fbpx

Formation des animatrices des Sœurs salésiennes en puériculture

Améliorer l’encadrement des enfants pris en charge par les Sœurs Salésiennes Les Sœurs Salésiennes accueillent des enfants en bas âge au sein du centre d’accueil des jeunes filles mères dit « La Maison Soleil » : le centre accueille des mères adolescentes (10 actuellement, de 14 à 17 ans et leurs 10 bébés âgés de 15 à 36 mois) dont certaines ont été victimes d’agression sexuelle ou pour qui la grossesse a été un traumatisme ; les Sœurs les accueille et les accompagnent dans l’éducation de leurs enfants et leur réinsertion sociale grâce à une équipe pluridisciplinaire (psychologue, assistant sociale, éducatrice spécialisée et deux animatrices pour les enfants). Elles suivent une formation professionnelle en : cuisine, pâtisserie, boulangerie, ou savonnerie. C’est la brigade des mineurs et les centres hospitaliers qui orientent les jeunes filles vers la Maison Soleil. Les enfants du personnel mais aussi les enfants en difficultés du quartier (5 enfants présents pour une période de six mois, avant le retour dans leur famille) fréquentent également la crèche. L’accès à la crèche est gratuit. Les trois animatrices utilisent pour l'éveil des enfants, la télévision, des jouets, de petits livrets illustrés, un tam-tam, des petits vélos, des cahiers de dessins. Elles souhaiteraient participer à l’éveil des enfants mais ne savent pas comment s’y prendre et essaient avant tout de faire cesser leurs pleurs.
Read More
Le/la volontaire devra accompagner les animatrices dans - l’encadrement des enfants et la préparation d’activités adaptées, participant à leur épanouissement, - le suivi de leur éveil et ses indicateurs - le soutien des mères pour l’éducation de leurs enfants et le développement de la relation mère-enfant, Ainsi il/elle expliquera les besoins des enfants, la compréhension de leurs réactions selon leur âge et les étapes de leur éveil et de leur développement. Remarque : le/la volontaire devra être sensible à l’aspect transculturel et à l’écoute des pratiques locales en matière d’éducation des jeunes enfants.
Read More
OUI
Read More
Congé solidaire
Read More
Animatrices de la crêche du centre d’accueil des Sœurs Salésiennes
Read More
0
Read More
Les participantes sont des femmes. Elles ont entre 20 et 50 ans (avec donc une expérience entre 2 et 10 ans).Elles sont un niveau du certificat d’études primaires au Bac+3. Elles n’ont pas suivi de formation spécialisée dans le domaine de la petite enfance, à part une des animatrices qui a donc des premières notions. Mais elles travaillent tous en lien avec la petite enfance. Elles parlent et lisent le français. Elles se relaient dans la journée et la nuit : la première travaille de 7h à 15h, la seconde de 15h à 19h et la dernière de 19h à 7h (ainsi que les weekends).
Read More
La congrégation des Sœurs Salésiennes a été fondée par Jean Bosco à la fin du XIXe siècle en Italie au service de la jeunesse démunie. C’est une des plus grandes congrégations de l’église catholique. Elle est présente dans une centaine de pays dont le Bénin depuis 1997 et intervient à Cotonou, la capitale économique du Bénin, et ses alentours dans le domaine de la protection et de l’éducation des jeunes en difficultés depuis 2001. Elle lutte en particulier contre l’exploitation des jeunes mineurs (et surtout les filles). Les « vidomègon » en fon (une des langues du Bénin), en français « enfants placés auprès de quelqu’un», sont confiées par leur famille, souvent pauvre et rurale, à des familles plus aisées de la capitale, qui doivent les prendre en charge et notamment leur éducation, en échange de tâches domestiques. Mais cette tradition est aujourd’hui souvent détournée, et 90% des vidomégons ne sont pas scolarisés. Ils travaillent dans les marchés dans la vente ambulante, la manutention, le nettoyage de stands, en plus des tâches domestiques, sans rétribution. Cette tradition alimente aujourd’hui des réseaux de traite des enfants : les employeurs vont directement les chercher au village ; ils jouent sur la pauvreté et les espoirs de leurs parents. Certains des enfants quittent le Bénin pour des pays frontaliers. Selon l’Unicef, il y a près de 200 000 enfants concernés en Afrique de l’Ouest et le Bénin constitue la plaque tournante du réseau. Pour venir en aide à ces enfants, les Sœurs ont commencé par ouvrir une « Baraque SOS Vidomègon » dans le marché de Dantokpa, à Cotonou, un des plus grands marchés en plein air de l’Afrique de l’Ouest, puis en 2002 un centre d’accueil, le « Foyer Laura Vicuña », pour les jeunes filles orientées par la police et les autorités de protection de l’enfance. Grâce au soutien de plusieurs bailleurs (UNICEF, Union Européenne), les Sœurs ont pu élargir et approfondir leurs actions. Elles ont choisi quatre axes d’intervention : - la prévention et la sensibilisation pour tous, au marché de Dantokpa, à Cotonou et dans les villages des alentours, notamment pour les droits des enfants et contre les violences sexuelles et les maladies sexuellement transmissibles ; et pour les jeunes vulnérables : - l’accueil et la prise en charge dans les foyers, - la requalification professionnelle et sociale par des formations, - la réintégration dans leur famille. Elles gèrent désormais plusieurs structures : - six baraques d’information dans le marché de Dantokpa que les animateurs sillonnent jour et nuit. - le foyer Laura Vicuña, par lequel presque 400 jeunes filles sont passées en 2011 dont 37 en long séjour (180 jeunes filles environ sont accueillies chaque année), - une « école alternative » à Cotonou, depuis 2004, pour que les enfants de 10 à 15 ans puissent passer le Certificat d’Études Primaires (à la fin du CM2) en trois ans. 130 enfants y sont scolarisés. - toujours au marché de Dantokpa, la Maison de l’Espérance ouverte en 2008 propose des cours d’alphabétisation et des formations professionnelles (en gestion et dans quatre domaines : boulangerie, pâtisserie, cuisine et savonnerie) à 60 jeunes, qui durent pendant six mois et sont validées suite à un stage de deux mois, ainsi qu’un dortoir à 145 enfants (140 jeunes sont accueillis chaque année), - un restaurant-école : le Mamma Mia et la cafétéria de l’Institut Culturel Français pour la pratique de la restauration - une ferme-école à Takon dans le centre du Bénin, permet à des jeunes filles vulnérables d’accéder à une formation agricole - enfin la Maison du Soleil est dédiée aux mères adolescentes victimes d’abus sexuels. Ainsi le nombre de bénéficiaires de leurs actions est passé de 80 filles en 2001 à plus de 4 000 dix ans après. 82 salariés et trois bénévoles sont mobilisés.
Read More
Le/la volontaire sera accueilli(e) à l'aéroport par un membre de l'équipe. Il/Elle sera conduit(e) sur son lieu d'hébergement en voiture (30 minutes).
Read More
Cotonou [Cadjehoun]
Read More
Le /La volontaire sera logé(e) dans la maison des volontaires des Sœurs dans le quartier de Fidjrosse (chambre et douche individuelle). Il/elle y prendra ses repas. (il y a une moustiquaire)
Read More
La formation a lieu dans les locaux des Sœurs Salésiennes à Cotonou. Le/la volontaire peut utiliser le matériel présent : tableau ardoise et papier. Si nécessaire, un ordinateur et un vidéoprojecteur seront mis à disposition de la volontaire. Le/la volontaire peut aussi utiliser la photocopieuse.
Read More