Formation à la recherche de financements

Retour aux missions

Nos Missions

Formation à la recherche de financements

Former les membres de l'Association APINA à la recherche de financements

Objectifs

APINA souhaite pouvoir développer des connaissances en recherche de fonds afin de ne plus être aussi dépendants de leur unique et actuel bailleur: l'ONG eng brek mat lataenamerica. Cette ONG Luxembourgeoise est un partenaire économique essentiel puisqu’il finance actuellement et pour une durée de 5 ans jusqu’en 2020, le projet FOPROTUR à hauteur de 100 mille dollars par année, soit donc 500 mille dollars pour les 5 années de projet.

APINA a créée ce partenariat il y a de nombreuses années, au début de la création du projet CAFFTUR (il y a environ 10 ans). L’association a besoin de ressources financières pour étendre leurs projets et programmes et voudrait ainsi pouvoir apprendre à faire une recherche de fonds et surtout à apprendre à postuler aux appels à projet des bailleurs.

En effet, certains bailleurs ont des exigences et des cadres à respecter complexes et spécifiques. APINA n'a pas de formation pour cibler les bailleurs de fonds.

APINA souhaite pouvoir étendre le projet FOPROTUR à de nombreuses autres communautés. En effet et jusqu'à présent le travail s'est concentré sur 3 communautés en situation d'extrême pauvreté, mais la région de Cusco est constituée de nombreuses autres communautés qui font face aux même problèmes et risques de développement (problème d'alimentation; d'irrigation; d'accès à l'eau, de maladies, etc.). Ces projets améliorent de façon considérable la vie des communautés en situation d'extrême pauvreté et leur permettent de passer d'une économie de subsistance à une économie de vie basée sur le développement et les activités génératrice de revenus.

Pour lancer un projet similaire, APINA souhaiterait pouvoir débuter avec un budget d’au moins 100 000 USD. Avec cette somme, l'équipe pourrait copier le modèle qui à été utilisé dans les autres communautés (Qqencco et Patabamba). L'idée sera notamment de reprendre le même travail depuis le début (sensibilisation au tourisme, aux activités, amélioration des infrastructures, ateliers d'hygiène et de tourisme, créer des réseaux d'eau potable, d'eau chaude, revoir l'éléctricité, etc.)

Cette formation permettra à l’équipe d’APINA de :

-Identifier les sources de financement,
-Connaitre les méthodes et techniques de recherche de financements
-Se former sur la recherche de fonds associatifs,
-Savoir identifier des bailleurs,
-Répondre à des appels à projets, -Élaborer un plan de financement,
-Entretenir une relation avec un partenaire financier (exigences et défis)

Intervention attendue du volontaire

Le/la volontaire apportera une formation pratique et théorique à l'équipe d'APINA et tachera de leur enseigner toutes les méthodes pour qu'ils puissent à terme identifier des bailleurs en fonction de leur thématique d’intervention, faire de la recherche de fonds et répondre à des appels à projet cohérents en accord avec leur besoins et leur réalité.

Le/la volontaire apportera donc une formation complète en méthodes de recherche de fonds et veillera à travailler sur les points suivants:

- A quel organisme de financement adresser une demande de financement?
- Comment connaître les règles et procédures d'intervention des bailleurs de fonds?
- Quelles approches pour développer un partenariat avec les agences donatrices?
-Comment accéder aux financements des fondations internationales, des agences bilatérales et multilatérales et des ONGs internationales?
-Comment développer une stratégie de financement durable pour son organisation?
-Comment adapter la demande aux besoins de l'équipe d'APINA ?

Le/la volontaire sera spécialisé(e) en comptabilité ou aura une activité et/ou expérience dans le domaine financier ou de gestion de projet.

Le/la volontaire sera bilingue et maîtrisera l'espagnol et/ou alors l'anglais. Le/ la candidat(e) sera sensible aux sujets de développement agricole et intéressé(e) par la situation des communautés rurales du Pérou.

Le/la volontaire aura un intérêt particulier pour le monde associatif.

Plusieurs missions seront nécessaires à l’atteinte de l’objectif de ce projet. Une réévaluation des besoins sera donc réalisée à l’issue de la première mission pour préparer les interventions ultérieures.

Remarque(s)

La mission peut se réaliser toute l’année. Le/la volontaire travaillera principalement dans les bureaux de l'association, aux horaires de bureau (environ de 8/9h du matin a 17/18 heure du soir).

Afin de mieux connaitre l’offre touristique et le travail de APINA le/la volontaire ira visiter les communautés pour observer les différents trajets et services proposés. Prévoir de la flexibilité pour ces visites : fin de journée, weekend. Ces extras seront récupérés sur la semaine. Le/la volontaire travaillera approximativement de 5 à 8 heures par jour. Le personnel de l’association travaille de 9h à 13h puis de 14h30 à 18h.

Le/la volontaire domine la gestion au projet et pourra proposer à APINA des conseils afin d'améliorer au maximum les données qu'ils pourront fournir aux agences et bailleurs potentiels. Le/la volontaire devra être bilingue espagnol afin de pouvoir réaliser cette mission.

Type de bénéficiaires

membres d'APINA

Profil des bénéficiaires

-Erland Cahuata Castañeda : 36 ans, président de APINA et chef de projet FROPOTUR, licencié en Tourisme

-Kathy Nohely Leonardo Galindo: 25 ans, assistante technique du projet FROPOTUR, licencié en tourisme et hôtellerie

-Litman Genaro Huamán Morales, 22 ans, Assistant sur le terrain du projet FOPROTUR, licencié en tourisme.

Tous ont un diplôme de licence universitaire specialisée.

Dispositif(s) possible(s)

Congé Solidaire;Mission Solidaire

Notre partenaire local

Asociación Pueblo Indígena en Acción (APINA)

Historique

L'association APINA a pour objectif de promouvoir le développement durable des zones rurales et urbaines d'extrême pauvreté dans la région de Cusco et de la Vallée Sacrée des Incas par :

- l'éducation à l'environnement
- la transmission de savoirs techniques dans le domaine de l'irrigation, la « récolte d'eau », l'agroforesterie et l'éco construction
- la formation de communautés andines en techniques de tourisme

La structure a été créée en janvier 2009 par son président Javier Chuctaya Suclle, et son frère Marco, techniciens agronomes. Ils se sont entourés petit à petit de professionnels de l'agronomie, de l'environnement et du tourisme, et ont cherché à développer leurs projets auprès des communautés paysannes dans les zones ciblées de la région de Cusco. L'association démarre concrètement son activité en décembre 2012. Aujourd’hui, l'association est dirigée par Erland Cahuata.

APINA est financée à 100 % par le Cercle de coopération luxembourgeois ‘Eng Brèck Mat Latäinamerika’. En 2013 ils ont obtenu un budget de 300 000 € pour 3 ans (2013-2015). Aujourd’hui ils comptent avec un budget de 450 000 € repartis sur 5 ans jusqu’en 2020. Les seules collaborations techniques se font avec le gouvernement régional et ses institutions, ainsi que les municipalités des communautés bénéficiaires.

L'association APINA dispose d’un bureau à Cusco. L'équipe est composée de 8 personnes salariées : 2 chefs de projets, 5 techniciens et une comptable. Des volontaires internationaux viennent chaque année via le Service Volontaire de Coopération du Luxembourg ou via le EUAid Corp.

APINA intervient dans 2 provinces de la région de Cusco : la province d'Urubamba, qui a une population d'environ 60 000 habitants dont 51 % habitent dans un milieu rural avec un taux de pauvreté total de 53 %, et la province de Calca, qui a une population d'environ 70 000 habitants dont 64 % habitent dans un milieu rural avec un taux de pauvreté totale de 69 %. Les langues parlées sont l'espagnol et le quechua.

Depuis son démarrage d'activité en décembre 2012, APINA travaille sur plusieurs projets :

- Le projet CADEFFOR (Desarrollo de Capacidades para la Reforestación con fines Agroforestales y Frutícola) est implémenté dans le district de Maras (province d'Urubamba) et vise à développer les capacités techniques agricoles de 8 communautés paysannes bénéficiaires (1700 familles), notamment en agroforesterie et arboriculture (production de fruits traditionnels), « récolte d'eau », et élevage de petits animaux, en intégrant une dimension environnementale (ex : fertilisation naturelle). Bénéficient également du projet la Commission des Irrigueurs de Maras-Anapahua ainsi que 8 institutions éducatives du district de Maras.

Le projet CAFTTUR (Capacitación et Fortalecimiento de Técnicas en Turismo Rural) qui vise à appuyer les communautés paysannes dans l'élaboration d'une offre de biens et services touristiques alternatifs et durables, pour diversifier leurs revenus et améliorer leurs conditions de vie.

L'accent est mis sur la formation à l'éco-construction et à l'amélioration et à l'aménagement écologique de l'habitat (énergie passive, gestion écologique de l'eau et des déchets).

Le projet a été implémenté dans la communauté-pilote de Patabamba (département de Cusco, province de Calca, district de Coya), à 40 km du centre de Cusco et située à une altitude de 3880 m (avec des terres jusqu'à 4135 m). Elle regroupe 160 familles (800 habitants) dont 80 % déclarent l'agriculture comme activité principale, avec la production de textile artisanal.

Une douzaine de familles ont réalisé des travaux de réfection, d'isolation et d'installation de salle d'eau. Le projet de 3 ans, s'est terminé en 2016 et a atteint tous les objectifs fixés grâce à la dynamique d’APINA dans le village.

Au mois de Janvier 2016, APINA a lancé un nouveau projet faisant suite au projet CAFFTUR : le projet FOPROTUR, projet de renforcement et promotion du tourisme rural (qui durera 5 ans, jusqu'en 2020). Le projet a pour objectif principal de former les communautés aptes à trouver et recevoir les touristes, et surtout à garder son marché. L'idée est de placer les offres touristiques proposées par les communautés et augmenter leur fréquentation afin de continuer à développer les revenus des communautés rurales bénéficiaires.

Le projet FOPROTUR se développe dans les communautés de Patabamba et Qquencco situées dans le district de Coya, province de Calca et région de Cusco. Ainsi qu'au sein de la communauté Cochayoc, dans le district de Lares dans la province de Calca.

Plus spécifiquement, le projet avec la communauté de Patabamba se réalise par le biais de l'association des familles et ils sont en plein processus de commercialisation.

La communauté de Qquencco est composée de 65 familles et ensemble ils ont construit le Lodge Qoricocha, en face de la lagune du même nom. L'inauguration du Lodge a eu lieu au mois de décembre 2016 et ils travaillent à présent sur la recherche de clients et de contacts afin de promouvoir l'offre touristique.

Enfin et concernant la communauté de Cochayoc, le projet en est encore à ses débuts.

Accueil et transfert

Le partenaire ira chercher le/la volontaire à l'aéroport et le/la déposera à son hôtel. La durée du trajet est d'environ 20 minutes en fonction du trafic.

Les déplacements entre l’hôtel et les locaux d’APINA se feront chaque jour en taxi ou en combi (bus local) (10 minutes maximum).

Aéroport d'arrivée

Cuzco

Hébergement

Le/la volontaire sera logé dans un hôtel du centre-ville historique de Cusco (eau chaude et wifi). Il/elle pourra être amené(e) exceptionnellement à passer une nuit dans la communauté en fonction du travail à accomplir (conditions plus rustiques : eau froide).

Le/la volontaire prendra ses petits déjeuners et dîners à l’hôtel et ses déjeuners dans l’un des restaurants à proximité des locaux de l’association. Lors des journées dans la communauté, les repas seront préparés par les familles.

Les hôtels ne sont pas bien isolés ni équipés de chauffage, aspect à prévoir en conséquence car la région est assez humide même en dehors de la saison des pluies. Il n’y a pas de moustiques à cette altitude.

Attention : Risque d'avoir le mal de l'altitude les premiers jours. Prendre en considération les conseils de la fiche sécurité sur le Sorroche (=mal des hauteurs).

Matériel disponible sur place

Les bureaux d’APINA sont équipés de :

-3 ordinateurs dont 1 laptop (tous Windows 8 avec Pack Office). - Connexion internet wifi. - Petit matériel de bureau habituel. - Paper-board et projecteur disponible au bureau et pouvant être emmenés sur le terrain.

Le/la volontaire utilisera son propre ordinateur portable (mais possibilité d'emprunter le laptop de l'association en cas de besoin).

Le financement d’une mission

Pourquoi payer pour partir en mission ?

Planète Urgence a fait le choix de s’associer à de petites structures, qui n’ont pas les moyens de rémunérer leurs volontaires mais qui ont un réel besoin d’appui et prend donc le parti de soutenir des associations aux moyens très limités.  En savoir plus.

 

Outre l’organisation logistique, le don mission permet la mise en place d’un réel processus de montage de projet avec le partenaire local. Notre équipe s’assure ainsi du réel impact des missions pour les communautés. Découvrez ce que comprend les frais d’une mission.

 

Par ailleurs, il n’existe pas de financements publics ou institutionnels pour encourager le développement du volontariat international de courte durée sur le thème de la formation professionnelle ou du partage de compétences. C’est pourquoi Planète Urgence demande aux entreprises dans le cadre du Congé Solidaire® et aux volontaires pour les Missions Solidaires de participer aux frais de la mission.

 

Notre Principe de solidarité

Le don mission ne correspond pas au montant réel du coût de la mission choisie par le volontaire mais a été calculé sur la base du coût moyen de nos missions. Nous avons fait ce choix pour ne pas favoriser certaines missions moins coûteuses que d’autres et permettre ainsi à tous nos partenaires de recevoir de manière équitable des volontaires intéressés par leurs actions.

 

Sur le même principe, le financement des offres de volontariat repose lui aussi sur ce concept solidaire: pour une même mission de 2 semaines, le don mission du Congé Solidaire® est plus élevé que celui d’une Mission Solidaire. Le coût des missions résulte en effet d’un équilibre entre ces deux sources de financement permettant ainsi aux personnes ne bénéficiant pas du soutien de leur employeur de partir en mission.

 

Le don ne comprend pas :
– le billet d’avion (dans le cadre d’un Congé Solidaire®, certains employeurs peuvent assumer également le coût)
– les vaccins éventuels,
– le visa éventuel

Les dons de missions, défiscalisable à 66%

Tous les dons de missions ouvrent droit 66% de défiscalisation. Les dons sont déduits du montant de l’impôt sur le revenu à hauteur de 66% pour les particuliers. Ainsi, par exemple, un don de 1 850 € après défiscalisation, reviendra à 629 € pour un particulier. En savoir plus

Découvrez si votre employeur est partenaire de planète Urgence

 

 

 

Votre employeur n’est pas encore partenaire du Congé Solidaire® ?

 

Notre service partenaire vous aide à prendre contact avec le service dédié de votre employeur et vous accompagner.  Pour cela, postuler à la mission qui vous intéresse et précisez le nom de votre employeur.

Planète Urgence accompagne les volontaires dans la recherche de financement

Planète Urgence accompagne ses volontaires dans la recherche de financement afin que les missions soient ouvertes à tous. Il est possible de créer une page de collecte/crowdfunding. Tous les dons effectués par son réseau seront déduits du don global sur les sites partenaires de Planète Urgence. Les donateurs bénéficieront d’une déduction fiscale de 66% du montant de leur don en faveur de la mission.

Je postule

Je postule

PE1HC1

Partenaire : Asociación Pueblo Indígena en Acción (APINA)


Pérou, Cusco

GPS : lat -13.53195
lon -71.96746259999998


Langues :

Espagnol


Thématique : Entreprenariat Social

Type d'intervention :

Compétences : Coordination de projet


Nombre attendu de volontaire(s) sur la mission : de 1 à 2 volontaires


Durée : 2 semaines

Dates : mission disponible toute l'année