspiration refreshes the ambient temperature. This natural cooling can sometimes even be of the order of several degrees (“on average 2.1° in summer”, L’Express, 2021)!   
  • It constitutes a natural barrier against climatic events 
Forests represent a natural barrier against climatic catastrophes. Mangroves located in coastal areas, for example, prevent the soil from degrading excessively, prevent the water from rising and can thus reduce the damage caused by tsunamis. A study by the scientific journal Science following the 2004 tsunami in the Aceh region, which caused 220,000 deaths, indicates that 30 coastal trees per 100 square meters can reduce the flow of a tsunami by up to 90%1. The same protective power was further documented during a 2018 tsunami earthquake on the island of Sulawesi2:    
“The houses in the villages of Kabonga and Labuan Bajo, in the Donggala district, were not devastated because they were protected by a mangrove forest of 50 to 70 meters thick. The neighboring villages without mangroves were devastated by a 5-meter high wave, while in these two villages its strength was reduced to 1 meter thanks to this green barrier.”  Widjo Kongko, tsunami specialist 
  We now understand that forests are the guardians of the climate. They are inseparable from the solutions to be prioritized to ensure mitigation and adaptation to climate change. But unfortunately, they are also among the first victims.    

The forest, a victim of climate 

  Forests are firstly threatened by the increase in temperature. The massive destruction of these ecosystems contributes to this thermal rise for two reasons: 
  • Cutting down a tree prevents it from sequestering carbon and worse, releases in a few minutes the carbon stored in it for decades! And, as we know, greenhouse gas emissions, including carbon, are the primary cause of global warming. 
  • The climate is changing very rapidly – too rapidly for trees to adapt to changing environments. Temperature variations, increasingly long and harsh droughts… the world’s forests are seeing entire stands wither away, such as those of beech in Europe, which have not fared well during recent summer droughts. 
Climate change is also the cause of disasters that will have a direct impact on the sustainability of forests: increase in forest fires ever more widespread and destructive, frequent flooding in some regions of the world, loss of biodiversity and development of invasive species … The forest must already cope with massive exogenous changes.    
“We have a 5% chance of staying below 2°C. Despite a slow start, adaptation is beginning to enter the heart of discussions and must be associated with development objectives for local populations.” Renaud Bettin – expert Climat chez Sweep  
  In some regions, climate change accentuates the phenomenon of desertification. Planète Urgence fights against desertification in Cameroon, one of the major fronts of deforestation classified by the FAO since 2018, through its project FARE. This project aims to preserve and restore the environment of the Benue National Park and its periphery, an area at high risk of desertification, and to increase the resilience of local communities. The implementing partner, CERAF-Nord, is implementing the restoration of wildlife migration corridors through the development of agroforestry based on the reforestation of cashew trees. Thanks to this economic chain, producers can learn new sustainable farming practices, organize themselves into cooperatives and thus optimize their stock and sales channels.  The producers will eventually see their living conditions improved thanks to the income generated by the production and sale of cashew nuts, but also by agroforestry side crops (corn, tomatoes, beans, etc.). This will help diversify and secure their livelihoods, particularly during the lean season (the period between the last harvest of last year and the first harvest of the year) when, in this Sudano-Sahelian region with only two annual seasons (dry and wet), the harvests of traditional local crops are scarce.    

Planète Urgence an actor for the climate and forests 

  Planète Urgence was created in the year 2000 and was one of the first associations to alert the public in 2006 and to mobilize for the climate emergency. The association wishes to provide concrete responses to the challenge of climate change and is committed to combine mitigation actions through the preservation and restoration of forests; adaptation actions by supporting the most vulnerable populations, mobilization and awareness.  Mitigation through the preservation of forests  Planète Urgence has been preserving and restoring tropical forests since 2007 and therefore plays a role in mitigating climate change on two levels: reforestation and conservation of existing forests. With more than 11 million trees planted in Haiti, Mali, Indonesia, Madagascar and Cameroon, Planète Urgence is acting on the world’s carbon sinks.  The preservation of forests and the fight against deforestation in the projects allow us to reduce carbon emissions. Indeed, 93% of the wood deforested by man is burned, which amounts to releasing into the atmosphere all of the carbon that had been sequestered by the trees throughout their lives. To fight deforestation, Planète Urgence creates, for example, income alternatives that prevent local populations from depending on wood cutting for their survival.    Helping local populations to adapt  As the +2°C goal for global warming has unfortunately been exceeded, Planète Urgence is helping territories and inhabitants to adapt to these present and future changes. The Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) has clarified the risks linked to the increase in temperature: droughts, floods, flooding… Each intervention of Planète Urgence must therefore integrate an analysis of these risks and a response adapted to them. One of the actions of the association is the planting of mangroves along the most vulnerable coasts in order to protect coastal villages from flooding.    Raising awareness and mobilizing stakeholders on climate change  Another action is also essential in the eyes of the association: the awareness and mobilization of all actors to climate change. We are convinced that the necessary movement in favor of changing practices will only be possible by explaining the origins and consequences of climate change, and its link to humans and biodiversity. The association has therefore set up projects in the countries where it operates, but also in France, to raise awareness of these issues among young and old alike. In particular, in 2021 it initiated the Planète Education project in schools in Benin to provide information to teachers on forests, climate and biodiversity.  Planète Urgence wishes to have an integrated approach and to have an increasing impact on climate issues by working on the reduction of emissions, sequestration via the increase of global carbon sinks, and adaptation and mobilization of populations.  The preservation and restoration of forests is essential in the fight against climate change. These ecosystems are indeed full of multiple benefits related to climate such as temperature and water cycle regulation, erosion control, carbon sequestration, and adaptation of human living conditions.  Forests respond to this double climate challenge: they reduce it thanks to their function of carbon sink and give a chance to the women and men surviving thanks to them to adapt to this new reality.  The COP and the Climate Summits are therefore urging governments and companies to do more in terms of preserving and restoring forests for the climate. This is a necessity but it is far from sufficient. Sweep and Planète Urgence are among the actors who promote the climate contribution, notably through forests, and encourage everyone, private actors and citizens alike, to make a concrete commitment to this issue.     Article co-written with Renaud Bettin, climate expert at Sweep  To help Planète Urgence in its actions in favor of the climate: 

Donate

  To learn more about Sweep and understand how to engage your company in reducing these climate impacts: https://www.sweep.net/     

Sources & Webography

 

[Volunteering] Congé Solidaire® missions are opening in 3 countries !

Mission Equateur juillet 2021    

Ecuador: the first country to reopen 

  In April 2020, following a study carried out by Planète Urgence with 209 local associations, 96% of them said they were impacted in their daily activities, and had to reduce or adapt their actions. 62% of them counted in particular at the time on volunteering to help them get out of the crisis. In order to overcome this impossibility of travel and the needs of local partners who are always present, Planète Urgence then created e-volunteering, a 100% digital system delivered remotely.  With the recent reopening of the Ecuadorian borders and the easing of sanitary conditions, local associations such as the Sumac Muyu Foundation for biodiversity missions can now receive volunteers on Congé Solidaire®.  After 1 year and 5 months of inactivity, 5 volunteers were the first to return to survey the biodiversity in the Rio Bigal reserve in the Ecuadorian Amazon at the beginning of July. 9 more are expected this summer with the same local partner.   

A second country reopens its borders: Cameroon 

  A country in West and Central Africa has been added to the list of countries reopened to international travel: Cameroon.  After an in-depth analysis of the health and security situation, Planète Urgence has decided to reopen the Congé Solidaire® missions also in this country of historical intervention of the association. Capacity building and biodiversity protection missions will therefore be planned from October 1, 2021 with around fifteen local associations!   

Benin can also welcome volunteers 

  Benin can also welcome volunteers  Good news ; Planète Urgence is able to reopen its missions in Benin from November 1st! Country in which the association has been present for a long time with many local partners who were impatiently awaiting the reopening of Congé Solidaire®!  For the smooth running of a mission in Benin, the volunteer will be asked to carry out a test on arrival and departure from Benin to obtain the results between 12h and 24h. Each test will cost the volunteer €115, or €230 for the 2 tests. In order to facilitate applications and departures to Benin, we recommend that companies study the possibility of paying for these tests on an expense note so that their costs are not an obstacle to their departure on a mission.  The association remains confident in the possibility that other West African countries may soon be open to short-term volunteering.  Who says reopening of borders and missions during health periods, obviously means strengthening the security protocol and support for volunteers.   

A strict security protocol for a serene recovery 

  Planète Urgence attaches great caution in the choice of its intervention sites, inseparable from the implementation of strict security procedures taking into account the specific characteristics of each country. These are defined by the Ministry of Foreign Affairs itself according to the health and social environment of the said countries. The current health situation has therefore led to increased vigilance by the association regarding the sending of volunteers in the face of an epidemic risk.  This is why, in addition to the 9 essential criteria for the reopening of a country and a mission, the association has changed its security protocol, in particular on the state of the epidemic in the host country.   Le protocole de sécurité regroupant toutes les conditions de départ peut être téléchargé ici pour lecture complète.

The commitment of the ambassadors continues in 2022!

We are currently witnessing the transformations taking place on the scale of our Planet: The effects of climate change are visible and affect our environment. Planète Solidaire, a community of ambassadors and volunteers no longer want to be spectators but actors in the preservation of the environment and biodiversity. Our planet is in danger! Join us to help us protect it! https://www.youtube.com/watch?v=doRABzGOIzg  

They are ambassadors, they testify:

  The motto of Christophe BERTRAND, 52 years old:  Life is beautiful, it presents you with all that is best for you, whether negative or positive experiences, there is always a message and a gift at the key. Ile de France is my favorite region, it allows me to do many activities: running, music. During my hobbies ; I really enjoy scuba diving. As an expert in fraud detection at Allianz, I became interested in my company’s partnership with Planète Urgence. The actions of the NGO had a strong resonance, my sensitivity, my beliefs and my convictions gave me the desire and the need to go further. Bringing my contribution to make a better environment for our children has only reinforced my investment in this community. Thus, the opportunity to become an ambassador to share universal values has become obvious, I like to join initiatives and be a local actor to carry the voice of Planète Urgence.       Carole C, 47, biologist at SERVIER, Paris.  My motto: The happiest moment in a human life is the departure to an unknown land. Mes passions : photos, concerts, expos et voyages  My passions: photos, concerts, exhibitions and travels Our company is a partner with Planète Urgence. This partnership allows employees to go on Congé Solidaire®. What a great opportunity! I’m going to Zimbabwe, mission on the protection of biodiversity. This adventure allows me to get to know the NGO better and makes me want to get more involved. Becoming an ambassador is obvious to me, I share on social networks, collaborators, the actions that are carried out in favor of the environment, biodiversity. Today, my investment aims to promote the influence of Planète Urgence. It is important that the messages pass so that everyone feels invested with a mission: to protect our planet!     Khadidiatou FALL CISSE, 35 years old, my origins: Senegalese. I live, with my husband and my children, in Pays de Loire in Carquefou. Very sociable, I like to make myself available to others and share my passion by making video montages for those around me. Computer engineer at CGI, partner of Planète Urgence, I benefited from the Congé Solidaire® scheme. This partnership allowed me to go to Benin for 10 days on my holidays, and the quality support of Planète Urgence to achieve the objectives of the mission: To promote the local development of communities. My desire to become an Ambassador makes me meet the staff of the headquarters and PU volunteers who, like me: have the desire to devote themselves to the general interest and to make things change. It is the strength of this network to get there!   Marc FAUVEAU, retired After a long career in a group of energy specialists, an associative commitment around international solidarity imposed itself on me! Continue an activity: give interest and support those who want to get involved. As part of skills sponsorship at the end of my career, I was put in touch with Planète Urgence, my mission: to develop a partnership with my company, in particular to develop Congé Solidaire®. In fact, I benefited from this device when I went to Cameroon. When I retired in 2019, my mission continued at headquarters by developing Congé Solidaire® in France in a very specific context due to the health crisis in 2020. Joining the network of ambassadors allows me to continue this collaboration with the prospect of contributing to the strategy of the association.  

Join our network

Solidarity stories for Planète Urgence

Christian Bourbon, chartered accountant and ambassador of Planète Urgence, fell in love with Africa following his Congé Solidaire® mission in Mali in 2004. It was there that he conducted accounting training for a women’s association to strengthen their skills in microcredit. Following this, Christian began writing children’s stories, all based on his professional and personal experiences.   

An inspiring Congé Solidaire ® 

His first book, Nani et Do, is inspired by her encounters with Malian families, accompanied by colorful images that take children on a journey.  More recently, Christian published a book directly inspired by Planète Urgence’s TAPIA project: Naomie et la forêt de Tapias, illustrated by Marjorie Desfontaine.  This story traces the life of a young Malagasy girl, living in the heart of the tapia forest, an endemic tree of the island, which the inhabitants burned for many years without foreseeing the consequences of this deforestation on their land.  Released in early September 2021, the book was read by Christian himself to school classes visiting the IUCN World Congress in Marseille (where Planète Urgence was exhibiting at the Espaces Générations Nature). A very enriching experience for the younger generations!   

Tales for children drawing their stories from the world 

Each tale carries a moral within it and tells the story of African culture to the little ones by describing the initiation into life of the characters through subjects such as sadness, superstitions, solidarity, anger or even the relationship to disability.  The profits from this work are directly donated to Planète Urgence in order to contribute to its actions to preserve the environment and empower populations, particularly in Madagascar.    Today, Christian is part of the “Planète Solidaire” network among other former volunteers who are mobilizing to continue their commitment to Planète Urgence as Ambassadors.  If you wish to obtain a work by Christian or join the network of volunteers, do not hesitate to contact Marie-Françoise BIZIEUX at marie-francoise.bizieux@planete-urgence.org 

Why does Planète Urgence act concretely for the preservation of mangroves?

Planète Urgence is working in Cameroon and Indonesia with three projects that aim to restore and preserve mangroves, ecosystems that are part of special so-called “wet” areas, which are home to a whole way of life that is essential for the environment.  

An essential ecosystem in danger 

February 2 marks World Wetlands Day. This date represents the day when the treaty for the conservation of wetlands was signed at Ramsar in Iran in 1971. This treaty officially recognizes the essential ecological functions of these and obliges States to preserve and proliferate their wetlands.  Indeed, one of the main reasons for the disappearance of wetlands is caused by the development of waterways. Added to this is phytosanitary and thermal pollution as well as agricultural expansion, which is mainly responsible for the disappearance of wetlands.  The United Nations estimates that 35% of wetlands have disappeared since 1970, while the latter represent a cumulative 1.2 billion hectares. (1)   

Wetlands that benefit people and the planet 

If the extinction of this ecosystem makes scientists react so much, it is because wetlands are synonymous with many benefits for the environment and for Man himself  Wetlands include lagoons, marshes, mangroves and other ecosystems characterized by the presence of abundant water on the surface or in the ground.  The production of wood energy, a high water supply or the possibility of generating an economy with aquaculture are many examples that justify the importance for women and men of protecting wetlands. (2)  Taking the example of mangroves, these are essential for the planet in addition to being able to help humans. They sequester carbon and act as a depolluter by improving water quality. Then in areas such as Indonesia, wetlands prevent natural disasters like tsunamis from occurring.   

How does Planète Urgence act in the face of this disappearance? 

Today, wetlands are disappearing at a rate 3x faster than forests (1) and represent one of the ecosystems most threatened by climate change, ahead of the Amazon rainforest and glaciers.  This is why Planète Urgence has integrated the protection of mangroves into its projects in Indonesia and Cameroon. Since 2017, the MAHAKAM project, implemented with the local association BIOMA, has contributed to sustainably restoring the mangrove ecosystem while reducing the vulnerability of communities to climate change. This project has already enabled the planting of more than 190,000 mangrove trees over 88 hectares. In the Mahakam delta, 47.8% of the current mangrove ecosystem has suffered severe degradation caused by aquaculture. However, 90% of the local population lives from fishing. This is why 4 sustainable aquaculture ponds have been installed resulting in the training of 25 fishermen on more sustainable exploitation techniques.    If you want to know more about our projects, go to Discover our forest preservation projectsPlanète Urgence (planete-urgence.org)    You too participate in the restoration and planting of ecosystems with our device 1€ = 1 tree planted  Sources : (1) Les zones humides disparaissent alors qu’elles sont indispensables à notre survie, Karine Durand (2022)  Les zones humides disparaissent alors qu’elles sont indispensables à notre survie (futura-sciences.com)    (2) Les zones humides : bénéfices et menaces, Gaelle Naze-Ganier et Christophe Magdelaine (2019)  Les zones humides : bénéfices et menaces (notre-planete.info) 

Planète Urgence welcomes its new sponsor: Cyrielle Hariel!

Planète Urgence is pleased to welcome its new sponsor to its team: Cyrielle Hariel, impact journalist. In particular, she presents the weekly program “Objectif Raison d’être” on BFM Business, dedicated to the CSR initiatives of companies where she receives managers in order to promote their commitments. For several years, Cyrielle has been committed to the environment, through her reports and meetings: 

« Depuis le lancement de mon blog en 2015, je rencontre entrepreneurs et entrepreneurs sociaux, artistes, personnalités, sportifs, écologistes, passionnés, dirigeants, etc. Autant de profils motivés à apporter des solutions pour améliorer le quotidien de chacun. »

  Cyrielle Hariel also hosts the morning section “Impact”, organizes conferences and other TEDx and is ranked in 2021 in the Top 100 influencers “patronage & citizen investments” by mecenova.org. Our team met her as part of her new commitment to Planète Urgence.  Our team met her as part of her new commitment to Planète Urgence.    https://youtu.be/3-dmqJs8R7M Planète Urgence: Let’s start at the beginning: who are you?  Cyrielle Hariel: Above all, I am passionate! Since my change of life in 2014, and in particular the launch of my blog in 2015, it is from there that I decided, as a communicator, to interview inspiring people, who provide solutions in a society. more sustainable, more just and egalitarian. I am an impact journalist, I have also written and co-authored 3 books, I do a lot of conferences and I hope this is just the beginning of my career as an impact journalist!  P. U.: What gives you energy on a daily basis?  C. H.: What gives me energy on a daily basis is above all the people I meet. They all have hope and a long-term vision, they all put their energy into building projects, developing start-ups or even moving their company internally… all this to push environmental issues, move the leaves of CSR road!  PU: We talked a lot about the environment and the planet together: are you more land or sea?  CH: I am both, both land and sea! I made trips to the heart of the Amazon, to rural areas in Ethiopia with women planting trees to fight erosion. But it is true, I really like the ocean. I am a diver myself, I love spending hours underwater, admiring our seabed, our marine flora and fauna. I have a particularity for the ocean and my 10th tattoo is a shark fin! I had a huge crush in recent months diving with sharks, I feel like I’m completely disconnected when I find myself underwater…  PU: Finally, why did you agree to become sponsor of Planète Urgence?  CH: I really like the actions of Planète Urgence: in my opinion, Congé Solidaire® is an essential vector, especially for companies that play a real role in our society. And planting trees is also part of the concrete solutions. Helping local populations means a lot to me, as does sustainable development; I had the chance to go into the field and see that when we help people in their environment to find solutions or simply to sustain their actions, this has very beneficial effects for them and their ecosystem.  It is therefore for all these reasons that I join with great pleasure Planète Urgence as godmother! 

Planète Urgence at the heart of a WWF study

WWF a mené une étude cherchant à comprendre l’importance pour les entreprises de planter des arbres. Pour aller plus loin dans l’étude, les auteurs de cette recherche se sont surtout intéressés à Madagascar afin de mieux comprendre l’implication de grandes entreprises françaises, suisses et du Royaume-Uni du Global Fortune 500, un système de classement des 500 plus grandes entreprises mondiales.     Planète Urgence est présente dans cette étude en tant qu’exécutant de projets, de par sa présence à Madagascar depuis 2010.  Le principal public visé par ce rapport comprend les organisations environnementales qui travaillent avec des entreprises sur la plantation d’arbres, le reboisement et la restauration des forêts plus largement, qui souhaitent mieux comprendre comment les grandes entreprises en France, en Suisse et au Royaume-Uni voient et s’engagent dans la plantation d’arbres.” (WWF)    L’étude portée par le WWF s’étend des années 2000 à 2018. Sur cette période, 34 703 188 arbres ont été plantés à Madagascar. Planète Urgence contribue à cette préservation des forêts suite à la création de son programme Environnement et Développement en 2007. Alors que ce programme ciblait tout d’abord l’Indonésie à la suite du tsunami de 2004, il s’est ensuite répandu au Cameroun et à Madagascar.    Cette étude de cas (numéro 6) se concentre sur le secteur de l’agroforesterie de bois énergie à Antananarivo, qui a la capacité de pousser vite et en grande quantité. Son objectif est de contribuer à l’amélioration durable des revenus et de la sécurité alimentaire des ménages ruraux tout en préservant l’environnement.  De plus, Planète Urgence travaille sur la restauration de tapia, un arbre endémique de la Grande Île, indispensable à la survie directe ou indirecte des communautés locales de la région Itasy. 

Jeune tapia en terre.

  WWF reconnaît Planète Urgence comme un porteur de projet essentiel pour la reforestation. Tout en intégrant de près les communautés locales l’association lève des fonds à l’international auprès des entreprises qui permettent le développement de ses projets.   

Lire l’étude complète

 

 

The IPCC report: an alarming communiqué

Le rapport du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) publié en août dernier a révélé des constats alarmants concernant le réchauffement climatique et la multiplication des catastrophes naturelles. Le GIEC est une structure mélangeant des scientifiques experts sur le climat et des représentants des Etats participants. Cette association de pays a pour rôle de donner un compte rendu expertisé concernant l’évolution et les impacts du changement climatique causé par les Hommes. Chaque année, les 195 membres du GIEC se réunissent pour identifier des solutions et proposer des possibles axes d’approche afin d‘atténuer les conséquences de ce changement.    

Vers un avenir catastrophique ?

L’été 2021 a vu de multiples catastrophes naturelles notamment avec les nombreuses inondations et feux de forêts sur le bassin méditerranéen. La Turquie et la Grèce ont particulièrement été touchés par ses feux avec plus de 120 000 hectares de terrain brûlé.   Mais comment expliquer ce phénomène ? La plupart des feux sont principalement d’origine naturelle, notamment par les fortes chaleurs enregistrées dans ces zones qui sont directement liées au réchauffement climatique. De fait, ce changement climatique amène les conditions météorologiques à être plus chaudes et plus sèches. Dans ce cercle vicieux, les feux de forêts causés par le réchauffement climatique empirent ce dernier a cause du dioxyde de carbone libéré puis propagé dans l’air.  Il est donc primordial d’assurer une sensibilisation auprès de toutes les organisations afin d’éviter ces catastrophes qui ont des conséquences naturelles et économiques importantes.    

Un écosystème entier en danger

Les forêts ne représentent pas seulement des vastes terrains arborés mais sont bel et bien des écosystèmes essentiels abritant une biodiversité primordiale pour l’Homme. Le réchauffement climatique n’est pas la cause directe des pertes des forêts, mais il multiplie et accroît les tristes conséquences de la perte de biodiversité alors en danger.  L’éducation et la prévention sont deux concepts indispensables pour sensibiliser les populations à l’importance de ces écosystèmes. Par ailleurs, l’Union Européenne et la Commission Européenne pourraient bien présenter une loi d’ici 2021 afin de mettre fin à la déforestation et d’autres pratiques humaines nuisant aux forêts. Pour ce fait, un engagement de la France et d’autres pays européens influents est demandé.   

Le GIEC, un rapport prémonitoire ?

S’il est important d’agir rapidement contre le réchauffement climatique, c’est parce que de nombreux acteurs environnementaux tentent de nous prévenir notamment à travers des rapports chiffrés tel que le GIEC. Ce changement aurait déjà touché toutes les régions habitées à travers un changement de météo perceptible.   Agir pour réduire ce fléau est possible mais il faut dès aujourd’hui tout faire pour limiter le réchauffement mondial à +1.5C°. Cela demanderait une baisse immédiate et sur une échelle mondiale de l’émission de gaz à effet de serre, puisque ‘chaque tonne émise participe au réchauffement‘. (¹)  Les chiffres rendus dans le rapport du GIEC l’été dernier serviront dans les négociations au sommet de la COP 26 à Glasgow. Chaque année, ce sommet réuni les Etats membres pour 2 semaines de négociations afin qu’ils puissent annoncer leurs programmes visant à réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre.   Les sociétés humaines et nos écosystèmes ne sont pas préparés à l’impact que peut avoir le réchauffement sur nos modes de vie, c’est pourquoi nos choix d’aujourd’hui auront des conséquences sur le long terme. Agissons maintenant ! 

Découvrir la position de Planète Urgence sur le climat

SOURCES Rapport du GIEC, IPCC (2021)  Français — IPCC    ¹ Synthèse et analyse du nouveau rapport du GIEC, Bon Pote, 12 août 2021   https://bonpote.com/synthese-et-analyse-du-nouveau-rapport-du-giec/    ² Synthèse du rapport AR6 du GIEC publié le 09/08/2021, The Shifters, 11 août 2021   https://api.theshifters.org/emailing_sharedfiles/rapport_WGI_AR6.pdf 

Climate finance: carbon offsetting is not the (only) solution

Alors que la COP 26 de Glasgow promet des discussions tendues sur le sujet du financement pour le climat, Planète Urgence a initié une étude à l’été 2021 pour mieux identifier les enjeux de financement des acteurs qui agissent sur le terrain, et notamment les ONG et fondations. Cette étude a été réalisée et diffusée avec le soutien de la commission Climat et Développement du réseau associatif Coordination Sud, de la Coalition française de Fondations pour le Climat et est complémentaire de l’analyse du marché carbone 2020 impulsée par Info Compensation Carbone. Elle démontre l’urgence de repenser le financement du climat par les entreprises pour mieux servir l’intérêt général.  

A- Le marché de la compensation carbone volontaire est en pleine explosion

  Le marché du carbone volontaire, destiné au secteur privé, voit ses volumes s’accroître de façon exponentielle. Il est passé d’environ 40 millions de tonnes de CO2 générés et vendus en 2010 à plus de 250 millions de tonnes en 2020. En 2019 le prix moyen à la tonne de carbone était en moyenne à 3,78 dollars.

Source EcoSystem MarketPlace : nombre de crédits carbone générés et vendus entre 2005 et 2020 dans le monde

  En France, le marché suit la même tendance avec une augmentation de 260% des crédits vendus entre 2016 et 2020 avec près de 7 millions de crédits vendus en 2020 à 5,4€ en moyenne.  

Source Info Compensation Carbone : État des lieux 2020 de la compensation carbone

 

B- Le marché carbone n’est pas toujours adapté aux enjeux des porteurs de projets

  41 organisations d’intérêt général venant de 18 pays – en majorité des associations, fondations et fonds de dotation – ont répondu à une étude réalisée par Planète Urgence sur les enjeux du financement des projets ayant un impact sur le climat. D’après l’étude, 71,8% des organisations affirment que les financements actuels ne sont pas adaptés à leurs besoins en terme de financement de projets avec un impact sur le climat.

Source Planète Urgence : Étude 2021 sur les enjeux de financement climat des organisations d’intérêt général

  Malgré ces enjeux d’accès au financement, 24% des organisations seulement ont acheté ou vendu des crédits carbone, les autres sont récalcitrantes à s’y engager, car ce marché carbone est estimé aujourd’hui être trop complexe et incompatible avec des projets de qualité.

Source Planète Urgence : Étude 2021 sur les enjeux de financement climat des organisations d’intérêt général

  Les revendeurs eux-mêmes sont conscients de l’inadéquation de la finance carbone volontaire avec les besoins des porteurs de projets puisque seulement 37% pensent que le marché est adapté.

Source Info Compensation Carbone : État des lieux 2020 de la compensation carbone

 

C- Les acteurs de l’intérêt général souhaitent qu’une réflexion approfondie soit menée afin de faire émerger une finance carbone cohérente avec les objectifs du développement durable

 

Source Planète Urgence : Étude 2021 sur les enjeux de financement climat des organisations d’intérêt général

  3 alternatives émergent prioritairement pour les grands projets:
  • Du mécénat climatique avec une labellisation
  • Du crédit carbone certifié avec un label de qualité sur d’autres bénéfices que le climat
  • Des financements hybrides mécénat et finance carbone
Pour les petits projets, les acteurs soulignent majoritairement le rôle du mécénat comme alternative légitime à la finance carbone.   Pour 80% des acteurs, une transparence complète des méthodologies et des chiffres de mesure des impacts climat sera essentielle pour proposer des alternatives à la finance carbone volontaire ; ils sont aussi majoritaires à prôner la création d’un référentiel commun d’indicateurs climat.   Conclusion Cette étude montre donc l’incohérence forte entre un marché financier du carbone qui explose mais ne répond pas aux enjeux des porteurs de projets en terme de complexité d’accès au financement et de qualité des projets qui peuvent être financés. Il est donc urgent de repenser au plus tôt les financements au service du climat en s’assurant que le financement du climat répond aux besoins réels de projets ayant un impact climatique.     Sources des données : Étude réalisée entre Juin et août 2021 par Planète Urgence avec le soutien de Coordination Sud et de la Coalition des fondations françaises pour le Climat auprès de 41 ONG, fondations, entreprises sociales ayant un impact sur le climat. État des lieux 2020 de la compensation carbone, Info Compensation Carbone

Corporate volunteering is a key solution for employee engagement

  Le Mois du Volontariat en Entreprise est à l’initiative de Planète Urgence, organisé en partenariat avec le Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères. Au mois d’octobre 2021, retrouvez toutes les bonnes pratiques et initiatives de nos entreprises partenaires sur nos réseaux !  

L’engagement des salariés au cœur des enjeux RH des entreprises

  D’après un sondage IFOP PageGroup sorti en avril dernier, 75% des décisionnaires RH indiquent que la crise sanitaire a accéléré une prise de conscience plus forte des enjeux sociétaux et environnementaux au sein de leur entreprise¹. Une conscience révélée également auprès des salariés, qui se disent à 63% plus attentifs aux engagements des entreprises depuis le début de la crise COVID-19². Désormais, les entreprises ne peuvent pas faire l’impasse sur ce besoin d’engagement des salariés qui, en plus d’être un levier en matière de RSE et une source de motivation, est un formidable levier pour la solidarité internationale.  

Un engagement qui doit être placé au service de l’intérêt général

  Les formats d’engagement se démultiplient avec l’aide du digital mais les entreprises doivent avoir un regard critique sur les missions mises à disposition pour leurs collaborateurs. Parmi tous ceux proposés, elles doivent surtout être vigilantes sur le fait de mobiliser leurs collaborateurs au service de l’intérêt général, et notamment des Objectifs de Développement Durable (ODD), adoptés par l’ONU en 2015.   Planète Urgence a accompagné plus de 10 000 volontaires en 21 ans sur des terrains de développement en mettant la recherche de l’impact au cœur de son action. L’association a créé un dispositif unique de volontariat, le Congé Solidaire®, qui permet d’engager les salariés sur une durée de 2 semaines pour une implication complète au cœur des enjeux du changement climatique. Ces missions de développement contribuent ainsi à la valorisation des compétences et énergies des collaborateurs au service de structures qui en ont besoin dans 15 pays du monde. L’année 2020 a permis de créer un nouveau format d’engagement en ligne, le e-volontariat, qui permet de toucher de nouveaux profils de salariés. Le volontariat en entreprise est une réponse concrète et puissante aux défis actuels comme l’a montré une récente étude. Ces missions sont aussi de véritables leviers d’engagement, de motivation et permettent l’acquisition de nouveaux savoir-faire et savoir-être, tels que l’ouverture à la différence, l’agilité ou le travail en équipe.  

Le Mois du Volontariat en Entreprise : le mois d’Octobre au service de l’engagement

  Avec le soutien du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères (MEAE) et de France Volontaires, Planète Urgence lance le « Mois du Volontariat dans mon Entreprise » afin de valoriser cet engagement solidaire. « Aujourd’hui relativement peu d’entreprises et de salariés connaissent ou ont accès au volontariat dans leur organisation. C’est un dispositif peu connu et pourtant extrêmement puissant en terme d’impact et de transformation de la société et de l’entreprise. A l’heure où l’engagement devient une nécessité dans le travail, nous lançons le mois du volontariat en entreprise en Octobre, afin de pour mieux disséminer ce dispositif innovant, bénéfique à la société, aux salariés et aux entreprises ». Amandine Hersant, Directrice Générale de Planète Urgence  

Les dates clefs du mois du volontariat en entreprise

 
  • 6 octobre : journée d’ateliers consacrée au déploiement du volontariat en entreprise et sur l’échange des bonnes pratiques des 35 partenaires entreprises actuels
  • 28 octobre : webinaire avec l’intervention du MEAE et de France Volontaires

Je m’inscris au webinaire du 28 octobre !

  • Tout au long du mois : l’animation sur les réseaux sociaux de Planète Urgence et des entreprises pionnières avec des témoignages et chiffres clefs
 

Vous souhaitez en savoir plus sur le volontariat de Planète Urgence ? Rendez-vous sur cette page :

Plus d’infos sur le volontariat d’échange et d’impact en entreprise

  [1] https://www.michaelpage.fr/advice/tendances-de-march%C3%A9/covid-19-y-aura-t-il-%C2%AB-un-monde-d%E2%80%99apr%C3%A8s-%C2%BB-pour-le-travail [2] OpinionWay, juin 2021

One year after the beginning of the COVID-19 crisis: what impact on the local partners of Planète Urgence?

Un an après, la crise liée à la COVID-19 continue d’avoir un impact très important sur les interventions que Planète Urgence mène auprès des partenaires locaux. Les missions de volontariat de court terme ont ainsi été arrêtées pendant plus d’un an afin de préserver la sécurité des volontaires et partenaires locaux. Parallèlement, les associations partenaires se sont adaptées à ce nouvel environnement en modifiant leur intervention, en réorganisant leur organisation de travail, en développant de nouveaux projets et partenariats. Face à ce constat, et après une première étude sur les impacts à court terme de cette crise sanitaire, Planète Urgence a décidé de mener une deuxième enquête afin de dresser un état des lieux sur la situation actuelle des partenaires et envisager une reprise des missions ainsi que des activités complémentaires en soutien. Les résultats du questionnaire affichés ci-dessous démontrent une forte capacité d’adaptation de nos partenaires, et la nécessité de continuer à les soutenir.  

Chiffres clés de l’enquête menée du 12 mai au 15 juin 2021

  La majorité des partenaires participants de cette enquête travaillent sur la promotion du développement local : notamment la formation professionnelle des bénéficiaires, le développement des alternatives économiques et durables, parmi d’autres.  

L’impact de la pandémie de la COVID-19

  L’enquête réalisée en avril 2020 démontrait que nos partenaires locaux rencontraient plusieurs difficultés :
  • Nouvelle organisation de leur travail et de leurs salariés
  • Continuité des activités sur le terrain
  • Diminution des financements
Cette année, 60% des associations ont toujours diminué ou adapté une grande partie de leurs activités mais 40% continuent désormais normalement leurs actions. Uniquement 5% des associations sont à l’arrêt total.   Voici le comparatif entre les deux études de 2020 et 2021 :    

Les besoins prioritaires

  Aujourd’hui, les principaux besoins des organisations concernent l’obtention des financements additionnels (74%) et l’accompagnement des équipes afin d’améliorer leurs compétences (65%). Enfin, 37% des partenaires déclarent également réfléchir à une évolution de leur stratégie et auraient besoin de soutien sur ce point. En 2020, 62% des partenaires estimaient que le volontariat serait un levier pour sortir de la crise. Suite à une amélioration des conditions de travail et une reprise des activités, 98% déclarent avoir besoin de volontaires pour relancer leurs actions et projets.  

La réponse de Planète Urgence

  Planète Urgence a sollicité les organisations partenaires sur des pistes de soutien telles que :
  • des évènements de mise en réseaux,
  • la mise à disposition d’outils et,
  • la réalisation de micro formations à distance
  Globalement, le retour est particulièrement enthousiaste :
  • 90% des partenaires sont intéressés par des micro formations, notamment sur la recherche des financements et la gestion du télétravail.
 
  • 98% des partenaires aimeraient être mis en réseau localement, notamment sur des ateliers d’échange de pratiques.
 
  • Enfin, 90% des partenaires aimeraient avoir à disposition des outils tels que des fiches informatives et guides sur la recherche de financements et la gestion de projets.
  Planète Urgence mène actuellement des actions de soutien aux partenaires telles que : la réalisation des missions en e-volontariat, la mobilisation des volontaires localement et la relance des missions de volontariat dans les pays où les conditions sanitaires le permettent. De plus, Planète Urgence réfléchit à plusieurs pistes de soutien pour les partenaires locaux, telles que : le développement d’un projet de renforcement des capacités, la mise à disposition des outils de formation ainsi que l’organisation des ateliers d’échanges de pratiques.  

Vous souhaitez en savoir plus sur cette étude ? Téléchargez-là ici :

Je télécharge l’étude complète !

Nature-based solutions by IUCN: the example of the MERCI project

Les « Solutions fondées sur la Nature » (SfN) ont vu le jour en 2009 lors de la COP15 Climat de Copenhague, sous l’impulsion de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Le Congrès Mondial de la Nature de l’UICN débutant ce vendredi 3 septembre 2021, Planète Urgence vous propose de mieux comprendre ce qui définit une Solution fondée sur la Nature et de vous donner un exemple concret mis en œuvre par l’association en Indonésie.  

Qu’est-ce qu’une « solution fondée sur la nature » ?

Les Solutions fondées sur la Nature sont définies par l’UICN comme les « actions visant à protéger, gérer de manière durable et restaurer des écosystèmes naturels ou modifiés pour relever directement les défis de société de manière efficace et adaptative, tout en assurant le bien-être humain et en produisant des bénéfices pour la biodiversité ». Concrètement, un projet de SfN doit présenter deux critères de mise en œuvre indispensables :
  1. Assurer le bien-être humain en contribuant directement à un ou plusieurs défis de société que sont l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques, la réduction des risques naturels, le développement socioéconomique, la santé humaine, la sécurité alimentaire, l’approvisionnement en eau
  2. Présenter des bénéfices pour la biodiversité grâce à des actions de préservation, de restauration et/ou de gestion durable d’écosystèmes englobant de nombreux concepts associés tels que la restauration écologique, les infrastructures vertes ou la gestion intégrée des écosystèmes.
   

En quoi les Solutions fondées sur la Nature apportent des réponses aux changements climatiques ?

  Nous le savons tous, de nombreuses interdépendances existent entre la biodiversité et le climat. Le climat a une influence sur les écosystèmes (température, pluviométrie), alors que la biodiversité a réciproquement une influence sur le climat local et global de par le service de régulation rendu par les écosystèmes (puits et réserves de carbone, régulation des écarts thermiques, stabilisation des microclimats, cycle de l’eau, etc.). Les deux crises que nous vivons actuellement – des changements climatiques et de l’érosion de la biodiversité – s’affectent donc mutuellement et se renforcent, nuisant plus fortement au développement humain. C’est l’Accord de Paris lors de la COP21 en 2015 qui a reconnu le rôle des écosystèmes naturels (dont les forêts et les océans) dans l’absorption des émissions de carbone et dans l’appui à l’adaptation des sociétés aux changements climatiques. L’intégrité de ces écosystèmes et leur préservation ainsi que celle de la biodiversité doivent être garanties pour atteindre les objectifs de lutte contre les changements climatiques. Les Solutions fondées sur la Nature peuvent contribuer à l’atténuation des changements climatiques car de nombreux écosystèmes captent et stockent du carbone comme les mangroves ou les forêts. Un projet de restauration de mangroves peut ainsi permettre de contribuer à l’atténuation des changements climatiques.  

L’exemple du projet de restauration de mangroves « MERCI » de Planète Urgence

  MERCI reforestation planète urgence Le projet MERCI de Planète Urgence a été retenu en exemple des Solutions fondées sur la Nature rédigée par l’UICN en ce mois de septembre 2021. Lancé en mars 2020, ce projet situé sur l’île de Java en Indonésie a pour objectif de restaurer les écosystèmes de mangrove dégradés au sein et en périphérie du parc national d’Ujung Kulon. Ce projet doit contribuer à la réduction des risques naturels fréquents dans la zone (éruptions volcaniques, tremblements de terre et tsunamis), mais également à la préservation du rhinocéros de Java, classé en danger critique d’extinction (liste rouge des espèces menacées de l’UICN). C’est en réponse à ce double objectif que ce projet de restauration des habitats dégradés a été conçu, tout en veillant à fournir des ressources halieutiques aux communautés locales, afin de ne pas les conduire à des déplacements induisant une destruction accrue d’habitats, parfois au sein même du parc national. Il permet un gain net de biodiversité par la plantation de quatorze espèces locales contribuant à la conservation du rhinocéros de Java et permet la génération de revenus par le développement d’une activité aquacole d’élevage de crabes au sein des mangroves. Afin de mettre en place une gouvernance inclusive, Planète Urgence s’est associée à l’organisation ALABAMA qui travaille avec les communautés locales afin de les impliquer dans la protection du littoral de la zone. Conçu dans une perspective de long terme, la gestion du projet est adaptive et comprend la mise en place de mesures d’évaluation, de suivi et une stratégie d’adaptation en fonction des changements globaux. Il vise donc à inciter à une mise en œuvre sur le long terme et sur une emprise géographique importante, notamment via l’identification des principales parties prenantes du territoire et de leur intégration au sein du projet (parc national, agences gouvernementales, commune, groupes communautaires, etc.). Cliquez ici pour en savoir plus sur le projet MERCI.     Les SfN sont donc un outil permettant la synergie entre les enjeux liés aux changements climatiques, à la lutte contre l’érosion de la biodiversité et l’atteinte des objectifs de développement durable. Étant donné les incertitudes concernant les impacts des changements climatiques, miser sur les solutions fondées sur la nature est donc un levier optimal pour renforcer « les capacités de résilience des écosystèmes face à un environnement changeant ».

Lire la Note de SUD n°33 de septembre 2021

Planète Education, a new project to raise children’s awareness of the environment

A l’occasion de cette rentrée des classes, Planète Urgence inaugure un nouveau projet de sensibilisation des enfants à l’environnement : Planète Éducation. Au cœur d’un contexte écologique et climatique de plus en plus difficile, les générations futures sont les plus impliquées et doivent avoir les outils pour comprendre et devenir actrices du monde de demain.  

Un projet pertinent s’inscrivant dans un contexte local particulier

  Selon l’étude sur l’état du climat en Afrique en 2019, la température augmente de 0,4° par décennie en Afrique, soit deux fois plus que le réchauffement global. En parallèle, la perte de la biodiversité est extrêmement importante sur ce continent qui doit faire face à une pression démographique accrue. La sensibilisation à la protection de l’environnement est une nécessité sur le continent africain afin de préserver les écosystèmes et d’adapter les communautés au changement climatique. L’objectif 4 des Objectifs de Développement Durable intègre en son sein une composante spécifique relative à la création d’une Éducation au Développement Durable (EDD) favorisant la citoyenneté et la préservation de la planète.   Planète Éducation a pour objectif développer les apprentissages des enfants au Bénin, puis au Cameroun et à Madagascar, concernant la préservation de l’environnement. Pour ce faire, Planète Urgence équipera les écoles primaires d’outils pédagogiques et formera les acteurs éducatifs pour leur permettre d’agir localement et de répandre les meilleures pratiques au niveau national.  

Des actions prévues dans 3 pays

  Afin de faire de chaque enfant un acteur du monde de demain et de la préservation de son environnement, les activités du projet Planète Éducation sont massivement tournées vers l’outillage et le renforcement des acteurs locaux (enseignants et autres membres du personnel éducatif, formateurs, élèves, etc.). La phase pilote a été lancée en 2021 au Bénin, notamment avec une étude terrain sur les enjeux environnementaux et les actions cohérentes à proposer. Dès 2022, le projet sera consolidé dans ce premier pays avant de se déployer au Cameroun et à Madagascar, où les besoins sont également importants.   Pour agir à nos côtés et œuvrer à la sensibilisation à l’environnement, faites un don en cliquant sur le bouton ci-dessous :

Je fais un don

 

Rock en Seine is committed to Planète Urgence

Avec 187 114 incendies, le record du nombre de feux de forêt quotidiens jamais relevés à travers le monde a été enregistré dimanche 8 août 2021. Aucune région du monde ne semble épargnée !   Il y a urgence ! Vous le savez, et nous le savons ! Urgence pour notre planète, victime du réchauffement climatique, et pour nous, habitants de cette dernière. Rock en Seine, le festival parisien engagé travaille ainsi main dans la main avec Planète Urgence, ONG de solidarité internationale qui œuvre au renforcement des femmes et des hommes pour une planète durable et solidaire. Dans les faits, Planète Urgence, depuis plus de vingt ans, travaille à la préservation des forêts et de la biodiversité en danger, le développement local des communautés et la sensibilisation à l’environnement. Une tâche immense, qui passe par une oreille attentive, la vôtre, mais aussi par des actions de volontariat. Planète Urgence agit donc aux côtés d’entreprises privées et de collectivités, à travers différents dispositifs, comme l’opération « 1 € = 1 arbre planté ». En 2020, l’association a fêté ses 10 millions d’arbres plantés et ses 20 ans d’existence !     Soutenez Planète Urgence sur HelloAsso !  

S’engager pour la planète pendant un festival, c’est possible !

  Rock en Seine s’engage et propose à des associations de prendre la parole et de rencontrer les festivaliers ! Découvrez en images comment vous aussi vous pouvez participer à nos actions.  

Découvrez en BD comment vous pouvez vous engager en tant que festivalier !

BD Planète Urgence Rock en Seine  

Dans vos oreilles

  Avec notre partenaire Carenews, découvrez l’épisode du podcast « Ceux Qui Font » qui invite Amandine Hersant, Directrice Générale de Planète Urgence.    

A vos écouteurs !

  Pour cette semaine spéciale environnement, Rock en Seine et Planète Urgence vous propose leur playlist créée à l'occasion.           Du 16 au 22 août, Rock en Seine s’engage ! avec Planète Urgence. Soutenez l’association grâce à la collecte de dons mise en place par HelloAsso.   Un grand merci à tous pour votre implication et votre soutien si précieux à Planète Urgence !
Merci aux partenaires : HelloAsso et Carenews.

Earth Overshoot Day 2021

Jour du dépassement 2021

Cette année, le triste jour du dépassement global tombe (déjà) le 29 juillet. A partir de cette date, l’humanité aura dépensé toutes les ressources que la Terre peut régénérer en un an. Nous vivrons donc plus de 5 mois “à crédit” par rapport aux ressources de notre planète.

Agir et faire un don


Qu’est-ce que le Jour du dépassement de la Terre ?

 

De plus en plus répandu et médiatisé, le Jour du dépassement de la Terre est un indicateur de la consommation des ressources de la planète calculé chaque année par le Global Footprint Network.

À partir de plus de 3 000 000 de données statistiques, l’ONG détermine la date à partir de laquelle l’ensemble de l’humanité aura consommé plus que ce que la Terre peut produire en un an.

En d’autres termes, à partir de ce jour, nous aurons détruit plus de forêts, pêché plus de poissons, chassé plus d’animaux sauvages et utilisé plus de terres que la nature ne peut en régénérer en un an.

Ce Jour du dépassement de la Terre marque également le moment où les forêts et les océans ne seront plus en mesure d’absorber nos émissions de gaz à effet de serre. À partir du 29 juillet 2021, nous vivons donc au-dessus de nos moyens écologiques et il faudrait au moins 1,7 Terre pour nous faire vivre sans endommager les ressources naturelles de notre planète.

A l’exception d’un léger sursaut en 2020, suite au confinement mondial et au blocage de nombreuses industries en raison de la pandémie Covid-19, la date du jour du dépassement ne fait qu’avancer chaque année. Par exemple, elle était fixée au 30 septembre en 1998 et au 31 juillet il y a deux ans.


Que faire pour faire reculer cette date ?

 

Si nous n’agissons pas rapidement, cette date pourrait avancer inexorablement. La première impulsion doit venir des États, des régulateurs, des collectivités et des entreprises pour modifier le fonctionnement de notre système actuel. Les différents plans de relance suite à la crise sanitaire pourraient être l’occasion d’initier une véritable transition écologique. A l’échelle personnelle, chacune de vos décisions de consommation est tout aussi importante. Si l’on prend l’exemple de la préservation des forêts, vous retrouverez une empreinte partout dans vos achats de nourriture, de carburant ou encore de vêtements.

Pour agir plus concrètement, Planète Urgence a lancé l’opération 1€ donné = 1 arbre planté, qui vous permet de soutenir notre combat quotidien pour la préservation de l’environnement à travers des projets de préservation des forêts.

En 2020, 1 781 180 arbres ont été plantés. Aidez-nous à faire mieux en 2021 et ensemble essayons de faire reculer le Jour du dépassement de la Terre.
Pour rappel, chaque don effectué pour Planète Urgence est défiscalisé à hauteur de 66%, dans la limite de 20% de votre revenu imposable. Ainsi, si vous mettez en place un don régulier de 30 € par mois, vous plantez un arbre par jour et votre don ne vous coûte que 10,20 € par mois après déduction fiscale.

 

Faire un don

More than 4,500 trees planted per day in 2020

Bilan Environnement & Développement Le bilan du programme Environnement & Développement est prêt ! Découvrez les activités 2020 de préservation des forêts, de développement local et de sensibilisation à l’environnement de Planète Urgence. En 2020, Planète Urgence a planté en moyenne plus de 4 500 arbres par jour à travers 6 projets de préservation des forêts et de développement ! L'association agit dans 3 zones stratégiques du globe particulièrement touchées par la déforestation (faisant partie des 10 fronts majeurs de déforestation selon le dernier rapport du Global Forest Watch et du WWF) : l’Indonésie, Madagascar et le Cameroun. Pour une lecture complète du bilan, rendez-vous en bas de page.  

La COVID-19 : un nouveau contexte ayant eu un impact sur les activités du programme

  2020 a été une année de challenge pour la Planète et les Hommes, rythmée par la pandémie mondiale de la COVID-19. La pandémie a affecté la mise en œuvre de certains projets, dû notamment aux décisions prises par les gouvernements des différentes zones d’intervention. Les confinements, restrictions sanitaires ou encore les distances de sécurité ont engendré des difficultés mais les équipes de Planète Urgence et les partenaires locaux ont su les surmonter. Alors que les consciences se sont tournées vers l’espoir d’un « monde d’après », de plus en plus de partenaires entreprises et de citoyens engagés ont fait confiance à Planète Urgence pour agir en leur nom. L’association a ainsi continué, grâce à ces derniers, à développer ses projets de préservation des forêts et de la biodiversité, de sensibilisation auprès des populations et de développement économique local.    

Planète Urgence en 2020 : l’année aux 1 781 180 arbres plantés !

  Malgré la crise sanitaire de la COVID-19, l’année 2020 représente pour l’association et ses projets de préservation de forêts plus d’un million d’arbres plantés dans ces 3 zones d’intervention. Au total, ce sont donc 1 781 180 arbres qui ont été plantés en Indonésie, à Madagascar et au Cameroun, incluant les 763 130 arbres financés par l’Union Européenne à travers le projet DIABE.   Envie d’en savoir plus sur le programme Environnement & Développement ? Découvrez, projet par projet, les détails des activités de l’année 2020 :
    Vous pouvez également les télécharger via les liens suivants : Télécharger le bilan Environnement & Développement 2020 en totalité. Télécharger le bilan Environnement & Développement 2020 des projets en Indonésie. Télécharger le bilan Environnement & Développement 2020 des projets à Madagascar. Télécharger le bilan Environnement & Développement 2020 des projets au Cameroun.    

Planète Urgence is surrounded by a committee of experts

experts Planète Urgence Planète Urgence a souhaité être entourée d’experts venant de multiples organisations et domaines influant sur la solidarité internationale et l’environnement. Ces experts interviennent bénévolement afin d’aider l’association à faire des choix stratégiques éclairés. Dans ce cadre, la direction de l’association rassemble tous les 6 mois un comité consultatif permettant de recueillir des avis et conseils sur le développement de l’association et la qualité de son intervention. Le premier comité s’est tenu en février 2021 autour du président de l’association Patrice Papet. Il regroupe des membres représentant les Institutions, le monde de l’éducation et celui de l’entreprise, ainsi que des experts thématiques sur le climat, la solidarité internationale ou le volontariat.

Des membres du comité venus d’horizons différents

  Les membres de ce Comité d'Orientation sont :
  • Agnès Guiral (Directrice Adjointe RSE de Natixis)
  • Benjamin Jullien (Responsable de la Communication Stratégique France de la European Climate Foundation)
  • Fréderic Bailly (Membre Directoire Groupe SOS - Membre du CA de Planète Urgence)
  • Jeremy Vende (Responsable du Mastère Spécialisé FNS-MI à AgroParisTech, expert en management des écosystèmes)
  • Mehdi Achour & Anne Charlotte Dommartin (Déléguée aux relations avec la société civile et aux partenariats au Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères)
  • Miren Bengoa (Directrice Générale Secteur Action Internationale du Groupe SOS)
  • Nicolas Beretti (CEO Brainswatt et Fondateur de Business4Earth)
  • Patrice Papet (Président du CA de Planète Urgence)
  • Philippe Deletain (Expert Forêts / Biodiversité / Zones humides de la Sous-direction de l’Environnement et du Climat)
  • Renaud Bettin (Expert Climat de Sweep – ancien de Carbone4 et du Geres)
  • Romain Le Chéquer (Directeur de la Fondation Pierre Bellon)
  • Thibaut Mary (Responsable du pôle entrepreneuriat et insertion chez Entrepreneurs du Monde)
 

Quelques retours des experts suite au premier Comité d’Orientation de février 2021

 
Un grand merci de m’avoir convié à ce Comité, de votre accueil bienveillant et votre professionnalisme. J’ai vraiment apprécié cette réunion, intéressante et efficace. Félicitations pour l’organisation car malgré le format à distance, la réunion était dynamique, les infos concrètes, les échanges très intéressants et tout ceci en respectant le timing ! Les techniques d’animation proposées étaient adéquates : une plénière, puis une séance de questions/réponses durant laquelle chaque personne a pu prendre la parole. Si je devais ajouter un souhait : ce serait celui d’avoir un échange avec une ou des personnes du terrain à une future occasion. Mais tout dépend bien évidemment du sujet à traiter, de la pertinence à faire intervenir quelqu’un du terrain, de la connexion internet et du fuseau horaire !
- Thibaut MARY, Responsable du pôle entrepreneuriat et insertion chez Entrepreneurs du Monde    
Bravo pour ce premier comité très bien préparé ! Des objectifs clairs et une animation très efficace et dynamique.
- Frédéric BAILLY, Membre Directoire Groupe SOS - Membre du CA de Planète Urgence    
Comité très intéressant, avec des profils complémentaires rassemblés. Bravo d’avoir lancé cet exercice, qui peut être très utile pour recevoir des avis venant de l’extérieur avec des expériences ciblées sur les différents enjeux.
- Romain Le Chéquer, Directeur de la Fondation Pierre Bellon    
Exercice intéressant dans la méthode de diagnostic et sur le fond !
- Anne-Charlotte Dommartin, Déléguée aux relations avec la société civile et aux partenariats au Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères    
Très bon rythme du comité, la session « Ateliers » est très intéressante. Bravo pour ce premier comité réussi.
- Renaud Bettin, Expert Climat de Sweep  
Après deux missions de Congé solidaire ® en 2019 et 2021, je suis ravie de prendre part au Comité d'Orientation et de porter la parole des Ambassadeurs.
- Sonia Vautrin, salarié du Groupe AFNOR, ambassadrice de Planète Urgence,       Le Comité d’Orientation se réunissait pour la seconde fois en cette année 2021 le jeudi 17 juin.

[Activity report] 2020: year of resilience for Planète Urgence

Planète Urgence publie son Rapport d’Activité, un condensé de son activité sur l’année 2020. Vous y retrouverez le bilan des projets de préservation des forêts et de développement local, ses interventions pour l’éducation et la sensibilisation à l’environnement ainsi que ses actions de renforcement des capacités. Rapport d'activité Planète Urgence 2020 Au programme de cet article: l’édito de notre Directrice Générale, des extraits condensés de notre rapport d’activité et enfin la possibilité de le lire en entier (voir bas de page).   ______________________________________________________________________________ « En 2020, Planète Urgence a fêté ses 20 ans d’actions locales au service des humains et de leur environnement. 20 ans de réponses concrètes aux enjeux du développement durable avec plus de 10 millions d’arbres plantés sur des milliers d’hectares préservés, restaurés ou valorisés, et plus de 10 000 volontaires engagés au service de centaines d’organisations communautaires. 20 ans d’existence qui ont forgé des convictions fortes. Le développement se joue pour Planète Urgence avant tout au niveau local en construisant des projets concrets en grande proximité avec les acteurs présents sur des zones particulièrement fragiles. L’expérience nous a démontré qu’il faut savoir approcher les problématiques dans toute leur complexité, en mêlant des actions sur les humains et sur leur environnement. 2020 aura été aussi par conséquent une année difficile d’un point de vue financier directement liée à l’arrêt des missions de volontariat international. J’en profite pour remercier très chaleureusement l’ensemble des entreprises, donateurs, ambassadeurs, ainsi que le Groupe SOS qui nous ont permis de résister grâce à des dons généreux ou du partage de compétences. Alors que commence la décennie des Nations Unies pour la restauration des Écosystèmes, 2021 sera, je l’espère, une année de métamorphose au service de la protection de la planète – les COP Biodiversité et Climat seront d’ailleurs essentielles à ce titre. Nous n’avons que peu de temps pour renverser le rythme de destruction de la nature, alors agissons vite, massivement et collectivement. » Amandine Hersant, Directrice Générale de Planète Urgence    

Extraits du rapport d’activité 2020

  En 2020, Planète Urgence a pu poursuivre ses missions :
  • Préserver les forêts et la biodiversité en danger, grâce à son programme Environnement & Développement et à sa réponse locale et intégrée aux pressions exercées sur les écosystèmes lors de 6 projets en Indonésie, à Madagascar et au Cameroun.
  • Renforcer les acteurs locaux grâce au transfert des compétences des 63 volontaires mobilisés auprès de nos partenaires locaux.
  • Améliorer l’environnement scolaire dans 4 pays d’Afrique, grâce à son opération des Éco-kits Scolaires ainsi que des Kits Hygiène complémentaires pour ainsi offrir à des milliers d’élèves des conditions optimales d’apprentissage, combinées à des actions de sensibilisation à l’environnement.
  Chiffres clés 2020 Planète Urgence  

2020 aura également été synonyme de résilience et d’adaptation !

  L’année 2020 a marqué une nouvelle ère pour tous : la prise de conscience de la mauvaise santé de notre planète, ayant eu comme conséquence directe la réadaptation complète du mode de fonctionnement de notre société. La pandémie de la COVID-19 a entraîné un coup de frein brutal aux activités de l’association, dû notamment aux différents confinements quasiment généralisés dans tous ses pays d’intervention. Les missions de volontariat et les projets de préservation des forêts et de développement économique alors suspendus pour un temps, il était nécessaire pour Planète Urgence de réagir concrètement face à la situation inédite tout en maintenant le lien avec ses partenaires locaux, volontaires, mécènes et bien évidemment ses équipes présentes aux quatre coins du globe.   Voici, en résumé, ce qu’il s’est passé en 2020 :
  • La gestion sanitaire : le retour des volontaires
Planète Urgence a dû réagir rapidement et proposer un accompagnement de proximité à l’ensemble de ses volontaires sur le terrain. Il a ainsi fallu organiser le retour de volontaires partis en Congé Solidaire® et Mission Solidaire mais également avancer le retour en France des volontaires en Service Civique terminant leur mission entre mars et juin. Durant le premier mois de la crise, un tiers des volontaires sur le terrain sont par conséquent rentrés en France. Pour ceux restés dans leur pays d’intervention, un suivi personnalisé a été mis en place en fonction des souhaits des volontaires et des conditions de sécurité sur place, en lien étroit avec le Ministère des Affaires Étrangères, l’Agence du Service Civique et France Volontaires.
  • L’adaptation des opérations sur le terrain
La priorité de Planète Urgence a été d’assurer la continuité des projets et de son engagement envers ses partenaires locaux. Planète Urgence a développé un nouveau dispositif de volontariat 100% en ligne : le e-volontariat, permettant un engagement sans déplacement du volontaire. De plus, l’association a déployé son dispositif international du Congé Solidaire® en France. Planète Urgence a également adapté ses actions en matière d’éducation. C’est pourquoi des « Kits Hygiène » ont été distribués en réponse à la crise sanitaire. Concernant le programme Environnement & Développement, les campagnes et évènements de sensibilisation ont été adaptés en ligne et/ ou en petits groupes. Ainsi, pour la plantation des arbres, des roulements ont été organisés en pépinière afin d’éviter des rassemblements.
  • L’enjeu financier et le soutien de ses mécènes
Pour faire face à ces nouveaux défis, Planète Urgence a mobilisé ses mécènes et souhaite remercier ceux qui ont maintenu leur engagement malgré la crise (recul de 30% de la collecte). Une partie des dons versés dans le cadre du Congé Solidaire® a notamment permis de développer l’innovation du e-volontariat, dispositif adopté depuis par une grande partie des entreprises pour embarquer différemment les salariés dans la solidarité internationale. Une autre partie a été réaffectée sur le programme Environnement & Développement, et l’année 2020 aura, en ce sens, établi un record : plus de 800 000€ collectés auprès des entreprises sur l’opération “1 € = 1 arbre planté”.   Impact consolidé Planète Urgence 2020   Planète Urgence souhaite remercier ses partenaires, mécènes, bailleurs et donateurs, pour leur soutien si précieux lors de cette année inédite que le monde a vécu, et vit encore. L’association aura prouvé sa capacité de résilience face à l’adversité et compte bien garder cette dynamique pour contribuer davantage à rendre ce monde plus durable et solidaire. Bonne lecture et merci à tous !  
 

Planète Urgence celebrates World Environment Day

Semaine de l'environnement_Planète Urgence Dans un discours virtuel prononcé lors du One Planet Summit en faveur de la biodiversité, le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a déclaré "2021 l'année de la réconciliation de l'humanité avec la Nature". Depuis 20 ans, Planète Urgence travaille concrètement sur cette réconciliation avec des projets locaux au service d’écosystèmes humains et naturels fragilisés. Cependant, l’année particulière que nous venons tous de vivre nous questionne sur les actions prioritaires à mener pour accélérer cette réconciliation. Où en est-on globalement sur ce lien entre Humanité et Nature ? En quoi la situation actuelle doit nous alerter sur l’impact de la destruction des forêts sur l'Homme ? Alors que la journée mondiale de l’environnement est célébrée le 5 juin dans le monde entier, Planète Urgence souhaite revenir sur le sujet et montrer que préserver les forêts, c’est également préserver l’Homme !  

Les forêts : des écosystèmes essentiels au quotidien des Humains

  En 2020, les forêts tropicales ont perdu 12,2 millions d’hectares (dont 4,2 millions de forêts humides primaires), soit 12 % de plus qu’en 2019 (FAO, rapport publié le 31 mars 2021). Or, les forêts sont essentielles à nos vies puisqu’elles jouent un rôle écologique clé pour la régulation du climat, de l’eau ou encore des sols. Elles sont également des ressources importantes vis-à-vis de populations et, plus largement, à l’Humanité entière, puisque les forêts contribuent au bien-être humain !   infographie des forêts - Planète Urgence     Nous le savons tous désormais, la déforestation, représente un fléau pour l’environnement et a des conséquences sur la vie humaine. La crise de la COVID-19 a mis en lumière l'importance de conserver les forêts, notamment tropicales. L’humanité a ainsi pris conscience que la santé des populations est intrinsèquement liée à la santé des écosystèmes.    

Les conséquences de la déforestation sur l’Homme

 

 « De nombreuses études scientifiques démontrent l’importance des forêts pour la régulation du climat, [...] et ainsi [leur contribution] à la santé et au bien-être humain.

Pourtant, la déforestation se poursuit dans de nombreux pays et son impact est très perceptible pour la santé planétaire. Les travaux scientifiques sont alarmants. »

Serge Morand

  Si les forêts doivent être protégées, c’est aussi pour préserver la biodiversité irremplaçable d’espèces animales et végétales qu’elles abritent, ainsi que les femmes et les hommes qui en dépendent. 1/3 de la population mondiale utilise aujourd’hui du bois et des ressources naturelles issues de la forêt pour ses besoins vitaux (construction, cuisine, chauffage, activités génératrices de revenus, etc.). La déforestation menace donc la vie de communautés entières, leurs territoires ancestraux, la nature et les services écosystémiques dont elles dépendent, et les savoirs traditionnels dont elles sont détentrices. On parle d’une véritable défaunation de certains écosystèmes forestiers, quand ce n’est pas leur disparition par les effets combinés de l’agriculture intensive, extractive et industrielle. Les rapports de l’IPBES de 2019, Planète Vivante du WWF de 2020, et Forêts de la FAO en 2020 montrent que nous avons atteint un point critique de régénération des forêts naturelles comme de la biodiversité. Les modes de vie, les cultures et savoirs des sociétés traditionnelles et indigènes sont également fortement menacées par cette grande accélération des activités extractives globalisées. Pour en savoir plus sur les conséquences de la déforestation sur l’Homme et notamment sa santé, rendez-vous sur cet article, retranscrivant l’interview exceptionnelle qu’a accordé l’expert Serge Morand à Planète Urgence.

 

 

Les actions de Planète Urgence sur la préservation, restauration et valorisation des forêts est d’autant plus importante en période de pandémie

  Planète Urgence travaille directement avec des partenaires locaux et apporte une expertise de terrain en lien avec les politiques publiques nationales et locales. Les projets Environnement & Développement sont menés dans des zones où les enjeux en matière de changement climatique, de biodiversité, de déforestation et de développement humain sont particulièrement forts, où les communautés rurales ont un réel besoin lié à la forêt, où l’accès est possible en termes de sécurité, et où une collaboration est possible avec les autorités. Ce sont ainsi 3 pays stratégiques, classés parmi les pays les plus déforestés au monde (Global Forest Watch, 2019 et 2020) dans lesquels Planète Urgence intervient, à savoir : l’Indonésie, Madagascar et le Cameroun.   La crise sanitaire qui a résulté de l'émergence de la COVID-19 et de sa propagation dans le monde entier a été particulièrement éprouvante pour les organisations de la société civile. Les partenaires locaux de Planète Urgence, en première ligne dans la lutte contre les inégalités et la destruction de l'environnement, ont été fortement touchés. C’est le cas par exemple à Madagascar, où les communautés n'ont plus eu le droit de revendre leur excédent de production sur les marchés locaux fermés durant le confinement généralisé sur l’île entre mars et avril 2020. Les pertes de revenus ont incité les personnes les plus précaires à utiliser les ressources forestières à proximité pour subvenir à leurs besoins. Les forêts de tapia ont ainsi été particulièrement surexploitées pendant cette période.  
“Lors de la crise sanitaire de la COVID-19, et notamment suite au confinement déclaré à Madagascar, l’exploitation illicite du tapia s’est intensifiée. En effet, les habitants, du fait de la fermeture des marchés, ne pouvaient pas revendre leur excédent de production, ni les ressources naturelles issues de cet arbre (graines, fruits, champignons, etc.). Faute d’avoir ces ressources et ces revenus, certains membres ont coupé massivement les forêts de tapia pour fabriquer davantage de charbon. Lorsque les équipes de Planète Urgence ont recensé les forêts de Tapia restantes et ont fait le comparatif des superficies boisées avec les chiffres de 2000 ou encore 2010, le résultat a été sans appel : la disparition de la forêt de Tapia s'est fortement accélérée avec la crise de la COVID-19. Les VOI (membres des communautés locales), en charge de la protection des forêts localement, sont désormais conscients de l’enjeu de préservation de cet arbre endémique et Planète Urgence est décidée à renforcer les capacités des VOI, des communes et des administrations forestières pour préserver ces écosystèmes essentiels.”

Thierry RABENANDRO, Responsable du Programme Environnement & Développement à Madagascar

    On comprend ainsi que les forêts sont indispensables à l’équilibre climatique et qu’il faut à tout prix les préserver. Vous pouvez aider Planète Urgence et soutenir l'association dans sa mission de préservation des forêts et de développement local en faisant un don !

Je donne pour les forêts

  Un grand merci à tous pour votre engagement aux côtés de Planète Urgence !  

Fight against deforestation: we talk about it with an expert

Serge Morand interview L’actualité de cette dernière année a été fortement perturbée par la crise sanitaire du COVID-19, qui est représentée comme une véritable prise de conscience par tous sur la santé très fragile de notre planète. Émergence de nouvelles maladies, zoonoses, lien entre maladies infectieuses et activités humaines… Un an après les premières mesures drastiques mondiales face à ce virus, qu’en est-il vraiment de son origine ? L’Homme, et notamment ses activités à forte pression sur les forêts, est-il directement mis en cause dans cette situation ? Serge Morand est un chercheur au CNRS-CIRAD, enseignant à la Faculté de médecine tropicale de Bangkok (Thaïlande) et écologue vivant en Asie du Sud-Est. Son dernier livre paru en septembre 2020 L’homme, la faune sauvage et la peste (Fayard) présente les principales causes de l’apparition de nouvelles maladies infectieuses (dont le COVID-19), dont notamment la déforestation et la surexploitation de nos forêts mondiales.  
Planète Urgence : Débutons par le commencement : quels sont les rôles des forêts et de la biodiversité pour l’Homme ?
  Serge Morand :

« La forêt est un élément essentiel de la régulation du climat local et global.[1] ».

De nombreuses études scientifiques démontrent l’importance des forêts pour la régulation du climat, mais également pour la santé des sols ou la qualité des eaux de surface et souterraine. En ce sens, les forêts contribuent à la santé planétaire. Les forêts multi-spécifiques sont riches de biodiversité pourvoyeuse de ressources importantes pour les populations locales et plus largement pour l’humanité toute entière. Les forêts en fournissant des services écosystémiques variés, supports de nombreuses activités humaines, contribuent à la santé et au bien être humain. Pourtant, la déforestation se poursuit dans de nombreux pays, principalement de la zone intertropicale. Les impacts de la déforestation sont très perceptibles pour la santé planétaire. « Déforestation et feux de forêts contribuent à accroître la contribution négative des forêts au changement climatique.[2] » Les travaux scientifiques sont alarmants. La dégradation des habitats, et en particulier des forêts naturelles, entraîne une accélération de pertes de biodiversité. On parle d’une véritable défaunation de certains écosystèmes forestiers, quand ce n’est pas leur disparition par les effets combinés de l’agriculture intensive, extractive et industrielle. Les rapports de l’IPBES de 2019, Planète Vivante du WWF de 2020, et Forêts de la FAO en 2020 montrent que nous avons atteint un point critique de régénération des forêts naturelles comme de la biodiversité. Les modes de vie, les cultures et savoirs des sociétés traditionnelles et indigènes sont également fortement menacées par cette grande accélération des activités extractives globalisées. We find that the increases in outbreaks of zoonotic and vector-borne diseases from 1990 to 2016 are linked with deforestation, mostly in tropical countries[3]. La santé des populations locales et globales est également mise en danger par de nouveaux risques épidémiques. La baisse des couvertures forestières s’accompagne souvent d’une augmentation de l’élevage. Une plus grande densité d’animaux d’élevage a comme conséquence directe d’augmenter les débordements d’agents infectieux issus de la faune sauvage et d’amplifier leur transmission. Ces démarrages locaux de transmission, que l’on nomme clusters, ne restent pas localisés. La globalisation des échanges en pleine accélération assure une dissémination des épidémies qui de locales deviennent globales. Non seulement nous observons beaucoup plus d’épidémies causées par un nombre croissant d’agents infectieux et parasitaires, mais ces épidémies tendent de plus en plus à devenir des pandémies.

indonésie reforestation planète urgence

D’autres changements des couvertures forestières ont également des effets néfastes pour la biodiversité et pour la santé. Il s’agit des plantations commerciales monospécifiques, comme le palmier à huile ou le teck, et l’afforestation, c’est à dire la transformation d’écosystèmes de prairies naturelles ou cultivées de manière traditionnelle en plantations d’essences pour le marché international. « […] association between the increasing number of outbreaks of vector-borne diseases and the increase of oil palm plantations[4] ». Là encore, les données montrent une corrélation entre l’augmentation des épidémies de maladies vectorielles et l’extension de ce type de plantations. On voit bien donc comme le global, avec les demandes extractives de ressources vivantes, accroit les débordements de pathogènes et les transmissions locales qui, en une sorte de boomerang, se transmettent ensuite à la planète entière.  
Quel est lien entre la déforestation et l’émergence de nouvelles épidémies ?
  Serge M. : Les exemples d’impacts de la déforestation sur la santé des humains sont nombreux. Une analyse comparative a montré que la déforestation favorise les moustiques qui servent de vecteurs de maladies humaines. L'association entre la déforestation et les épidémies de malaria a été documentée au Brésil comme en Asie du Sud-Est. La réémergence de maladies parasitaires, comme les leishmanioses transmises par les arthropodes vecteurs, a également été mise en relation avec la déforestation en Amérique latine. Plusieurs études ont également souligné le rôle de la déforestation forestière dans l'émergence de maladies zoonotiques comme la fièvre de Lassa et Ebola en Afrique. La déforestation et défaunation ne se limitent pas à la seule perte irrémédiable d’espèces. Et cela est déjà triste en soi. De nombreuses régulations écologiques sont affectées comme la prédation et la compétition. Des milieux appauvris favorisent les espèces généralistes et synanthropiques réservoirs, comme les rats, et les vecteurs, comme les moustiques ou les tiques, et avec elles de nombreux microbes et parasites potentiellement pathogènes pour les humains ou leurs animaux domestiques. Ces réservoirs et vecteurs libérés de la régulation par leurs prédateurs, comme les carnivores et les insectivores, voient leurs populations et densités s’accroître favorisant par la même la transmission d’agents infectieux. Les risques d’épidémies locales augmentent. Ainsi, nous avons pu mettre en évidence une corrélation temporelle globale entre la baisse de couverture forestière et le nombre d’épidémies de maladies vectorielles et zoonotiques.   Nous sommes encore loin de pouvoir expliquer les conditions de l’émergence du SARS-CoV2 à l’origine de la pandémie de COVID-19. Une chose est sûre est que nous avons un problème de relation avec la nature et particulièrement avec les animaux. D’un côté, nous avons de plus en plus d’animaux élevés pour la consommation, la fourrure, le marché des animaux de compagnie, et cela inclut les animaux de la faune sauvage. D’un autre côté, nous détruisons de plus en plus d’écosystèmes naturels ou traditionnellement entretenus comme les prairies et les paysages agro-culturels multifonctionnels. Nous créons les conditions idéales en affaiblissant les régulations écologiques dont les régulations de transmission des agents infectieux. En affaiblissant la résilience des écosystèmes, nous affectons la résilience de nos sociétés et des systèmes de santé publique ou vétérinaire.    
Les épidémies sont-elles donc prévisibles selon nos actes ? va-t-on vers un chemin « de plus en plus d’épidémies » ?
  Serge M. : On connaît suffisamment pour savoir que la simplification et l’artificialisation des habitats comme l’expansion de l’agriculture et de l’élevage industriels sont néfastes pour la biodiversité, le climat et pour la santé des humains et des non-humains. Si on ne s’attaque pas sérieusement aux problèmes causés par un développement économique court-termiste insouciant de la planète et de ses habitants, alors nous allons au-devant de nouvelles crises sanitaires, mais qui accompagneront de crises écologiques et de crises sociales. Malheureusement, nous focalisons notre attention sur les conséquences, nous agissions uniquement en situation de crises, et souvent mal, et nos actions se limitent aux thérapies d’urgence en plaidant pour plus de biosécurité et de biosurveillance. Alors même que nous devons nous consacrer aux causes de ces dérèglements et pas seulement à leurs conséquences.   « La déforestation massive, l’endiguement abusif des cours d’eau, la pollution de l’atmosphère, des eaux et des sols aboutissent à un désordre planétaire inédit marqué par la disparition d’un grand nombre d’espèces animales et végétales et mettant en péril la capacité de résilience des systèmes biologiques et naturels. »[5]   Il est de temps de renouer avec le vivant, de comprendre que notre économie, nos liens sociaux, notre santé et notre bien-être dépendent d’écosystèmes fonctionnels et riches en biodiversité. L’espèce humaine ne peut vivre dans une société du risque global tentée par l’éradication d’un vivant « indésirable » et par la manipulation génétique du reste du vivant « utile » afin de l’adapter aux conditions « invivables » créées par un système économique court-termiste. Une social-écologie de la santé reconnaît la complexité dynamique des interactions entre les humains, leurs organisations sociales et modes de production économique, l’environnement, le climat, la biodiversité et y compris celle des microbes. La social-écologie est une ambition scientifique à même de contribuer au dialogue nécessaire entre citoyens et leurs associations, administrations, agriculteurs et éleveurs, agents économiques, politiques, afin de créer collectivement les territoires de vie partagés, écologiquement productifs et résilients pour la santé et le bien-être de tous, humains et non-humains.

plantation tapia Madagascar

« Si rien ne change, alors l’avenir est prévisible, avec de nouvelles pestes à venir. »[6]

   
Peut-on agir et réconcilier l’environnement et l’Humain ?
  Serge M. : La fenêtre d’action est étroite. Les organisations internationales des Nations-Unies contribuent toutes à la prise de conscience et à la mise en place d’un agenda d’actions. Ce sont d'abord les Objectifs du Développement Durable (ODD) ou les nouveaux objectifs pour la biodiversité. La société civile est également mobilisée. Même les grandes entreprises commencent à prendre la mesure de l’urgence. Les collectivités locales impulsent de nombreux projets que ce soient pour la transition écologique, le climat, la biodiversité. Il devient urgent de préserver les forêts mondiales, tropicales et tempérées, de penser à des objectifs de restauration des forêts et non pas uniquement de plantations forestières qui ne pourront contribuer au fonctionnement écologique, aux besoins immédiats des sociétés locales, à la santé planétaire comme à la santé des humains et des non-humains. Le thème de l'année 2021 pour la Journée Internationale des Forêts : "La restauration des forêts : une voie vers la reprise et le bien être" porté par l'ONU (FAO) et La Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes devraient fournir l’agenda des actions collectives à entreprendre. Les initiatives internationales ou nationales doivent se compléter par les actions collectives et individuelles. Renouer avec la Nature a des implications sur nos modes de vie, de déplacement, de consommation et d’alimentation. Il va s’agir de promouvoir une société de citoyens plus économes en ressources vivantes consommées, mais plus demandeurs en bienfaits psychologiques, de santé et de bien-être procurés par la Nature, la biodiversité, et les forêts.    
Quel est selon vous le rôle des ONG comme Planète Urgence – qui renforce les communautés locales - pour préserver les forêts et la biodiversité ?
  Serge M. : Les ONGs, comme Planète Urgence, sont des acteurs intermédiaires indispensables entre différents mondes, politique, administratif, économique et de la recherche, qui ne travaillent pas assez ensemble pour le bénéfice des communautés locales et de leurs environnements naturels. J’aurais une mention spéciale pour les petites ONGs françaises qui portent un message et des valeurs différentes des grandes ONGs états-uniennes ou anglo-saxonnes en général. Elles mériteraient d’être plus reconnues et soutenues par les agences de développement françaises et européennes. On doit se poser la question d’une plus grande visibilité et d’un plus grand soutien aux ONGs françaises qui agissent à l’international. Les grandes associations françaises de défense de l’environnement ou de la biodiversité n’ont que peu intégré la nécessaire internationalisation de leurs activités afin de mieux répondre aux enjeux qui sont planétaires.  

Controle sanitaire des plants au sud du Parc Cameroun

   
Question « bonus » : En avril dernier, Planète Urgence avait contribué à la consultation citoyenne du « Monde d’après » la pandémie du COVID-19 initié par Make.org, le Groupe SOS (dont fait partie Planète Urgence) ou encore le WWF… à quoi ressemblerait votre monde de l’après ?
  Si on ne réagit pas collectivement, le « monde d’après » sera celui du « monde d’avant » mais en pire. Le monde de demain se construira en faisant confiance à l’intelligence collective traduit par des initiatives locales porteuses de bien-vivre ensemble. Le monde de demain ne sera plus un monde dominé par une économie court-termiste destructrice des écosystèmes et créatrice d’inégalités économiques et d’injustices, mais un monde où l’économie sera centrale car remise au service du bien-être des humains et des non-humains.   A propos de Serge Morand :

à propos de Serge Morand

Serge Morand est un chercheur au CNRS-CIRAD, enseignant à la Faculté de médecine tropicale de Bangkok (Thaïlande) et écologue vivant en Asie du Sud-Est. Son dernier livre paru en septembre 2020 L’homme, la faune sauvage et la peste (Fayard) présente les principales causes de l’apparition de nouvelles maladies infectieuses (dont le COVID-19), dont notamment la déforestation et la surexploitation de nos forêts mondiales.   Sources et bibliographie : [1] MORAND S., L’homme, la faune sauvage et la peste, Fayard, p.217 [2] Idem, p.219 [3] MORAND S., LAJAUNIE C., Outbreaks of vector-borne and zoonotic diseases are associated with changes in forest cover and oil palm expansion at global scale [4] Idem, p.6 [5] GWENAËL VOURC’H, FRANÇOIS MOUTOU, SERGE MORAND, ELSA JOURDAIN, Les zoonoses, ces maladies qui nous lient aux animaux, éditions QUAE, février 2021 [6] MORAND S., L’homme, la faune sauvage et la peste, Fayard, p.102

An ambassador becomes "Plastic Pirate"

Didier M., ancien volontaire de Planète Urgence, a porté les couleurs de l'association lors de lopération « Pirates du Plastiques » le 23 mai dernier et participera de nouveau le dimanche 27 juin 2021 à Marseille. Cette opération a pour but denlever le plastique des plages du Prado et de sensibiliser les baigneurs présents au zéro déchet.  

 

Un engagement au-delà de ses missions de volontariat 

 

Lengagement de cet ancien chercheur au CEA auprès de Planète Urgence a commencé en 2010 avec sa première mission de volontariat qui a vite été suivie par plusieurs autres : en somme, il a effectué des missions de volontariat en France, en Argentine, au Maroc, en Indonésie, en Guinée, en Equateur, en Indonésie, au Zimbabwe et au Bénin.

Son engagement pour Planète Urgence ne s’est pas arrêté là puisqu’il est désormais un membre actif du réseau des ambassadeurs de l’association en région Provence-Alpes-Côtes-d’Azur.

« Être ambassadeur, cest aussi partager mes inquiétudes et mon enthousiasme » , témoigne Didier. 

« Partager mes inquiétudes, cest réussir à faire prendre conscience à dautres quels sont les enjeux en cours pour la planète et donc pour lhumanité. Aussi bien en termes de protection décosystèmes que d’équilibre de vie !  Et partager mon enthousiasme, cest, avec Planète Urgence, pouvoir proposer des moyens dactions efficaces sur le terrain. »

Un évènement au service de l’écosystème marin  

 

L’opération “Pirates du Plastique” à laquelle Didier va participer le 27 juin prochain est proposée par le Parc National des Calanques de Marseille pour sensibiliser à la propreté de la mer. En partenariat avec la SNM, une société nautique, l’opération aura à sa disposition une vingtaine de voiliers. Les Pirates vont parader en mer du Vieux-Port jusqu'à la Corniche pour débarquer en paddles et kayaks sur les plages du Prado. À l'abordage et mort aux déchets !  

Un réseau des ambassadeurs essentiel à la vie en région de Planète Urgence 

 

Si Didier peut représenter Planète Urgence grâce à cette action c’est parce qu’il fait partie du réseau des ambassadeurs appelé Planète Solidaire. Ce réseau est un ensemble d’acteurs bénévoles engagés qui participe au rayonnement de l’association dans les différentes régions françaises. Il s’est construit avec le souhait de plusieurs volontaires revenus de leurs missions de poursuivre leur engagement auprès de Planète Urgence. Les ambassadeurs organisent ou participent ainsi à des actions ciblées en fonction de leurs appétences : parrainer un futur volontaire, prospecter de potentiels partenaires, organiser un évènement local ou encore soutenir la levée de fond de l’association en relayant les campagnes de dons 

Alors, si vous aussi vous souhaitez aller plus loin dans votre engagement, êtes ancien volontaire ou souhaitez contribuer tout simplement en tant que bénévole aux actions de Planète Urgence, rejoignez la communauté Planète Solidaire !

Rejoindre le réseau  

3 Questions to Amandine Hersant, Executive Director of Planète Urgence

Planète Urgence vient de souffler ses 20 bougies, quel bilan faites-vous des 20 dernières années ?

 
Planète Urgence est née de la conviction - osée à l’époque – que le monde de la solidarité et celui de l’entreprise pouvaient s’entraider et les 20 ans qui viennent de s’écouler lui ont donné raison : nous sommes maintenant tous convaincus que les Objectifs du Développement Durable ne seront atteints que grâce à la collaboration de tous ! L’origine de l’association remonte à 1992 en pleine guerre du Golfe, sur un terrain d’intervention d’une grande ONG de l’humanitaire, où l’expérience a montré que le partage de compétences spécifiques de salariés pouvait être un vrai levier de succès pour les actions de solidarité. L’association s’est alors créée autour du Congé Solidaire® qui est aujourd’hui encore et plus que jamais un moyen de renforcer des acteurs locaux du développement mais aussi une formidable opportunité d’engager les citoyens et entreprises sur les objectifs du développement durable. Puis en 2006, alors que nous travaillions au renforcement de capacités de communautés sur l’île de Sumatra, en Indonésie, nous avons vu les communautés très fragilisées suite au tsunami dont l’impact a été aggravé par la disparition des mangroves. Nous avons compris l’urgence d’avoir une réponse intégrée entre le renforcement des femmes, des hommes et la préservation des espaces naturels. 20 ans après, nous travaillons avec une centaine de partenaires de 15 pays, nous avons permis à plus de 10 000 volontaires de participer à notre mission associative et nous accompagnons des collectifs locaux à Madagascar, au Cameroun et en Indonésie pour renforcer leurs solutions fondées sur la forêt en faveur du climat, de la biodiversité et de la résilience des territoires.

Quelles sont les singularités de Planète Urgence ?

Avec le recul de ces 20 ans, je crois que nous avons 3 éléments qui nous distinguent, au-delà des actions classiques des ONG de solidarité internationale et de préservation des forêts :
  • Nous avons une approche pragmatique des problématiques sociales et environnementales et y apportons des réponses extrêmement locales grâce à nos équipes basées dans 8 pays différents. Cela nous permet de construire des projets concrets en grande proximité avec les acteurs locaux sur des zones particulièrement fragiles.
  • Quand on travaille sur des projets de développement, on se rend compte de l’importance d’avoir une démarche intégrée et d’approcher une problématique dans toute sa complexité. Chez Planète Urgence, on agit à trois niveaux : sur la préservation des forêts et de la biodiversité ; sur le développement économique local et sur la sensibilisation à l’environnement – notamment en milieu scolaire.
  • Nous travaillons enfin avec des centaines d’entreprises françaises et internationales, et nous leur permettons d’engager concrètement leurs salariés dans la solidarité internationale, à travers le Congé Solidaire® mais aussi du e-volontariat.
 

Et comment percevez-vous l’année 2021 qui s’annonce ?

2021 sera probablement une année encore difficile dans notre quotidien à tous, et particulièrement pour les ONG qui devront gérer des problématiques sociales, climatiques, environnementales grandissantes avec des moyens incertains. Ce contexte exige de redoubler d’énergie pour renforcer les Hommes pour une planète solidaire et durable, et nous le ferons.Je crois aussi que 2021 peut être une année de métamorphose. L’an passé, nous avons fait évoluer de façon abrupte nos façons d’être, nous l’avons vu via une consommation plus sobre, des élections politiques favorables à l’écologie et au vivre ensemble... En 2021, je pense que nous allons toucher à l’être et cela peut réellement amener une profonde transformation de notre société. En tout cas je le souhaite !

Planète Urgence in Madagascar: meeting with local partners during the annual workshop

Fin janvier, 16 partenaires locaux ont répondu présents à l’invitation de la Délégation de Planète Urgence à Madagascar pour son atelier annuel des associations locales. Sur le thème de « Comment identifier et encadrer vos besoins », cet atelier était l’occasion d’échanger sur les nouvelles orientations pour cette année et notamment d’affirmer l’engagement de Planète Urgence malgré l’absence de volontaires sur le terrain à cause du COVID-19.   

Des missions de volontariat bouleversées par le contexte sanitaire

Faisant suite à la pandémie du COVID-19 qui continue de sévir, toutes les missions de volontariat sur le terrain (en « physique ») de Planète Urgence ont été suspendues. Des missions programmées au début de l’année ont été reportées, voire d’autres annulées. Tous les secteurs d’activités ont été impactés par cette crise et cet atelier était nécessaire pour réunir les partenaires et renforcer le soutien et l’accompagnement de Planète Urgence. Malgré l’absence de volontaires sur le terrain, Planète Urgence a impulsé un nouvel esprit de résilience à ces partenaires grâce à un nouveau dispositif lancé l’été 2020 : le e-volontariat.  Les 16 partenaires locaux présents (9 associations et ONG, 2 parcs nationaux, 3 écoles, 1 lycée technique, 1 coopération centralisée et 1 centre de formation professionnelle), dont certains sont rattachés à des entités publiques tel que le Ministère de l’Éducation Nationale, ont donc pu échanger sur leurs difficultés rencontrées face à la pandémie, chercher ensemble des solutions de sorte à créer une synergie positive et ainsi pouvoir proposer des missions de qualité et surtout en cohérence avec leurs besoins réels.    
« Avec le COVID-19, nous devrions faire preuve d'innovation et de solidarité entre nous, mais aussi d'utiliser toutes les ressources nécessaires pour nous aider à faire face au changement, d'où l'importance de notre collaboration avec Planète Urgence dans le renforcement de capacités. »  
RAKOTOZAFY  Larissa, Chef du Service des relations Internationales, Ministère de l'Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle    

Un atelier ayant mis en évidence l’importance de s’adapter au contexte

Chaque partenaire local a été sollicité pour identifier de manière globale les forces de son organisation et également ce qui pourrait lui manquer pour le bon fonctionnement de sa structure.  C’est suite à cet exercice essentiel que les associations locales ont identifié leurs principales problématiques depuis l’arrivée du COVID-19 : des ressources financières et humaines qui tendent à se réduire, des partenariats techniques et financiers qui ne suffisent plus à assurer la pérennité de leur organisation, ou encore l’augmentation du décrochage scolaire pour les partenaires œuvrant pour l’éducation.  Désormais, les nouvelles thématiques adaptées à ce nouveau contexte vont être proposées aux futurs volontaires de Planète Urgence comme par exemple la recherche de fonds, le montage de projets d’activités génératrices de revenus ou encore l’élaboration d’une stratégie de communication afin de mieux faire connaître cette entité au niveau local.  Une adaptation nécessaire donc, afin de pouvoir optimiser le renforcement des capacités et capitaliser les nouveaux dispositifs de Planète Urgence, et notamment le e-volontariat.  Les partenaires ont également été enthousiastes quant à la création d’un réseau de partenaires de Planète Urgence et être ambassadeurs auprès d’autres structures qui seraient susceptibles d’être intéressés par l’accompagnement de l’association.   
 « Grâce à cet atelier, nous avons pu mieux nous connaître et réaliser que nos activités sont interdépendantes. Planète Urgence pourra impulser une mise en réseau de ses partenaires, une initiative accueillie positivement. » 
Nathalie Rakotondramoma, Responsable programme volontariat de la délégation de Madagascar    Voir toutes les missions de e-volontariat disponibles à Madagascar  

COVID-19: how e-volunteering keeps local partners close to volunteers

Pour assurer sa mission "Renforcer les Hommes"malgré la fermeture des frontières, Planète Urgence déploie depuis cet été du e-volontariat. Des missions que les volontaires réalisent à distance, qui nous permettent d'assurer la continuité de notre engagement auprès de nos partenaires, durement impactés au cours de ces derniers mois.   Parmi les premiers volontaires engagés à distance, Christophe Bertrand, expert détection de la fraude d'Allianz France. Il a formé les éducateurs membres de l’association locale Enda Océan Indien à Madagascar en PowerPoint du 10 novembre au 1er décembre 2020.    

Connaissiez-vous Planète Urgence avant de vous engager avec votre employeur ? 

  Non, cependant Allianz France étant partenaire de Planète Urgence, j’ai pu découvrir l’association suite à la lecture d’un post sur l’intranet Allianz. Olivier Renard, à la Direction RSE d’Allianz France, nous a également présenté l’opportunité de faire du e-volontariat en partenariat avec Planète Urgence.   

Qu’est-ce qui vous a motivé à vous engager en tant que e-volontaire avec Planète Urgence ? 

  Il y a plusieurs années maintenant, j’ai réalisé une première expérience dans le volontariat au Sénégal, durant laquelle, j’ai pu découvrir les communautés locales ainsi que leur village et leur mode de vie. Par la suite, j’ai également effectué quelques actions (maraudes, journée de l’engagement…). Tout cela m’a fortement motivé à apporter ma contribution de manière plus régulière.   La formule du « e-volontariat » fut, donc, pour moi une très bonne opportunité afin de concrétiser ce souhait et de pouvoir contribuer à des missions sans les contraintes logistiques liées au contexte de la COVID-19. En effet, j’ai choisi cette mission (Formation en Powerpoint pour des éducateurs à Madagascar) car je me sentais légitime en termes de compétences de pouvoir proposer une aide efficace et concrète en lien avec mon parcours professionnel.    

Aviez-vous des a priori sur cette mission ? Des appréhensions ?  

  Absolument pas, cela fut une découverte de A à Z pour moi, et cela sur l’ensemble du déroulement du processus et de la mission. C’était une première expérience chez Allianz, et j’étais le premier collaborateur à me lancer dans le format du E-volontariat. J’ai donc tout découvert, une organisation de Planète Urgence très structurée, une richesse et une diversité des missions pour les volontaires, des processus de candidature et de formation très cadrés, l’atelier Pays pour la découverte et la prise en compte des spécificités culturelles etc.    J’ai le sentiment d’avoir eu un accompagnement de qualité tout au long de ma mission, que ce soit du côté d’Allianz, avec ma ligne managériale et la direction du RSE ou de Planète Urgence avec tous mes interlocuteurs.  Une seule question m’est venue à l’esprit : vais-je être à la hauteur de la mission qui m’est confiée ?    Cela m’a alors fortement challengé et fait sortir de ma zone de confort afin de faire en sorte que tout se passe pour le mieux et tout en imaginant des solutions adaptées à la situation du terrain et aux attentes des bénéficiaires.   

Quelles sont vos impressions maintenant que votre mission est achevée ?  

  Ma mission s’est très bien déroulée malgré quelques aléas techniques liés à la connexion. Nous avons réussi à mettre de la proximité et beaucoup de chaleur humaine dans nos échanges malgré les 8700 km de distance.  Mon objectif était avant tout de me mettre à leur disposition et de répondre à leurs attentes. Les bénéficiaires à l’issue de cette mission ont acquis beaucoup de connaissances grâce à la mise en œuvre concrète d’exemples dans chaque session de formation. Avec ces acquis, ils sont maintenant autonomes, peuvent développer et améliorer leurs activités. Nous avons prévu un feedback d’ici quelques mois avec des exemples concrets de leur part, ce moment-là sera la plus belle des récompenses pour moi car cela signifiera pour moi « mission accomplie ! »  J’ai vraiment le sentiment d’avoir contribué à une vraie expérience de solidarité internationale grâce à ce nouveau format. Cette mission m’a permis d’aborder la dimension interculturelle par la découverte et la sensibilisation à une autre culture et ses modes de pensées. C’est pour moi une composante importante dans ce genre d’expérience car on se découvre et on s’enrichit mutuellement.    En conclusion, c’est une très belle aventure personnelle que je souhaite renouveler dans l’avenir.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              Je n’ai qu’une phrase à ajouter : Osez, sautez le pas ! En vous engageant, vous serez l’acteur de votre propre épanouissement et vous contribuerez à celui des bénéficiaires !     Un grand merci à Christophe BERTRAND pour son engagement auprès de Planète Urgence.  Si vous aussi vous souhaitez comme Christophe réaliser une mission de e-volontariat ou découvrir toutes nos missions, rendez-vous sur cette page.      

Planète Urgence accueille son nouveau partenaire au Cambodge : Wildfowls and Wetlands Trust (WWT)

Planète Urgence agit au Cambodge depuis 2013 et ce pays fût longtemps le premier d’intervention de l’association en Asie. Dans sa volonté d’accroître son impact, l’association ajoute un nouveau partenaire local à la liste des 22 déjà existants du pays. Il s’agit du Wildfowls and Wetlands Trust (WWT) dont la principale mission est de préserver les zones humides dans la partie basse du Delta du Mekong.   

L’importance de préserver les zones humides pour la biodiversité et l’Homme

WWT a pour mission la préservation et la protection des zones humides. Ces zones, que l’on retrouve aux quatre coins du monde et qui sont vitales pour 40% des espèces, ne couvrent aujourd’hui que 1% de la surface du globe. Celles-ci fournissent des habitats à un grand nombre de peuples et d’espèces en danger ainsi qu’une barrière naturelle contre les catastrophes telles que les inondations, les sécheresses et la pollution.  Dans le monde, le Cambodge est l’un des pays qui dépend le plus de ces zones humides. Plus de 46% de la population y travaille en plus d’y vivre et 80% en dépendent pour se nourrir. Malheureusement, en 15 ans, la moitié des zones humides cambodgiennes ont disparu ce qui représente une catastrophe pour la biodiversité et les communautés locales.  WWT travaille avec des partenaires locaux pour préserver deux des dernières zones humides dans la partie basse du Delta du Mekong.   

Soutenir les communautés pour préserver le développement économique local

Les prairies du Sud du Delta du Mekong sont inondées 6 mois de l’année. Pendant cette période, les agriculteurs doivent produire le plus de riz possible pour pouvoir tenir les 6 mois suivants. Pour ce faire, ils utilisent généralement des produits chimiques qui polluent l’eau, tuent les poissons et sont sources de problèmes de santé pour ceux qui en dépendent.   WWT travaille avec les communautés d’agriculteurs d’Anlung Pring pour les aider à utiliser moins de produits chimiques tout en maintenant leur rendement. Egalement, le projet d’éco-tourisme soutenu par WWT permet de rassembler les membres des communautés locales dans le cadre d’une initiative source de revenus supplémentaires. Les communautés proposent donc des services d’éco-tour, des expériences de vie chez l’habitant et vendent leurs produits aux visiteurs étrangers. Elles apprennent également l’importance des zones humides, très attractives pour les touristes étrangers.  L’ONG est également porteuse d’un projet éducatif sur le même site touristique d’Anlung Pring et est en train de développer un programme pour des groupes de lycées afin de les sensibiliser à la protection de l’environnement.   

Notre soutien à WWT

Dans le cadre du nouveau partenariat avec WWT, Planète Urgence propose deux nouvelles missions : 
  • Une mission de Congé Solidaire® : sur le terrain, renforcer les capacités des équipes de WWT en management (structurer les opérations, diviser les tâches, gérer les conflits…)  
  • Une mission de e-volontariat (à distance) en Marketing : accompagner les équipes de WWT dans la promotion du site eco-touristique d’Anlung Pring. 
Ces missions sont ouvertes aux salariés de nos entreprises partenaires. Vous souhaitez mettre vos compétences à contribution et appuyer WWT dans sa mission ? Postulez via notre site internet.

Bilan de l'opération des Eco-kits Scolaires 2020

Animation club environnement pour la sensibilisation au Togo

Projet culturel avec l'association des jeunes pour la promotion de la culture de l'artisanat et du tousime Ajpcat au Bénin

Formation en montage technique et financier de projets de développements des membres de l'ONG Fanoitra à Madagascar

Training in marketing and communication for an ecotourism projet in Cambodia

Training in design fabric bags and other fabric products

Formation en commercialisation et marketing au Pérou

Formation à la vente d'artisanat traditionnel au Pérou

Gestion de Projet avec A&D à Tanguiéta au Bénin

Alphabétisation des femmes adultes de Tanguiéta au Bénin

Data base creation in India

Training website and social media in India

Formation au montage de vidéo au Pérou

Suivi de la faune et de l'avifaune dans la réserve de Rio Bigal

Suivi Ornithologique dans le parc de la Pendjari - Bénin

Fiche impact écologique pour le parc de la Pendjari au Bénin

Suivi des tortues marines sur les plages d'Ebodje - Cameroun

Suivi écologique de la faune sauvage du parc de Campo Ma'an

Suivi ornithologique dans la vallée de la Sitatunga - Bénin