fbpx
Mission d'appui socio-éducatif
Actualités de l'ONG, Afrique, Congé Solidaire®, Non classé, Volontariat

Témoignage de Sophie Gozlan, volontaire en Congé Solidaire®

Portrait de Sophie Gozlan, partie en mission d’appui socio-éducatif à Madagascar en 2013, 2014, 2016, 2017.

Témoignage de Sophie Gozlan

Avant de partir en Congé Solidaire®, plusieurs questions traversent l’esprit d’un volontaire. De quoi suis-je capable ? Que puis-je apporter en si peu de temps ? Ces questions Sophie se les ai posées avant de partir pour la première fois en mission en 2013. Aujourd’hui, elle part pour la cinquième fois avec Planète Urgence, grâce au soutien de son employeur Clarins. Bouleversée par un témoignage sur le Congé Solidaire® lors d’un séminaire en entreprise, Sophie s’est lancée. 2013, 2014, 2016, 2017 furent l’occasion pour elle de participer à différentes missions d’appui socio-éducatif à Madagascar. Même s’il a été compliqué de faire approuver à son DRH sa décision de partir à Madagascar en 2013, pour des raisons de sécurité, elle n’a pas désespéré.

Une mission unique

« Chaque mission est unique, ce que l’on vit est très fort » tels sont les mots de Sophie qui ne cache pas son émotion lorsqu’elle évoque les moments passés auprès de ces enfants. Si toutes ses missions ont été d’une richesse incroyable, celle de 2014 a marqué son parcours. Elle a eu à sa charge un groupe d’enfants, du matin au soir, très dissipé et où les niveaux étaient très inégaux. Ainsi, ce défi l’a poussée à se surpasser et à fournir encore plus d’efforts pour satisfaire ces enfants.

« C’est une aventure ! »

Cours de français

« Le travail était intense, mais nécessaire ».

Elle raconte qu’il est difficile d’être volontaire et qu’il ne faut pas l’oublier. C’est pourquoi, être capable de s’adapter à toute situation est essentiel. Qu’il pleuve des torrents d’eau ou qu’il n’y ait pas d’électricité, il faut toujours répondre présent.

Repartir en mission ? La question ne se pose pas.

Tout au long de ces missions, Sophie a eu à cœur de transmettre à ces enfants le plaisir d’apprendre, la curiosité et le partage. En si peu de temps, il peut paraitre difficile de mesurer l’impact d’un volontaire sur le terrain. Or, pour Sophie chaque volontaire « sème sa petite graine ». L’échange est très fort, on reçoit énormément et on donne aussi beaucoup.

« Personne ne peut le comprendre, il faut le vivre ».

Lorsque Sophie rentre d’une mission, elle est souvent submergée par l’émotion et n’attend qu’une chose, repartir !

About the author

Related Posts