Renforcer le français de jeunes en formation professionnelle tourisme/hôtellerie

Renforcer les connaissances en français des élèves et des formateurs dans le cadre de la formation en tourisme et hôtellerie-restauration. Durant l’année scolaire 2012-2013, la formation concerne 83 jeunes (48 filles et 35 garçons de 15 à 24 ans), dont 30 en formation hôtellerie-restauration et 53 en formation tourisme. Il s’agit de la deuxième promotion pour la formation en hôtellerie-restauration (la rentrée a eu lieu en novembre) et de la première pour la formation tourisme, qui a démarré en août. L’association n’a pas encore assez de recul pour savoir si la formation atteint ses objectifs en termes d’accès à l’emploi ou de constitution d’entreprise individuelles par les jeunes à l’issue de la formation. Lors de la première année en 2011-2012, 10 jeunes ont abandonné la formation car ils n'arrivaient pas à suivre les cours de français qu’ils jugeaient trop rapides et difficiles pour eux. C’est pourquoi un renforcement en français sera très utile en début d’année scolaire. Lors de cette formation, les jeunes apprennent les bases du français, dans un premier temps, car Madagascar est une destination phare pour les touristes francophones. Néanmoins, les enseignants ne suivent pas un programme précis d'apprentissage des bases : ils puisent les thèmes et les méthodes sur Internet. Ainsi, les enseignants commencent le programme par les salutations, les formules de politesse et la communication (la différence entre le langage familier, courant et soutenu). La grammaire et la conjugaison sont abordées au fur et à mesure de l’avancement des thèmes (exemple de thème abordé : la propreté, le civisme, l’hygiène, les formules de politesse, etc.). Les jeunes ont des cours de français pour apprendre ou renforcer les bases, et les attentes de la mission sont de leur permettre de pouvoir renforcer leurs connaissances de la langue française, et leur permettre de s'exprimer. Aujourd'hui, les enseignants manquent de connaissances sur les techniques d'apprentissage de communication orale en français : l'idée est de pouvoir les aider à utiliser le français pour dialoguer, répondre aux gens qu'ils accueilleront dans le cadre de leur travail (tourisme ou hôtellerie), fournir des renseignements, et être capable d'accueillir les personnes.
Read More
Le/la volontaire viendra en appui aux enseignants pour le renforcement de l’apprentissage en français dans le cadre de la formation en tourisme et hôtellerie. Les bénéficiaires directs sont des jeunes, ayant de 15 à 25 ans. Certains ont un niveau BEPC, et d'autres un niveau BAC. Chaque volontaire formera un groupe de 10 jeunes et leur enseignant le matin, un autre groupe de 10 jeunes et leur enseignant l’après-midi. Les enseignants seront également bénéficiaires de la mission : ils assisteront à la formation comme observateurs, ce qui constituera une occasion de s’imprégner des techniques pédagogiques et des outils proposés par le/la volontaire. A l’issue de chaque demi-journée, un temps d’échange sera organisé entre le /la volontaire et l’enseignant ayant assisté à la formation (30 minutes) ; un temps d’échange plus long et réunissant tous les enseignants ayant participé à la formation est prévu à la fin des deux semaines de mission. Ces échanges visent à partager les méthodes pédagogiques et améliorer les outils habituellement mobilisés pour la formation en français. La formation pourra mettre les jeunes « en situation », afin de leur permettre de s’entraîner à s’exprimer en français dans des cas pratiques. Ces cas pratiques visent à « libérer l’expression » et sont aussi des occasions de revoir des points de grammaire afin de consolider le niveau de français des jeunes. Répartition du temps : 1 groupe de 10 étudiants suivra la formation le matin, un autre groupe de 10 jeunes l'après midi, à raison de 3h de formation par jour et par groupe.
Read More
La mission peut avoir lieu à 1 ou 2 volontaire(s). Les missions ne pourront pas avoir lieu en aout et septembre, faute de disponibilité des participants.
Pour toute inscription à compter du 1er janvier 2017, un extrait de casier judiciaire est exigé de la part des volontaires candidats pour ce projet qui implique un travail quotidien avec des enfants et/ou mineurs. Les démarches sont à effectuer auprès du Ministère de la Justice, par Internet, à l’adresse suivante : https://www.cjn.justice.gouv.fr/cjn/b3/eje20. Planète Urgence s’engage à respecter le caractère confidentiel et strictement personnel d’un tel document.
Read More
20 jeunes apprentis connaissant des difficultés en Français et 2 enseignants du centre
Read More
La sélection des apprentis qui participeront à la formation est en cours : seront sélectionnés les apprentis ayant le plus de difficultés d'expression en français. Les professeurs qui travailleront une partie de la journée avec le/la volontaire sont les professeurs de langues, qui échangeront sur les méthodes pédagogiques utilisées : - Saholinirina, professeur de Français, 52 ans, Présidente de l'association, 3 ans d'enseignement chez ASEFEMA, doctorante en droit environnemental, - Faraniaina, enseignante en français en formation tourisme, 24 ans, 1 ans d’ancienneté chez ASEFEMA, - Anne Marie, Enseignante post ASAMA en français dans la formation en restauration, 24 ans, 2 ans d’ancienneté chez ASEFEMA, - Mr Dominique, professeur d'anglais, 20 ans, niveau BAC, formé en anglais américain, 6 mois d’ancienneté chez ASEFEMA. Leur niveau de français est variable, même si la plupart des élèves ont des bases. Les participants sélectionnés auront un niveau faible à moyen en français. La majorité des bénéficiaires se situe au Niveau 2 de la grille de niveaux UTC-FLE (DELF A2). Une liste plus précise des bénéficiaires sera communiquée au(x) volontaire(s) lors de la phase de préparation de la mission.Les jeunes ont un niveau allant du CM2 (CEPE) à BAC+2. Une liste plus précise des bénéficiaires, de leur niveau d'études et formation initiale sera communiquée au(x) volontaire(s) lors de la phase de préparation de la mission.Les apprentis ont besoin du français dans un premier temps pour bien suivre les cours dispensés pendant le cycle de formation avec l'ASEFEMA, puis, à l'issue de cette formation, pour s'insérer dans le monde du travail dans des domaines qui ont trait aux relations clients. Les enseignants connaissent des difficultés dans le cadre de la transmission des connaissances en français, c'est pourquoi ils ont demandé un appui de Planète Urgence.
Read More
Congé solidaire
Read More
Read More
Read More
L’association ASEFEMA (Association pour la Sensibilisation et Éducation des Femmes et Enfants Maltraités) a été créée en 1998 par des étudiants en Droit de l’Université de Tananarive dans l'idée de mettre en œuvre la politique de l'État dite de l'«Humanisme Écologique», voulue à l’époque par le Président Ratsiraka, prônant une économie au service du développement social, tout en respectant l’environnement, résorbant la pauvreté et en préservant les systèmes de solidarité qui font le tissu de la société malgache. C’est une association à but non lucratif, dont le siège se situe à Antananarivo. ASEFEMA a pour objectif de : - former les femmes démunies (femmes célibataires, veuves ou subissant des violences conjugales) en gestion domestique (gestion des revenus qui rentrent dans la famille) et en Activités Génératrices de Revenus (boulangerie, pâtisserie, agriculture et élevage domestique, jardin potager de proximité) à 40 femmes mères de famille & 20 couples issus du fokontany d’Ambolokandrina, - sensibiliser les parents et la communauté aux Droits de la femme et de l’enfant pour améliorer le taux de scolarisation des enfants, - éduquer les enfants par la mise en œuvre d’un centre d’apprentissage ASAMA (enseignement primaire « de rattrapage ») accompagné d'une cantine à midi et par la mise en place de deux formations pour les jeunes en Restauration Hôtellerie, - sensibiliser les personnes en situation d’handicap et la communauté sur l’application des droits des personnes en situation d'handicap, visant également à un changement de regard de la société envers les personnes handicapées. L’association intervient dans 10 sites repartis sur 5 régions de Madagascar, elle forme 181 jeunes à Antananarivo : 110 en formation en tourisme, 20 en formation hôtellerie-restauration et 51 en classe ASAMA. En plus de ces 3 formations, ASEFEMA envisage d’ouvrir à terme une formation en informatique, en agent d’accueil ainsi qu’en couture. Actuellement, l’association est composée de 17 membres parmi lesquels 4 sont des « permanents » bénévoles et 9 sont des enseignants vacataires (payés 8000 Ar par cours, environ 3 euros). ASEFEMA compte plusieurs partenaires : - la Plate-Forme de la Société Civile pour l’Enfance pour la mise en place d’échange d'expériences avec les autres membres de la plate-forme et la formation des enseignants ASAMA (NB : la PFSCE est également partenaire de Planète Urgence), - le Ministère de l’Education Nationale, partenaire pour le programme ASAMA, - le Ministère de la Population pour la validation du certificat à la fin de la formation des jeunes, - la Commune Urbaine d’Antananarivo pour faciliter administrativement l’obtention du terrain où se situe l'association, - le fokontany d’Ambolokandrina, Antanandrano pour faciliter l’octroi des papiers administratifs des jeunes en ASAMA pour l’examen du CEPE, - le Wednesday Morning Group (groupement de femmes) via des dons en fournitures scolaires et tables ban
Read More
À son arrivée à l'aéroport d’Ivato (Antananrivo), le/la volontaire sera accueilli(e) par un chauffeur de Planète Urgence, portant un gilet et une pancarte « Planète Urgence ». Le/la volontaire sera logé(e) à la Maison des Volontaires, dans le centre historique d’Antananarivo. Le/la volontaire fera un déplacement quotidien du lieu d’hébergement vers le lieu de formation en taxi-ville (chauffeur et voiture identifiés au préalable par Planète Urgence, restant le même pendant la durée de la mission). Durée du trajet : 30 à 40 mn, selon la circulation en ville.
Read More
Antananarivo [Ivato]
Read More
Le/la volontaire sera hébergé(e) à la maison des volontaires de Planète Urgence, dans le centre historique de la capitale Antananarivo. La Maison bénéficie de toutes les commodités. Il y a un accès à Internet (wi-fi). Les petits déjeuners seront pris à la Maison des volontaires. Les repas du midi seront pris sur le lieu de mission de l'ASEFEMA, avec des membres de l’équipe de l’association. Le repas du soir pourra être pris dans un restaurant du quartier (le plus proche étant à 20 m de la Maison des Volontaires), pour le trajet le/la volontaire sera accompagné du gardien de la Maison.
Read More
Un vidéoprojecteur sera mis à disposition du(de la) volontaire, si besoin, ainsi qu’un ordinateur de bureau. Il n'y a pas de réseau Internet dans les locaux du partenaire, ni d’imprimante. 2 salles seront mises à disposition : elles sont équipées de tableau noir, de tables et de bancs.
Read More