fbpx

Formation en gestion administrative pour un groupe d’organisations locales

Renforcer les capacités des Comités Villageois de Développement (CVD) et des Sociétés Coopératives Agricoles en gestion administrative des organisations. Dans le cadre de la mise en œuvre de l’Acte Uniforme relatif au droit des sociétés coopératives du gouvernement et du projet de redynamisation de CADR (2014-2016), une union des Coopératives de Kouma est même en train d’être mise en place. Cependant, les expériences vécues lors de la phase antérieure du Projet RTSGRT Kouma/Kpélé 2013 ont montré que bon nombre de groupements existants ne maitrisent pas les notions de gestion administrative, financière et comptable. Ce constat est à l’origine de la mauvaise gestion qui conduit souvent à l’éclatement de ces organisations. Pour les Comités Villageois de Développement (CVD), acteur principal de l’auto-développement des communautés, composés d’un bureau de 10 membres, on note que la plupart des membres élus réalisent leur première expérience et n’ont aucune notion dans le domaine de la gestion d’une organisation. Suite à ces constats, la mission aura pour but de renforcer les capacités de ces deux types d’acteurs (Sociétés Coopératives et CVD) dans la gestion quotidienne de leurs activités. Les participants devront maitriser les outils de gestions administrative, financière et comptable d’une organisation communautaire après la mission.
Read More
Le/la volontaire devra former les participants sur: - la gestion des réunions de groupe de travail ; - les techniques de préparation et d'élaboration de rapport annuel, de bilan d’activités et de procès verbaux de réunions ; - la gestion des conflits dans les groupes.
Read More
OUI
Read More
Congé solidaire
Read More
Membres des Comités Villageois de Développement et des Société Coopératives
Read More
0
Read More
Les participants n’ont jamais reçu de formation dans ce domaine. Il y a 5 femmes et 7 hommes.Le niveau d’étude des participants est compris entre le primaire et l’université. Parmi les participants, deux ne parlent pas le français. Le/la volontaire sera soutenu/e par un traducteur.
Read More
En Août 2010, 19 personnes du canton de Kouma se sont réunies pour fonder le Centre d’Action pour le Développement Rural (CADR). Parmi les fondateurs du centre figurent des enseignants, des étudiants et des agents de développement et de santé. Les membres de l’association ont constaté la persistance de freins au développement des zones rurales. Parmi ces obstacles peuvent être cités : • les troubles de la malnutrition • le manque de mesures d’hygiène, ce qui contribue au développement de certaines maladies, telles que le choléra, la fièvre typhoïde ou les vers intestinaux. Ce manque de mesures d’hygiène se manifeste par le non lavage des mains, la mauvaise gestion des déchets, les défécations « un peu partout » et le manque d’installations liées à l’hygiène comme les latrines • les difficultés liées au système éducatif (absence de formations professionnelles, manque d’infrastructures scolaires, des personnels enseignants et de moyens financiers). Ces manques sont en partie responsables de la déscolarisation, de l’analphabétisme et du chômage des jeunes • le manque de soins de première nécessité et d’infrastructures pour rallier les centres publics de soins • l’inexistence ou l’insuffisance d’abduction d’eau potable et d’infrastructures socio-collectives de base, • le manque de structures de développement local comme les groupements agricoles, pastoraux, artisanaux, commerciaux et culturels • l’accentuation des problèmes environnementaux liés à l’exode rural : avec le départ de la jeunesse, les personnes âgées se résignent à utiliser des moyens nécessitant moins de force physique pour cultiver les terres (herbicides, brûlis) et les jeunes restants se tournent vers la carbonisation du bois pour tirer des revenus. Le CADR s’est fixé pour objectifs : • de défendre les droits économiques, sociaux et culturels des habitants des milieux ruraux. Ces droits sont quasiment inexistants en milieu rural notamment en raison de la situation de pauvreté des populations et de leur manque de connaissances sur ces thèmes • de promouvoir l’éducation et la formation professionnelle chez les populations démunies • d’apporter une assistance technique, matérielle et sanitaire à ces populations • d’améliorer de façon durable les conditions de vie des populations ciblées • de mettre en place des projets et programmes de développement. CADR bénéficie du statut d’ONG et est composé de 5 salariés à temps plein et 16 adhérents. Le centre intervient principalement dans le canton de Kouma. Ce canton est situé à 400m d’altitude, dans la région des Plateaux au sud-ouest du Togo. Les ethnies présentes à Kouma sont les Ewe, les Kabyè, les Kotokoli et les Haoussa. La population est très jeune : les jeunes représentent plus de la moitié des habitants du canton. L’agriculture et l’élevage y sont les activités principales dans la région. On y cultive l’igname, le manioc, le maïs, le taro, le piment, le cacao, le café, le gombo, des haricots verts, des oranges, des avocats, de la papaye, etc. Les infrastructures socio-économiques et communautaires y sont très peu développées. La majorité des villages est accessible par des pistes très peu entretenues et difficilement praticables surtout durant la saison des pluies. CADR agit donc dans les domaines de l’éducation, de la formation, de l’environnement, de l’agriculture, de l’élevage et dans la gestion des activités génératrices de revenu (élevage de porcs, maraîchage, pisciculture, construction de poulaillers, myciculture) au bénéfice des groupements locaux. Ses actions consistent, entre autres, en : - la réalisation d’études, d’enquêtes et d’analyses pour une connaissance approfondie du milieu d’intervention - l’élaboration, l’exécution et l’évaluation de projets et programmes avec et en faveur des populations rurales - la mise en place régulière de projets de Redynamisation du Tissu Social pour une Gestion Responsable du Terroir (projet RTSGRT) dans le Canton de Kouma et dans la préfecture de Kpélé - l’organisation de séminaires, d’ateliers, et de voyages d’étude pour les populations ciblées - l’organisation de campagnes de sensibilisation et d’éducation - la formation des communautés pour le renforcement des compétences locales, - l’organisation des échanges d’expériences - l’appui aux communautés villageoises pour la réalisation d’infrastructures socio communautaires de base - la mise en place d’un champ d’expérimentations et de démonstrations agrobiologiques et agroforestières : le site sert à expérimenter de nouvelles cultures, comme le soja ou différentes espèces de manioc. Il permet aussi de tester des approches biologiques dans la production agricole ou dans le traitement contre des insectes nuisibles. Le site est en phase de démarrage et toute l’équipe de CADR y travaille deux fois par semaine (les lundis et jeudis) sur deux axes : - le développement et l’appui à des innovations locales de modes de production écologiquement propres - le soutien aux meilleures élèves entrant au collège dans le canton de Kouma. Pour mener à bien ses actions, CADR s’appuie sur ses partenaires financiers (Action Solidarité Tiers Monde - ASTM Luxembourg) et Education Universelle en Afrique (EDUAF Luxembourg). Il compte aussi sur des partenaires techniques : le Ministère du développement à la base, de l’artisanat et de l’emploi des Jeunes, le Ministère des actions sociales, l’ONG Centre pour l’Ecologie et le Développement (CED) à Danyi, l’ONG Centre International pour le Développement Agropastoral (CIDAP) à Niamtougou, l’Institut de Conseil et d’Appui Technique de Kpalimé (ICAT Kloto), l’Association des Praticiens de l’Education au Développement au Togo (APED-Togo) à Lomé, le Centre de Formation Agricole et de Production Ecologique (CFAPE) à Kpalimé et l’ONG Haversters Crew (HC) à Kpalimé. Avec ses projets, l’ONG CADR soutient 12 000 personnes : les habitants des villages, les membres des Comités Villageois de Développement (CVD), des producteurs organisés, des membres de groupements d’intérêts économiques, des organisations de jeunes et/ou de femmes, des éleveurs propriétaires et des élèves.
Read More
Le trajet de l’aéroport jusqu’au lieu d’hébergement durera 2h30 et se fera en voiture. Le/la volontaire sera accompagné par le Directeur exécutif. Si l’arrivée se fait de nuit, le/la volontaire pourra passer une nuit à l’hôtel Carrington à Adidogomé à Lomé.
Read More
Lome [Tokoin]
Read More
Le/la volontaire sera hébergé/e à l’hôtel JB Nectar, à Kouma Konda. Il/elle sera dans une chambre individuelle ventilée disposant d’une salle de bain et de WC individuels, d’une télévision et d’un lit équipé d’une moustiquaire. La sécurité du logement est assurée par les responsables de l’hôtel.
Read More
La salle où se déroulera la mission est équipée d’un tableau, de marqueurs, d’un ordinateur avec système d’exploitation Windows 8. Si besoin, un vidéoprojecteur pourra être mis à disposition. Le/la volontaire pourra apporter son ordinateur et les supports de cours qu’il/elle jugera nécessaire pour la formation.
Read More