fbpx

Formation français Langue étrangère (FLE) dans un centre pénitencier

Au Pérou nous comptons aujourd’hui 69 Centres Pénitentiaires. Selon les dernières statistiques réalisées par l’INPE, datant de février 2018, il y a plus de 86 000 détenus avec une augmentation de 6% par rapport 0 l’année passée. Les centres pénitentiaires péruviens ont 130% de surpopulation. Or selon le Comité Européen pour les Problèmes Criminels, la surpopulation en milieu carcéral devient critique á partir de 20% de surpopulation. Le budget annuel de l’INPE est de 798,613,389 Soles, soit 210 millions d’Euros servant à assumer l’ensemble des dépenses (maintenance, services, personnel, programmes éducatifs, etc.) pour les plus de 86 milles détenus. Les prisons au Pérou ne disposent pas d’une véritable offre d’activités d’insertion professionnelle, culturelles ou sportives. L’accès aux activités au sein des prisons est un problème social ; en effet, souvent les prisons manquent des moyens, d’initiatives et d’organisation. En matière d’équipement, les centres pénitenciers manquent souvent des moyens. Face au manque d’accompagnement social surtout dû à la surpopulation carcérale, les détenus n’ont aucun accès à l’enseignement. En conséquence, les détenus suivent un processus de désocialisation. Les activités socioculturelles permettent de développer des compétences, des moyens d’expression, des connaissances et aptitudes chez les détenus. L’accès aux activités culturelles est pour eux, une opportunité pour sortir de l’isolement et une manière d’être accompagnés à la préparation à la sortie et pour la société, une opportunité de les aider à ne pas récidiver. Aussi, grâce à ces activités, le droit des détenus à accéder à l’enseignement est reconnu. Grâce à la mise en place des activités, les détenus peuvent mener une vie aussi « normalisée » que possible à l’intérieur de la prison et à développer des attitudes favorables à leur réinsertion dans la société. L’apprentissage de la langue française est un atout au Pérou. De plus, à court terme l’apprentissage d’une langue étrangère aidera les détenus à : développer des compétences linguistiques, améliorer la mémoire et la perception et enrichir la langue maternelle. Le développement de ces compétences est étroitement lié à la mobilisation d’aptitudes telles que la motivation, l’engagement, la confiance en soi… De manière pratique, pour Red Ayni, il est difficile de rencontrer des volontaires menant des activités au sein de la prison car les activités francophones demandent un excellent niveau de français et des disponibilités en semaine sur les heures de travail. Virginie est souvent la seule personne disponible pour faire les interventions en plus de la coordination. Il est très important que les apprenants de français écoutent des francophones de langue maternelle afin de travailler la prononciation car ils ont accès à très peu d’information en-dehors des cours auxquels ils participent. Leurs professeurs, tous détenus et anciens étudiants de l’atelier Victor Hugo, ont également des lacunes dans ce domaine et en plus sortent peu à peu en liberté. L’intervention du volontaire permettra aux détenus d’avoir une vision plus riche et actualisée des cultures francophones et de la langue. La venue de volontaires ponctuels permettra de dynamiser le programme annuel au travers de cours thématiques intensifs de deux semaines.
Read More
Appuyer l'association Red Ayni à l'animation et formation en langue étrangère française pour un groupe des détenus au Pérou.
Read More
OUI
Read More
Congé solidaire
Read More
Groupe des détenus d'un centre pénitencier au Pérou
Read More
65
Read More
- Les membres du groupe Renacer qui compte 30 personnes dont 15 sur le groupe de théâtre. Renacer fait aussi de la danse et des ateliers d’écriture. Les participants sont des hommes, entre 20 et 58 ans. - Les membres du groupe Victor Hugo qui compte environ 35 personnes suivant les cours ou enseignant. Les participants sont des hommes, entre 19 et 60 ans, ayant des niveaux de français du A1 (débutant) au C1 (niveau des professeurs). Ils sont actuellement organisés en deux groupes multi niveaux (A1-A2 et B1-B2). La majorité ont un niveau débutant A1-A2, un groupe d’une dizaine B1-B2 et deux ont obtenu le diplôme C1.
Read More
Red Ayni Peru est une association péruvienne, à but non lucratif, qui travaille depuis 2012 dans les milieux carcéraux de Lima, au Pérou. L’objectif de l’association est de développer des projets sociaux et interculturels à travers l’éducation et la culture pour des populations vulnérables et marginalisées (notamment en milieu carcéral). Les valeurs partagées par les membres de l’association se basent sur la conviction que l’éducation, la formation professionnelle, la communication avec la famille, l’ouverture d’esprit des populations privées de liberté sont des outils pour soutenir les processus de réinsertion et lutter contre la récidive. C’est le “grain de sable” que décident d’apporter les membres de l’association à la construction d’un climat social plus sûr à Lima. L’association est fondée par Virginie Holler et Francisco Romain en 2012 et démarre ses activités notamment grâce au travail de trois volontaires. En 2012, Red Ayni met en place son premier projet : une ludothèque dans le Centre de Santé Maternelle-Infantil Peru-Corea à Pachacutec, une banlieue au nord de Lima, la capitale du pays. Suite à ce projet qui dura un an et donna des résultats très prometteurs, l’association se crée légalement en 2013, désirant poursuivre le développement de projets sociaux et culturels. En parallèle, Virginie, la fondatrice de Red Ayni Perú, commence à travailler au sein des prisons comme professeure de Français pour l’Alliance Française. Ce rapprochement vers le monde carcéral lui fait prendre conscience du manque crucial de moyens dans les prisons ainsi que de la nécessité et importance de travailler avec les populations privées de liberté, notamment en leur donnant un accès à la culture. De là apparaît l’idée de reproduire le travail initié avec la ludothèque de Pachacutec dans les prisons pour les mères détenus et leurs familles en visite. Lorsque Virginie termine son contrat, elle décide d’aménager son temps de travail afin de pouvoir poursuivre de manière volontaire son travail d’enseignement du français dans les centres pénitenciers et de développer les activités de l’association exclusivement en contexte carcéral. En 2013, l’association démarre un projet visant à créer un programme de volontariat pénitentiaire, national et international, ayant comme but d’inviter des professionnels (principalement éducateurs et artistes) afin de développer des projets pédagogiques et culturels dans les établissements pénitentiaires de Lima. En 2014, l’association signe un partenariat avec l’INPE (Institut National Pénitentiaire) afin d’officialiser les actions menées par l’association et les intégrer aux actions menées par l’administration pénitentiaire. C’est ainsi qu’entre 2013 et 2018 3 projets ont vu le jour en partenariat avec l’INPE : -Un programme de gestion éducative et artistique dans les Centres Pénitentiaires Miguel Castro Castro (Hommes, San Juan de Lurigancho, Lima) et de Chorrillos Anexo (Femmes, Chorrillos, Lima) - (2013 – 2017) -Un programme de Ludothèque les jours de visite dans le Centre Pénitentiaire des femmes de Chorrillos Anexo (2014 – 2017) -Un projet de circuit de donation (livres, jouets, matériel scolaire, etc.) à destination de plusieurs Centres Pénitentiaires de Lima (2013 - 2017) En 2017, c’est le projet Vida Adentro Vida Afuera - Vie dedans Vie Dehors qui voit le jour, visant à tisser des liens positifs entre l’intérieur et l'extérieur des prisons à travers l’art, l’éducation et la culture et favorisant la création d’un intérêt mutuel entre les deux mondes. Dans ce contexte, plusieurs événements ont été organisés durant des festivals et des foires. Des messages de sensibilisation sur la réalité et les conditions du monde carcéral ont été diffusés et des collaborations avec des artistes ont été faites dans différents domaines, notamment : -Réalisation d’un panneau ““Vida Adentro, Vida Afuera” par l’artiste Yefferson Huáman (Colectivo Ruta Mare), Avril 2017. -Interprétation d’une chanson écrite par un artiste de l’atelier d’art et culture “Renacer” du Centre Pénitentiaire Castro Castre et musicalisée par Matteo Bonra (Olaya Sound System) lors du Festival Selvámonos de Oxapampa, Juin 2017. -Peinture en direct sur le thème “Vida Adentro, Vida Afuera”. Artiste: Omar Curasi (Demon Art, Huancayo). Festival Selvámonos de Oxapampa, Juin 2017. -Interprétation d’une chanson écrite par un artiste de l’atelier d’art et culture “Renacer” du Centre Pénitentiaire Castro Castro et filmation d’une vidéo musicalisée par Pato Machete (Pato Machete y Celso Piña), Avril 2018. L’équipe de l’association Red Ayni Peru est composée uniquement de volontaires dont 6 personnes membres du bureau et les plus engagées et 5 bénévoles participants de manière plus ponctuelles pour les activités. Les bureaux de l’association se trouvent dans la maison de Paco et Virginie, les fondateurs de l’association, et les activités se déroulent dans les centres pénitentiaires dans lesquels intervient l’association. Le budget de l’association est minime puisqu'elle n’a pratiquement pas de frais de fonctionnement. L’association reçoit des donations de jeux et jouets pour les ludothèques, le matériel en général (bricolage, art, etc) provient de réseaux de donations et recyclage. Les membres travaillent tous gratuitement. Quelques donations d’argent ont été reçues par le passé de la part de proches de l’association de quelques centaines d’euros. L’association intervient directement dans 2 prisons (Centre de femmes de Chorrillos Anexo et Centre d’hommes de Castro Castro) et soutien 2 autres centres pénitentiaires. Les activités de l’association sont: - Cours de français et ateliers de théâtre en collaboration avec des ateliers existants dans la prison - Ludothèque pendant les heures de visites des familles de détenu(e)s - Activation et formation dans une crèche d’une prison pour femmes - Activités culturelles visant à faire connaître et sensibiliser aux conditions de vie et thématiques de réinsertion des détenus en collaboration avec des artistes - Création d’une messagerie entre détenus et les visiteurs du stand de Red Ayni Peru durant le festival Selvamonos - Création de temps d’échange sur la liberté, la réalité à l’intérieur et à l'extérieur de la prison - Exposition des œuvres de peinture réalisées durant des ateliers d’art thérapie proposés par un volontaire A la fin de l’année 2017, l'association a été sélectionnée pour participer au projet de la Banque Interaméricaine de Développement (BID) “Liberando Ideas Lima” afin de créer et mettre en place un projet pilote avec les centres de réhabilitation juvéniles de Lima (Maranguita y Santa Margarita). Les interventions de français et théâtre au sein de l’établissement Castro Castro sont actuellement menées par 3 volontaires qui se rendent deux fois par semaine sur place et collaborent avec deux groupements dont les activités sont quotidiennes. En effet, l’atelier d’art et de culture ‘’Renacer’’ (Renaître) et l’atelier de langue française ‘’Victor Hugo’’, fondés et animés quasiment en autogestion par des détenus. Les bénéficiaires directs des actions de Red Ayni Perú sont donc : - Les membres du groupe Renacer qui compte 30 personnes dont 15 sur le groupe de théâtre. Renacer fait aussi de la danse et des ateliers d’écriture. Les participants sont des hommes, entre 20 et 58 ans. - Les membres du groupe Victor Hugo qui compte environ 35 personnes suivant les cours ou enseignant. Les participants sont des hommes, entre 19 et 60 ans, ayant des niveaux de français du A1 (débutant) au C1 (niveau des professeurs). Ils sont actuellement organisés en deux groupes multi niveaux (A1-A2 et B1-B2).
Read More
Le trajet entre l'aéroport et l'hôtel est d'une heure environ en taxi. Le trajet entre l'hôtel et l’établissement pénitentiaire est d'une heure en taxi, ensuite train et moto taxi. Le trajet entre l'hôtel et le bureau de l’association est environ de 30 min en taxi. Tous les déplacements se feront en compagnie d'une membre de l'association.
Read More
Lima [Aeropuerto Internacional Jorge Chavez]
Read More
Le/la volontaire sera logé dans un hôtel dans la zone proche des bureaux de l’association et de la ligne de train électrique qui permet de se rendre sur le lieu de mission (quartier de Surco, Surquillo o Miraflores). Il/elle disposera d’une chambre privée avec Salle de Bain et Wifi. Le/La volontaire sera logé à environ 1h ou 1h30 du Centre Pénitencier. Il s’y rendra en train électrique et moto taxi accompagné par un des responsables de l’association.
Read More
Installation de tables et de chaises dans la cour du pavillon, tableau blanc, feutre, une télévision (dvd) , lecteur de CD. Dans la prison il y a également un petit fond documentaire en français qui pourra être utilisé. Attention: pas d’ordinateur, pas d’internet, interdiction de rentrer une clé USB. Faire bien attention au moment de faire rentrer du matériel dans la prison. Consulter systématiquement les responsables de l’association.
Read More