Soutien scolaire à l’est du Cameroun

Renforcer le niveau des enfants en français, les aider à mieux maitriser la pratique de la langue française (lu/écrit/parlé) par un soutien collectif et individualisé.

Des études faites par la banque mondiale dans le cadre du Programme d'analyse des systèmes éducatifs de la Confemen (10 pays) classent le Cameroun au sixième rang pour l'éducation des enfants, au septième rang pour l'éducation des filles les plus pauvres et au huitième rang pour l’Egalite d'accès a une éducation de qualité. Il est important de noter d’importantes disparités en matière d’apprentissage et les inégalités d'acquis scolaires, particulièrement chez les plus pauvres qu’on retrouve pour la plupart dans les zones rurales et bidonvilles.

La zone du projet, à ruralité prononcée, est caractérisée par l’insuffisance du personnel enseignant (parfois le même enseignant peut dispenser les cours dans 2 à 3 salles de classe) et les effectifs pléthoriques (jusqu’à 70 élevés par classe dans certaines écoles) qui ne permettent pas aux enseignants de suivre tous les élèves. Beaucoup d’élèves se retrouvent ainsi en situation d’échec scolaire, et ne savent ni parler, ni lire ou écrire le français. En conséquence, les enfants sont dans la plupart des cas démotivés à poursuivre les études.
Le taux de survie a l'intérieur du système (pourcentage d'inscrits en première année qui achèvent leur scolarité primaire) n'est que de 66% ;parmi ces derniers, seulement 31% iront dans le secondaire.


Plusieurs facteurs sont à l’actif de la faible performance scolaire dans l’arrondissement de mbang :
- le manque de matériel didactique pour les enfants : 90% d’entre eux ne disposent pas de manuels scolaires (coût trop élevé);
- l’insuffisance en infrastructure (salle de classe, tables bancs, bureau des enseignant, kit informatique, point d’eau, bibliothèque, latrine, logement d’astreint pour enseignant, alimentation en énergie solaire des établissements).

Pour l’année scolaire 2016-2017, l’effectif des écoles ciblées par la mission était de 1505 élèves. Les taux de réussites pour les niveaux concernés étaient respectivement : SIL (40,88%) ; CP (62,74%), CE1 (66,50%), CE2 (56,41%).

Du fait de l’exode rural, la plupart des jeunes qui pouvaient encadrer les enfants sont partis d’où un manque de cours de répétition. Les parents sont très peu alphabétisés ou occupés par les travaux champêtres, il n’existe pas de groupes ou structures payants dans la zone pour l’encadrement des enfants. C’est pourquoi l’association sollicite l’accompagnement des volontaires.
Read More
Sur le plan global, l’organisation souhaite que le/la volontaire apporte un soutien pédagogique dans les établissements identifiés.

Il s’agira notamment :
- d'organiser un soutien scolaire pour les enfants scolarisés les plus faibles des Niveau I et II des écoles primaires cibles
- de renforcer leurs capacités en lecture, en français (expression, vocabulaire, orthographe, règles de grammaire), et si possible en mathématiques (calculs élémentaires : addition, soustraction, multiplication et division) et anglais
- d'organiser des activités plus ludiques mais tout aussi essentielles au développement des enfants comme l’art plastique, la poésie, les jeux de réflexion, les jeux de rôle, les animations thématiques (créativité, concentration, adaptation aux situations, expression orale, etc.) ;

Dans la mesure du possible, le/la volontaire mettra en place un accompagnement individualisé pour travailler sur les difficultés spécifiques de chaque enfant. Pour cela le chef d’établissement et les enseignants aideront le/la volontaire à cibler les lacunes des uns et des autres et le/la volontaire pourra développer des activités adaptées à leur profil.
Read More
Le premier jour de mission (Lundi), le volontaire assistera au cours de l’instituteur de 8h à 10h puis prendra son groupe d’enfants en charge. Les Directeurs sont également disponibles tout au long de la mission du volontaire pour lui venir en aide en cas de problème mais aussi pour s’imprégner de la méthodologie utilisée.
Les volontaires interviendront du lundi au vendredi de 7h30 à 15h30 avec deux pauses entre 10h-10h15 et entre 12h-12h45 à l’exception des mercredis où les cours s’achèvent à 12 heures.
Les élèves rattraperont les cours au programme non suivis pendant la mission selon un calendrier fixé par l’enseignant principal, notamment les mercredis après-midi. L’association des parents d’élèves et les membres de l’AJECAB prendront des dispositions pour assurer l’organisation de ces rattrapages.
Read More
Elèves de niveaux I et II des écoles du Canton Bangantou
Read More
Les élèves sont en Niveau I ou II à l'école primaire. Ils peuvent être âgés de 6 à 15 ans en fonction de leur entrée dans le système scolaire. Ces élèves sont les plus en difficulté de leur classe, ils ont de grosses difficultés avec le français.
Niveau I (Sil - section d'initiation au langage et CP)
Niveau II (CE1 et CE2)
Read More
Congé Solidaire;Mission Solidaire
Read More
Read More
Read More
L’AJECAB est une association de droit Cameroun à but non lucratif créée le 07 avril 2016 à Yaoundé, par un groupe de jeunes élites du canton Bangantou pour contribuer au développement local de l’arrondissement de Mbang. Pour atteindre ce but, l’association s’est fixée pour objectifs de : - Accompagner le développement socio-économique et culturel des jeunes ; - Réaliser des micros projets ; - Inciter et soutenir l’éducation scolaire et parascolaire des enfants et des jeunes adultes ; - Lutter contre la pauvreté, l’exclusion et le chômage ; - Améliorer les conditions de vie de la femme rurale ; - Contribuer à la protection de l’environnement ; - Apporter de l’aide aux personnes handicapées ; - Faciliter la coopération avec d’autres acteurs œuvrant à l’épanouissement de la famille ; Les interventions de l’association s’inscrivent dans un contexte où plus de 80% de la population vivent en dessous du seuil de pauvreté. En Effet, la commune de Mbang est située dans le département de la Kadey, considérée comme l’une des régions les plus pauvres du Cameroun. Située à environ 150 km de Bertoua par route non bitumée, la commune de Mbang qui comporte une population d’environ 35 000 habitants est situé au cœur du 2e plus grand bassin forestier du monde. Ces populations sont constituées des ethnies autochtones (Mezimé, Bangantou, Bolli-Lossou, Gbwei, Mbopal et les Pygmées Baka) et des ethnies allogènes (Foulbés, les Bamilékés, les Bamoun, les Maka et les anglophones). Ces populations tirent l’essentiel de leurs moyens de subsistance de la forêt, de la pêche, de l’agriculture et du petit commerce. L’AJECAB qui compte huit bénévoles s’appuie essentiellement sur ses fonds propres issue des contributions de ces 25 membres pour financer ces actions. Le plan d’action de l’année 2018 de l’association envisage : - De doter des kits scolaires et apporter du soutien scolaire dans les établissements du canton à travers le relèvement du niveau des élèves du primaire et secondaire. - D’organiser un concours du village le plus propre afin d’encourager l’hygiène et salubrité ; - De soutenir les structures sanitaires du canton en matériels et équipements médical - D’installer quelques lampadaires solaires dans les zones fréquentées du centre urbain de Mbang. Ces projets bénéficient à l’ensemble des populations du canton Bangantou avec une attention particulière sur les couches vulnérables (vieillards, orphelins handicapés) constituées d’environ 35,56% de la population de Mbang et les minorités (Pygmées Baka)
Read More
Le/la volontaire sera accueilli par un membre de l’association désigné par le Président de l’AJECAB. Le/la volontaire passera une nuit à Yaoundé et sera transféré le lendemain sur le lieu de la mission : Yaoundé - Bertoua (route bitumée environ 300 km) et Bertoua - Mbang (route en terre environ 150 km) par transport public ou véhicule en location accompagné d’un membre de l’association
Read More
Yoaoundé (N'simalen)
Read More
Sur le lieu de la mission, le/la volontaire sera hébergé à l’auberge Iroko ou municipale (chambre individuelle avec tout le confort ; lit moustiquaire, ventilateur, électricité et sécurisé). Pour les interventions dans les villages situés à plus de 25 km de Mbang le/la volontaire sera hébergé(e) dans les communautés villageoises où se déroule l’activité, et plus précisément chez le chef de quartier. Dans ce cas, les maisons sont pour la plupart sans électricité et eau courante avec toilettes traditionnelles. Les chambres sont individuelles avec moustiquaires.
Read More
Les écoles ne disposent pour la plupart que des salles rudimentaires, le volontaire aura à sa disposition une salle équipée de table-bancs et d’un tableau noir. Il n’y a pas d’électricité dans la plupart des villages. Les élèves disposent d’une craie, d’une ardoise, d’un chiffon et d’un sac. Dans le cadre de la mission, le/la volontaire aura à sa disposition une enveloppe de 30€ (frais input). Cette enveloppe, qui lui sera remboursée sur place par le partenaire sur présentation des factures, lui permettra d’acheter des livres et le petit matériel nécessaire à sa mission (cahiers, crayon, gomme, stylos, selon les précisions qu’apportera Planète Urgence lors de la préparation des missions). A la fin de la mission, le matériel et les livres acquis par les volontaires avec le frais input seront remis au partenaire.
Read More