fbpx

Formation à la maintenance automobile du Parc de la Pendjari

Appuyer et conseiller en mécanique le chef de la logistique d'APN et son équipe de mécaniciens. L'activité de l'organisation est basée dans le parc de la Pendjari., l'éloignement et l'isolement du Parc rendent la logistique difficile, il est donc important que la flotte soit fonctionnelle afin de limiter les problèmes. APN structure le garage et a installé tout l'équipement dont toutes les machines lourdes. Le secteur de la mécanique doit être rigoureusement structuré dans cette phase du programme d'APN, c'est pour quoi APN fait appel à Planète Urgence pour qu'un volontaire les soutienne dans cette phase. L'organisation du secteur mécanique de l'organisation comprend le parc de véhicules légers (4x4 Toyota), les camions, les machines lourdes comme les chargeuses, les niveleuses, les tracteurs, les motocyclettes et les groupes électrogènes. Pour mieux gérer ce secteur, APN veut former ses mécaniciens sur la maintenance ordinaire, la gestion des pièces de rechange et des consommables, la maintenance hydraulique. L'équipe constituée du chef de la logistique, d'un chef garage et de 2 mécaniciens, ne possède pas les compétences suffisantes pour assurer la prévision sur la maintenance. Localement, cette compétence n'existe pas et faire venir un expert d'ailleurs génèrera des couts que APN préfère investir dans la conservation directement. C'est pourquoi APN sollicite les missions du Congé Solidaire de Planète Urgence pour appuyer son chef service logistique et son équipe en maintenance mécanique.
Read More
Read More
OUI
Read More
Congé solidaire
Read More
Membres de l'équipe logistique d'APN
Read More
3
Read More
Le chef de la logistique a un niveau supérieur, le chef du garage et les 2 mécaniciens sont diplômés en mécanique. Leur âge varie entre 26 et 45 ans. Ils parlent et écrivent tous français.
Read More
African Parks est une organisation de conservation à but non lucratif qui assume l'entière responsabilité de la réhabilitation et de la gestion à long terme des parcs nationaux en partenariat avec les gouvernements et les communautés locales. Elle gère actuellement 15 parcs nationaux et zones protégées dans neuf pays couvrant 10,5 millions d'hectares : Bénin, République centrafricaine, Tchad, République démocratique du Congo, Malawi, Mozambique, République du Congo, Rwanda et Zambie. Fondé en 2000 en réponse au déclin dramatique des aires protégées du à  la mauvaise gestion et au manque de financement, African Parks utilise une approche commerciale claire pour la conservation de la faune africaine et des zones sauvages restantes. Tout en sécurisant de vastes paysages et en réalisant toutes les activités nécessaires pour protéger les parcs et leur faune, APN accorde une grande importance au développement économique et à la réduction de la pauvreté dans les communautés avoisinantes pour assurer la durabilité écologique, sociale et financière de chaque parc. Le Bénin a conclu un partenariat à long terme avec African Parks en mai 2017 pour revitaliser, réhabiliter et développer le Parc National de Pendjari, l'une des plus grandes réserves protégées restantes en Afrique de l'Ouest et du Centre. La revitalisation du Parc National de la Pendjari est l'un des 45 projets phares du programme national d'investissement "révéler le Bénin" annoncé par la Présidence de la République du Bénin en décembre 2016. APN a pour projet actuel la gestion de la Réserve de la Biosphère de la Pendjari, l'un des plus grands bastions restants pour les éléphants et les lions en Afrique de l'Ouest En collaboration avec l' Elephant Crisis Fund et le Lion Recovery Fund , les premiers colliers satellites ont été déployées sur les éléphants et les lions de la Pendjari pour mieux comprendre leur écologie et leurs déplacements dans le complexe Arly-Pendjari. En collaboration avec le gouvernement du Bénin, la National Geographic Society et la Fondation Wyss, ainsi que d' autres partenaires, APN travaille pour assurer la restauration écologique et la protection de la Pendjari, pour restaurer et revitaliser ce parc d'importance mondiale. Des Rangers ont été déployés dans l'ensemble du complexe de la Pendjari pour s'assurer que les populations et la faune bénéficient d'une stabilité accrue dans la région. Cela comprend la création d'une brigade spéciale chargée de l'application de la loi afin de réformer les forces de l'ordre et de protéger la faune du parc et de constituer une circonscription pour la conservation avec les communautés locales. Protéger la dernière grande zone sauvage de savane en Afrique de l'Ouest et ses espèces emblématiques qui sont un atout pour l'économie du Bénin crée un énorme potentiel pour que le parc se positionne comme une destination mondiale de tourisme faunique. Cela contribue également à accroître l'emploi et à générer les revenus nécessaires pour le parc ainsi que pour les communautés locales vivant dans la région.Travailler avec les communautés est une priorité absolue, pour atténuer les conflits homme-faune et fournir des moyens de subsistance alternatifs au braconnage et à l'extraction des ressources, afin d'assurer un avenir et une prospérité pour la région parcs africains. La végétation de la réserve de biosphère de la Pendjari est caractéristique de la zone soudanienne avec une mosaïque de savanes herbeuses, arbustives, arborées et boisées ainsi que des forêts claires abritant une strate herbacée dominée par les graminées. A ces formations bien réparties sur l'ensemble de la réserve, viennent s'ajouter deux formations strictement limitées à la proximité de la rivière Pendjari : la galerie forestière et la forê ripicole de Bondjagou, à l'Est du parc. La végétation de la réserve est dans l'ensemble une savane plus ou moins boisée, entrecoupée de formations forestières dont le couvert va de 5 % (savane arbustive) à 80 % (forêt claire). Au total, 241 espèces végétales ont été recensées (baobab,kigelia, acacia, daniela pour les arbres). La RBP présente quatre grandes zones : - Quatre aires centrales ont été identifiées et classées en zones intégralement protégées. Elles bénéficient d'une protection à long terme permettant de conserver la diversité biologique, de surveiller les écosystèmes les moins perturbés et de mener des recherches et autres activités peu perturbatrices. Leur superficie représente 28% de la surface de la réserve. - La zone de développement touristique, pour générer des revenus qui seront réinvestis dans le parc. Ce sont environ 6 500 touristes qui visitent le parc chaque année. On estime à 30 000 le nombre de personnes vivant du parc. Ils sont représentés par l'Association de Développement Touristique de la Pendjari. - Une zone tampon qui entoure les aires de protection. Cette zone est utilisée pour la chasse et l'agriculture. Les permis de chasse coûtent 300 000FCFA (presque 500 euros) et les taxes de tir dépendent des espèces visées (par exemple 1 million de FCFA pour un hippopotame). Les quotas de chasse sont déterminés par la Direction du Parc dans une perspective de régulation. - La zone de transition où sont situés les villages : 23 villages entourent la réserve. Les principales activités des populations riveraines sont l'agriculture et l'élevage. Le parc fait en sorte d'impliquer les populations riveraines dans la gestion des ressources liées au parc et dans sa protection, mais aussi, en contrepartie, de faire profiter les habitants des ressources du parc. Leurs inrérêts sont défendus par l'Association Villageoises de Gestion des Réserves de Faune, qui réunit les représentants des villages. Une partie des revenus du tourisme et de la chasse sont réinvestis pour la construction d'infrastructures dans cette zone.
Read More
Le/la volontaire devra partir de France le dimanche. Arrivé(e) le soir, il (elle) sera accueilli(e) par un membre de l'association Actions & Développement et accompagné(e) à l'hôtel pour une première nuit à Cotonou (hôtel Qualimax). Avec le représentant d'Actions & Développement, il (elle) part vers Tanguiéta, le lieu de mission, le lundi matin en bus. Le trajet dure 12h. Le trajet retour se fait, toujours accompagné, le dernier samedi.
Read More
Cotonou
Read More
Le (la) volontaire sera logé(e) à la Guesthouse de Tanguiéta pendant les week end et à son arrivée. Pendant la mission le ou la volontaire sera logée à la base opérationnelle. Le volontaire disposera d'une chambre individuelle à la base (lit avec moustiquaire). Le volontaire mangera à la Guesthouse de Tanguiéta (week-end) et à la base (pendant la semaine) une fois sur le terrain.
Read More
Tout le matériel est disponible dans le garage du Parc ou chez des mécaniciens des villages alentours.
Read More