fbpx

Formation aux méthodes psychotechniques de détection des signes pathologiques

Permettre aux membres d’AGIR PLUS de renforcer les capacités des enseignants sur les méthodes psychotechniques de détection des handicaps liés aux troubles du langage, de l’audition et de la vue. AGIR PLUS déplore l’incapacité du gouvernement togolais à trouver des solutions durables pour réduire les facteurs d’apparition de handicaps chez les enfants. De plus, les parents ne sont pas toujours outillés pour déceler l’apparition de handicaps chez leurs enfants. De même pour les enseignants qui ne sont pas systématiquement formés sur les besoins pédagogiques spécifiques des enfants handicapés ou sur les méthodes pour déceler l’apparition de handicaps chez les élèves. Par exemple, ils ne tiennent pas compte des handicaps visuels des élèves dans la disposition de la classe. Ainsi un enfant myope aura tendance à regarder sur son voisin au lieu de regarder le tableau et pourra être considéré comme un tricheur. AGIR PLUS déplore alors les disparités criantes entre les enfants handicapés et ceux qui ne le sont pas ainsi que les stigmatisations dont les premiers sont victimes. Cela se ressent dans la scolarité des élèves handicapés qui sont sous-estimés, perdent confiance en eux, enchaînent les mauvaises notes, redoublent voire décrochent. AGIR PLUS organise déjà des séances d’information et de sensibilisation sur les facteurs favorisant l’apparition de handicaps. Ces séances s’organisent à l’aide de flanellographes et de figurines. Lors de la célébration de la Journée internationale des personnes handicapées le 3 décembre 2013, Agir Plus a organisé dans le canton de Mission-Tové (préfecture de Zio) un atelier de renforcement des capacités des acteurs du système éducatif sur les méthodes psychotechniques de détection des pathologies handicapantes chez les élèves et de prise en compte de leurs besoins pédagogiques spécifiques. L’association a aussi organisé une émission radiophonique sur le thème « Le Handicap, prévention et méthodes psychotechniques de prise en compte des besoins pédagogiques spécifiques des élèves handicapés. » Depuis, des acteurs du système éducatif notamment les enseignants et la Direction Régionale de l’Education – Région Maritime sollicitent AGIR PLUS pour animer des ateliers sur le même thème à l’intention des enseignants du primaire et du secondaire. L’association regrette son manque de formation réelle sur ces thèmes. Les ateliers et formation qu’elle a réalisés précédemment ont été conçus à partir de recherches personnelles. AGIR PLUS souhaite se professionnaliser davantage pour répondre à cette demande. La compétence recherchée n’est pas disponible localement. La détection de ces troubles n’est enseignée ni dans les Écoles Normales d’Instituteurs (ENI), ni à l’École Normale Supérieure (ENS). Le personnel et les bénévoles d’AGIR PLUS s’y essaient mais n’y parviennent pas, n’ayant pas reçu une formation spécifique en la matière et ne disposant pas des ressources financières pour organiser des sessions de formation sur le sujet.
Read More
La formation se déroulera au siège de l’association AGIR PLUS à Tsévié, de 8h30 à 12h30 puis de 14h30 à 17h. La mission ne peut avoir lieu pendant la période d’examens des élèves, allant du mois de juin au mois de juillet inclus. Le trajet entre le lieu d’hébergement et le siège où se tiendra la formation est à 15 minutes de marche (à 3 minutes en voiture). Un membre d’AGIR PLUS accompagnera le/la volontaire au lieu de formation avec son véhicule personnel.
Read More
OUI
Read More
Congé solidaire
Read More
Des salariés et adhérents d’AGIR PLUS.
Read More
0
Read More
Les participants n’ont jamais reçu de formation dans ce domaine. Il y a 3 femmes et 7 hommes. Ils ont entre 25 et 55 ans.Ils ont tous au moins un niveau BAC+2. Tous les participants parlent, lisent et écrivent le français.
Read More
L’association AGIR PLUS a été créée le 22 mars 2002, à l’initiative de Mr Kuizian Baba, son actuel directeur. Elle est née de la volonté de remédier à l’isolement et au dénuement des enfants handicapés au Togo. Ces enfants sont souvent non scolarisés et se cantonnent à des rôles de « vigiles de maisons » ou de « distributeurs de renseignements » aux visiteurs, pendant que le reste de la famille travaille ou est à l’école. AGIR PLUS intervient essentiellement dans la préfecture de Zio, la plus vaste de la Région Maritime. On compte 295 177 habitants répartis dans 17 cantons dont la ville de Tsévié, le chef-lieu. Les Ewés constituent la principale ethnie de la région. Les principales activités économiques de la préfecture de Zio sont l’agriculture, le commerce et l’artisanat. L’agriculture est caractérisée par la culture du maïs, du riz, de l’igname, du manioc, des haricots, de l’arachide, du mil, du soja, des agrumes, de l’avocat, de la papaye, etc. Sur le plan commercial, la préfecture de Zio compte huit marchés principaux (à Tsévié, à Agbélouvé, à Adétikopé, à Gapé, à Avéta, à Havé, à Adangbé et à Kovié) sur lesquels sont vendus les produits agricoles cultivés localement et proposés à l’état brut ou transformés. L’artisanat de la région est caractérisé par la sculpture, la cordonnerie, la tapisserie, la production de vêtements et la menuiserie. La préfecture de Zio fait face à plusieurs problèmes liés à la rareté de la pluie et de l’eau potable, à la déforestation pour l’approvisionnement en bois de chauffe, à l’absence d’infrastructures marchandes et routières et au manque d’emplois. AGIR PLUS a le statut d’ONG et est constituée de 3 organes principaux : - l’Assemblée Générale : elle regroupe tous les membres d’AGIR PLUS et se réunit une fois par an ; - le Conseil d’Administration : il est l’organe de suivi d’exécution des décisions de l’AG. La Direction a recours au conseil pour prendre des décisions en vue d’une meilleure gestion de l'association. Le CA est composé de 5 membres dont deux 2 femmes ; - la Direction Exécutive : elle représente AGIR PLUS dans tous les actes de la vie courante et devant les tiers et est chargée de l’animation, de l’organisation interne et de la gestion quotidienne de l’association. La direction exécutive est constituée de 4 salariés : le directeur exécutif, l’assistante administrative, la chargée de programmes et le chauffeur. Elle bénéficie de l’appui technique de 3 bénévoles : un chargé de formation, un chargé de la conception et du suivi d’infrastructures socio-collectives et un chargé du suivi des soins de kinésithérapie et d’appareillage orthopédique. L’association finance ses actions grâce à la vente des produits qu’elle développe et des formations et consultations qu’elle dispense. Elle compte aussi sur le soutien de ses partenaires, en particulier sur les subventions des collectivités locales telles que le conseil municipal de Tsévié, le conseil de la préfecture de Zio et les Comités Villageois de Développement. AGIR PLUS appartient à des réseaux d’ONG et d’associations tels que le Collectif d’Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT), la Plateforme Citoyenne Justice et Vérité (PCJV), le Forum des Organisations de Défense des Droits de l’Enfant au Togo (FODDET), la Fédération Togolaise des Associations de Personnes Handicapées (FETAPH) et le Forum de la Société Civile d’Afrique de l’Ouest (FOSCAO). Ces réseaux apportent à AGIR PLUS des appuis financiers dans la réalisation des actions qui s’inscrivent dans leurs thématiques. Lors du dernier dîner de levée de fonds du 13 juin 2012, pour l’accompagnement médico-social des enfants handicapés, AGIR PLUS a obtenu des soutiens financiers et matériels de la part d’amis et de personnalités connues pour leur attachement aux droits de l’enfant. Ces soutiens ont permis de prendre en charge les soins curatifs et ré-adaptatifs d’enfants handicapés, de les accompagner dans leur scolarité et d’améliorer leur environnement familial et social. En 2015, le budget annuel de l’association AGIR PLUS est de 60 500 000 francs CFA (soit 92 000 euros). AGIR PLUS a étendu ses actions aux femmes handicapées ou mères d’enfants handicapés, aux jeunes handicapés, aux jeunes déscolarisés ou ayant un faible niveau scolaire et aux jeunes affectés par le VIH/SIDA, avec pour objectif de promouvoir leurs droits, renforcer leurs capacités et favoriser leur insertion professionnelle. Depuis sa création, l’association a mené diverses actions : - l’équipement d’établissements scolaires en mobiliers, latrines, matériels informatiques, tables de ping-pong (32 collèges et lycées), clôtures, paillasses (pour un lycée de Gbatopé au profit de ses 307 élèves), la construction d’une école maternelle de 60 élèves et l’installation de photovoltaïque, du matériel informatique a également été remis à 20 collèges et lycées. (entre 2003 et 2008) ; - la construction, la réhabilitation et l’entretien des infrastructures des villages du canton de Gbatopé : réhabilitation des pistes de desserte, construction d’un centre de formation professionnelle et d’animation socioculturelle et construction d’un marché cantonal. Un projet de développement de la zone de Liligodo qui a bénéficié à 32 800 habitants du canton de Gbatopé (entre 2009 et 2011) ; - l’organisation de campagnes de sensibilisation et d’ateliers sur le thème du développement local inclusif avec la présence de 1500 participants et des répercussions sur 8117 personnes (en 2012) ; - le renforcement des capacités des acteurs du développement local inclusif et de 80 agents chargés de l’état civil de la commune de Tsévie, des villages et cantons de la préfecture de Zio. Un processus qui a permis l’élaboration d’un guide de l’agent de l’état civil validé par le Ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales qui bénéficiera à la population de la préfecture de Zio composé de 300 000 habitants (entre 2012 et 2014) ; - le renforcement des capacités des Comités Villageois de Développement en gestion de projets (200 participants) qui bénéficiera indirectement aux 41 000 habitants (en 2013) ; - l’organisation d’ateliers pour 75 acteurs du système éducatif sur les méthodes psychotechniques de détection d’handicaps chez les élèves, des personnes en charge de 1805 élèves (en 2012) ; - l’inscription de 10 jeunes handicapés (dont 4 filles) dans des centres de formation ou d’apprentissage au bénéfice de près de 500 personnes, les membres de leurs familles respectives (entre 2008 et 2015); - la formation des tutrices et de 4 mères d’enfants handicapés aux techniques de gestion comptable et d’étude de marché pour le choix d’activités génératrices de revenus (production d’huile de palme et l’élevage d’ovins et de caprins). AGIR PLUS accorde aussi à ces femmes des sommes d’argent allant de 50 à 100 euros (de 2012 à 2013) ; - l’organisation de séances d’information et de sensibilisation des enfants et de leurs parents sur les facteurs favorisant l’apparition de handicaps. Aujourd’hui Agir Plus poursuit ses actions qui se déroulent principalement dans la préfecture de Zio peuplée de plus de 300.000 habitants et mène les projets suivants : - un projet d’intégration sociale entretenue de 25 enfants handicapés : AGIR PLUS contribue a l’épanouissement et à l’intégration sociale des enfants handicapés et de leurs mères en soutenant les microprojets générateurs de revenus portés par les mères, en finançant les soins curatifs des enfants sur 2 ans, jusqu’à ce que les parents puissent financer ces soins par eux-mêmes ; - le lancement d’un programme de renforcement de l’employabilité de 45 jeunes (depuis 2015) ; - un projet de structuration de 20 villages regroupant 65 000 habitants de la préfecture du Zio pour le développement local inclusif, par le soutien dans l’élaboration des statuts et règlements intérieurs des Comités Villageois de Développement (CVD) et l’accompagnement des villages dans le processus d’adoption des statuts et règlement intérieur et d’élection des Bureaux Exécutifs des Comités Villageois de Développement (depuis 2014). Le ou la volontaire pourra éventuellement visiter certains établissements scolaires bénéficiaires des projets d’AGIR PLUS.
Read More
Le/la volontaire sera accueilli/e à l’aéroport par le directeur d’AGIR PLUS, Mr BABA Kuizian. Il/elle se rendra sur le lieu de la mission en voiture privée avec chauffeur, accompagné/e par Mr BABA. La durée du trajet est de 45 minutes. Si l’arrivée se fait de nuit, il passera la première nuit à Lomé à l’hôtel Balcan.
Read More
Lome [Tokoin]
Read More
Le/la volontaire sera hébergé/e à l’auberge Gina à Tsévié. Il/elle disposera d’une chambre individuelle climatisée, avec une salle de bain individuelle. Les fenêtres sont équipées de moustiquaires. L’auberge est gardée par un gardien le jour et par un veilleur la nuit. Le portail se ferme la nuit. Il/elle prendra tous ses repas au siège d’AGIR PLUS.
Read More
AGIR PLUS fournira un kit de formation (stylo, bloc-notes, crayon, gomme, chemise à rabats) aux participants. L’association pourra mettre deux ordinateurs de bureau sous Windows 7 à disposition pour la formation. Les logiciels Word, Excel, Photoshop et Adobe sont installés. Le/la volontaire aura à sa disposition un paperboard et des marqueurs.
Read More