Formation à la numérisation du fonds documentaire d’une bibliothèque

Retour aux missions

Nos Missions

Formation à la numérisation du fonds documentaire d’une bibliothèque

Objectifs

Former l'équipe du CEW à la numérisation et au classement des documents de leur bibliothèque

Le CEW dispose d’une bibliothèque spécialisée dans les questions d’environnement, de gestion des ressources naturelles, forêts, biodiversité et compte plus de 1 500 titres.
Un recueil physique et informatisé permet au lecteur de parcourir la liste des documents et d’identifier le titre qu’il souhaite consulter avec ses références.
Les références sont le système de codification des documents : cette codification combine le domaine thématique, le n° d’ordre et le n° de box du classeur concerné. Les références sont reportées sur un registre avec les coordonnées du prêteur.
Les secrétaires du CEW, sur la base de ces références, sortent le document sollicité qui est ensuite consulté sur place. Cette consultation est ouverte à tous mais payante : 6000 FCFA (9.15€) / an, avec une disposition particulière pour les étudiants de 500 FCFA (0.76€) par jour de consultation. Les étudiants sont d’ailleurs parmi les plus nombreux avec les chercheurs professionnels, des représentants des ONG et des consultants.
Le prêt à domicile n’est pas encore institué, faute d’un système pouvant permettre d'éviter les pertes ou rétention de documents.

Afin d'éviter des pertes de documents originaux difficilement reproductibles ou disponibles en exemplaires uniques, il est envisagé de passer progressivement à une bibliothèque numérique. Le besoin de numériser est également né de la crainte des risques d’incendie et du fait que certains documents sont sollicités au même moment par plusieurs lecteurs : le premier arrivé prive les autres de la possibilité de les consulter.

L’objectif du projet est de trouver une technique pour filmer les documents, les regrouper en fichier PDF et concevoir un système d’archivage et de codification de ces documents dans une une base de données.
La bibliothèque numérique sera constituée de l’ensemble des documents numérisés et stockés dans un ordinateur qui ne sera utilisé qu’à cette fin. Les documents seront également stockés dans un disque externe de sauvegarde.
Les titres de bibliothèque numérique seront mis en ligne pour des besoins de publicité, mais le lecteur devra se rendre au sein de l’organisation pour les consulter.
Aussi, la priorité sera d’abord accordée aux documents originaux dont la disparition représenterait une perte irrémédiable. Par exemple, le CEW posséde le compte rendu de la toute première réunion interministérielle chargée de réfléchir au plan d’utilisation du territoire national qui a donné lieu au plan de zonage forestier plus connu des milieux de l’environnement.

Intervention attendue du volontaire

Le volontaire formera le personnel et initiera le processus qui ira par la suite progressivement.
Les compétences manquantes au CEW sont celles liées à la technique de scanning, d’archivage et de codification des fichiers à travers une base de données facile d’utilisation.
ll devra former l’équipe du CEW à la mise en place de la bibliothèque numérique et à l’utilisation de la base de données.

Ensuite, ce seront aux membres du CEW de scanner et classer les documents.

Le volontaire formera également les participants aux systèmes modernes de gestion de bibliothèque (codification des documents, conditions d’abonnement, gestion des prêts de documents...) .

Si la gestion actuelle de la bibliothèque du CEW ne rencontre pas de problèmes majeurs, l’équipe souhaiterait tout de même recevoir des suggestions afin de rendre ce centre de documentation plus attractif et plus innovante dans son fonctionnement.

Type de bénéficiaires

Le personnel du CEW

Profil des bénéficiaires

2 hommes et 3 femmes, salariés du CEW ont un bon niveau informatique et parle bien le français.

Dispositif(s) possible(s)

Congé Solidaire;Mission Solidaire

Notre partenaire local

Cameroon Environmental Watch (CEW)

Historique

Cameroon Environmental Watch (CEW) est une ONG camerounaise engagée en faveur d'une gestion durable des ressources forestières, dont le siège est à Yaoundé. L’association rassemble à sa création, en 1997, 5 enseignants et universitaires inquiets de l’échec de l’application de la loi forestière de 1994, échec menaçant gravement la biodiversité exceptionnelle du pays. Dés lors « Cameroon Environmental Watch » (Observatoire de l’environnement du Cameroun) se fixe pour mission de contribuer à l'application de normes et bonnes pratiques en matière d'exploitation durable des ressources forestières en y associant, notamment, les populations locales. Le CEW estime, à juste titre, que la gestion durable des ressources forestières repose sur la capacité des parties prenantes à créer ensemble des synergies respectueuses des réalités locales. L’organisation intervient de concert avec les administrations techniques, les institutions et organisations internationales, la société civile et les populations locales pour la mise en oeuvre des projets dans ses zones d’intervention : o toute la zone de forêt dense humide pour le projet "Observateur indépendant", o la région du Sud Cameroun pour le projet de soutien à la gestion durable des concessions forestières, o le sud-est pour le projet de suivi de la chasse et de la circulation des produits fauniques, o le massif de Ngog Mapubi-Dibang pour le projet d’écotourisme, o le sud-ouest pour le projet portant sur les zones de chasse communautaire adossées au parc national de Korup. Le CEW mène des actions variées dans différents domaines : o le suivi de l'exploitation forestière par la cartographie et les Systèmes d’Informations Géographiques et la promotion de la certification du bois, o l’appui à la gestion durable des ressources fauniques et à la lutte contre le braconnage, o le développement local participatif, la sensibilisation et l’accompagnement des populations. Le CEW est membre fondateur du Global Forest Watch-Cameroon, initiative du World Resources Institute-Washington, membre du Forest Stewardship Council (FSC), de l'Union Mondiale pour la Nature (UICN) et du Comité National Camerounais de Lutte contre le Braconnage. Parmi les partenaires actuels du CEW, on compte Le Ministère des Forêts et de la Faune, l’UICN, le WWF, Le Global Forest Watch, Planète Urgence, AGRECO (association belge dont la principale motivation est la constitution d’un pôle de compétences de référence dans le domaine de la conservation et de l'utilisation rationnelle des ressources naturelles - http://www.agreco.be/HomeFr.asp), l’Union Européenne à travers son Programme d’Appui à la Structuration de la Société Civile au Cameroun (PASOC) qui a financé ses activités de plaidoyer pour l’amélioration du cadre juridique de la gestion des ressources fauniques au Cameroun, et enfin l’Université de Göttingen (Allemagne). En 2010, le CEW compte 20 membres rassemblant les membres fondateurs, les membres actifs et des volontaires.

Accueil et transfert

Le volontaire sera accueilli à l’aéroport par une équipe du CEW et le transport jusqu’à l’hôtel se fera dans le véhicule du directeur de la structure.
Tous les autres trajets (hôtel - lieu de formation) se feront en taxi.

Aéroport d'arrivée

Yaounde [Nsimalen International]

Hébergement

Le volontaire sera logé à l’hôtel non loin du lieu de travail. La chambre comprend un lit simple sans moustiquaires, un matelas, des draps et des oreillers. Les sanitaires sont individuels : WC et douche avec eau froide.
Le petit déjeuner sera servi dans le restaurant de l’hôtel le matin, le déjeuner dans un autre restaurant proche du lieu de travail et le repas du soir à l’hôtel ou ailleurs selon les préférences du volontaire.

Matériel disponible sur place

Sur place, le volontaire trouvera un bureau et 3 ordinateurs sur lesquels il pourra travailler.
En ce qui concerne la formation, il pourra la dispenser dans la salle de formation du CEW.
Outre les données, le matériel mis à sa disposition comporte entre autres un flipchart, un vidéo projecteur, etc

Le financement d’une mission

Pourquoi payer pour partir en mission ?

Planète Urgence a fait le choix de s’associer à de petites structures, qui n’ont pas les moyens de rémunérer leurs volontaires mais qui ont un réel besoin d’appui et prend donc le parti de soutenir des associations aux moyens très limités.  En savoir plus.

 

Outre l’organisation logistique, le don mission permet la mise en place d’un réel processus de montage de projet avec le partenaire local. Notre équipe s’assure ainsi du réel impact des missions pour les communautés. Découvrez ce que comprend les frais d’une mission.

 

Par ailleurs, il n’existe pas de financements publics ou institutionnels pour encourager le développement du volontariat international de courte durée sur le thème de la formation professionnelle ou du partage de compétences. C’est pourquoi Planète Urgence demande aux entreprises dans le cadre du Congé Solidaire® et aux volontaires pour les Missions Solidaires de participer aux frais de la mission.

 

Notre Principe de solidarité

Le don mission ne correspond pas au montant réel du coût de la mission choisie par le volontaire mais a été calculé sur la base du coût moyen de nos missions. Nous avons fait ce choix pour ne pas favoriser certaines missions moins coûteuses que d’autres et permettre ainsi à tous nos partenaires de recevoir de manière équitable des volontaires intéressés par leurs actions.

 

Sur le même principe, le financement des offres de volontariat repose lui aussi sur ce concept solidaire : pour une même mission de 2 semaines, le don mission du Congé Solidaire® est plus élevé que celui d’une Mission Solidaire. Le coût des missions résulte en effet d’un équilibre entre ces deux sources de financement permettant ainsi aux personnes ne bénéficiant pas du soutien de leur employeur de partir en mission.

 

Le don ne comprend pas :
– le billet d’avion (dans le cadre d’un Congé Solidaire®, certains employeurs peuvent assumer également le coût)
– les vaccins éventuels,
– le visa éventuel

Tout comme le don mission, ces frais peuvent donner lieu à une défiscalisation.

Les dons de missions, défiscalisable à 66%

Tous les dons de missions ouvrent droit 66% de défiscalisation. Les dons sont déduits du montant de l’impôt sur le revenu à hauteur de 66% pour les particuliers. Ainsi, par exemple, un don de 1 850 € après défiscalisation, reviendra à 629 € pour un particulier. . Les frais entourant la mission sont aussi éligibles à la défiscalisation. En savoir plus

Découvrez si votre employeur est partenaire de planète Urgence

 

 

 

Votre employeur n’est pas encore partenaire du Congé Solidaire® ?

 

Notre service partenaire vous aide à prendre contact avec le service dédié de votre employeur et vous accompagner.  Pour cela, postuler à la mission qui vous intéresse et précisez le nom de votre employeur.

Planète Urgence accompagne les volontaires dans la recherche de financement

Planète Urgence accompagne ses volontaires dans la recherche de financement afin que les missions soient ouvertes à tous. Il est possible de créer une page de collecte/crowdfunding. Tous les dons effectués par son réseau seront déduits du don global sur les sites partenaires de Planète Urgence. Les donateurs bénéficieront d’une déduction fiscale de 66% du montant de leur don en faveur de la mission.

Je postule

Je postule

CM2QC7

Partenaire : Cameroon Environmental Watch (CEW)


Cameroun, Yaoundé

GPS : lat 3.848032500000001
lon 11.502075200000036


Langues :

Francais


Thématique :

Type d'intervention : Formation pour adultes

Compétences : Médias et journalisme, Art et culture


Nombre attendu de volontaire(s) sur la mission : 1


Durée : 2 semaines

Dates :

📅 04-01-2020 au 19-12-2020

Consulter le(s) rapport(s) des volontaires partis sur cette mission