fbpx

Formation à la création et gestion d’un site web et aux réseaux sociaux

Cette mission permettra à  l'association d'améliorer la visibilité de ses actions. En effet, depuis sa création, toutes les recherches et les actions de l'association sur la protection de la biodiversité marine côtière en particulier les tortues et ses activités connexes (écotourisme, pêche durable et autres) restent peu ou mal connues du grand public du fait d'absence d'un portail de communication leur permettant de s'ouvrir au monde. L'absence de site web diminue la crédibilité de la structure auprès des bailleurs de fond et de ce fait limite considérablement les possibilités de levées de fonds et des subventions pour continuer les actions de l'organisation. De même l'association accueille chaque année une dizaine d'étudiants et chercheurs à la recherche d'informations, données ou photos sur la biodiversité marine pour leur mémoires, projets ou rapport de recherche. La création du site web et son actualisation régulière permettra à ces étudiants et chercheurs d'éviter de faire de longues distances pour obtenir des informations. Le développement d'un site web et la mise à jour de la Page FaceBook contribuera à faire connaitre les activités de la structure et accroitre le nombre de touristes à Ebodjé. L'écotourisme est un effet l'un des principaux leviers avec la pêche et l'agriculture qui contribuent à l'amélioration des conditions de vie des populations riveraines mais aussi à la conservation des tortues marines. L'association n'a aujourd'hui pas les moyens financiers de faire appel à un consultant local pour créer et administrer un site web.
Read More
Read More
OUI
Read More
Congé solidaire
Read More
Membres de l'association
Read More
8
Read More
8 personnes (6 hommes et 2 femmes) âgées de 24 à 46 ans participeront à la formation, deux seront en charge du site suite à la mission, les autres participeront à la formation pour prendre le relai en cas de besoin . Bien que maîtrisant pour la plupart l'utilisation d'internet et des réseaux sociaux, aucun membre de l'équipe n'a reçu de formation dans le domaine. Leur niveau scolaire est assez bon, même si très peu ont fait des études supérieures, ils ont pour la plupart le niveau secondaire. Les participants sont donc aptes à lire, à écrire et à parler couramment français.
Read More
Tubé Awù ("Notre océan" en langue locale), est une Association à but non lucratif, apolitique, laïque et sans discrimination, créée en 2014. L’organisation est mise sur pieds pour prendre la suite de l’association Kudu A Tube (via deux membres de l’ancienne association Denis Gnamaloba et Jacques Fretey) et ainsi continuer les travaux pour la conservation de la biodiversité aquatique entamés par les populations d’Ebodjé depuis 1999. Les actions de Tubé Awù interviennent dans un contexte de braconnage accru des ressources halieutiques et en particulier les tortues marines et leurs oeufs, de même que les lamantins. Sa principale mission depuis sa création est d’assurer la protection participative et inclusive de la biodiversité marine et côtière d’Ebodjé dans la perspective de l’établissement du futur Parc National Marin. L’association a son siège dans le village Ebodjé. Cette localité, située sur la côte camerounaise à 50 km de Kribi et 25 Km de Campo, comprend environ 800 personnes constituées en majorité des ethnies Yassa et Mabea. La zone d’intervention de Tubé Awù est tout le Littoral de l’arrondissement de Campo, future emprise du Parc National Marin, soit du rocher Elombo à l’estuaire du fleuve frontalier Ntem avec la Guinée équatoriale. La population humaine sur toute cette zone compte environ 9000 habitants vivant essentiellement de la pêche (95%), de la chasse et de l’agriculture de subsistance. Outres les actions de suivi-écologique, l’organisation mène également les activités socioéconomiques et le développement de l’écotourisme. L’équipe de l’association est constituée de 12 membres dont 6 salariés et 6 bénévoles. Ce sont des techniciens qualifiés locaux, des chercheurs, des scientifiques et parfois des étudiants chercheurs. Les actions de l’association bénéficient directement à plus de 100 personnes constituées d’élèves et pêcheurs et indirectement à plus de 9000 personnes de sa zone d’intervention. Pour ses activités, Tubé Awù reçoit du soutien financier, matériel et technique de ses partenaires à l’instar de : - L’IRAD (Institut de Recherche Agricole pour le Développement)-Kribi : financement d’une piscine d’hébergement temporaire des tortues pour les touristes. En retour, l’association met en cas de besoin ses données sur les ressources halieutiques à la disposition de l’IRAD ; - Man And Nature (Yaoundé) : partenariat dans le projet noix de Coco (Extraction et commercialisation des noix livrées à elle par l’association) ; - Chélonée-France : Don de bagues pour le bagage des tortues et financement des déplacements du conseiller scientifique ; - Somè France et la Mairie de Courteranges : appuie à la construction d’un centre de santé et approvisionnement en médicaments - RASTOMA (Réseau des acteurs et professionnels pour la sauvegarde des tortues en Afrique centrale) - Pointe-noire Congo : invitation à intégrer le réseau pour bénéficier des échanges d’expérience ; - AMMCO (African Mamal Marine Conservation) Dizangué : Tubé Awù a bénéficié d’une formation sur le logiciel Siren de suivi des cétacées. Remise de matériel (2 téléphones embarqués, un outil de géolocalisation) aux pêcheurs. Grâce à ces partenaires techniques et financiers Tubé Awù a mené depuis sa création les activités suivantes : 1) Suivi et conservation des tortues marines : Organisation de patrouilles nocturnes et diurnes de dissuasion contre le braconnage ; Durant la première saison de ponte (2014-2015), 75 individus de tortues ont été enregistrés appartenant à trois espèces différentes : Chelonia mydas (tortue verte) Lepidochelys olivacea (tortue olivâtre) Dermochelys coriacea (tortue Luth) avec respectivement 3, 68 et 4 individus. Au total, 4498 oeufs ont été transplantés ; 66 nids de tortues et 3 prises accidentelles ont été notés. La seconde saison de ponte (2015-2016) quant à elle a été moins productive et plus perturbée que la première. Au total 56 individus appartenant à 4 espèces ont été recensés. Au cours de cette deuxième saison, le nombre d’oeufs transplanté a considérablement baissé. On passe ainsi de 4498 oeufs la première année à 1301 pour la deuxième. Outre les patrouilles, Tubé Awù a réalisé d’autres activités toujours dans le cadre du suivi écologique des tortues marines comme la construction d’une nouvelle écloserie et d’une piscine qui abritera temporairement les tortues en attente de parrainage ou l’encadrement de deux jeunes chercheurs en sciences halieutiques. 2) Activités d’écotourisme En collaboration avec la structure Ebotour, Tubé Awù accueille chaque année des touristes de passage ou séjournant dans les locaux (éco-cases) prévus à cet effet. Durant ces deux années écoulées, 250 touristes ont été accueillis à Ebodjé. L’association procède également en plus du guidage, à l’exposition murale au siège sur l’origine et l’évolution des tortues. 3) Activités socioéconomiques chaque année des personnes désireuses de contribuer à la protection de l’environnement parrainent à hauteur de 15 à 25 euros les tortues. Cette somme est utilisée pour venir en appui à quelques enfants dans le village. Grace à ce programme, 6 enfants ont reçu en 2015 des bourses et des fournitures scolaires. Appui à la santé publique : Par le biais de Somè France et la mairie de Courteranges, un dispensaire a été mis en place et est régulièrement approvisionné en médicaments de première nécessité pour venir en aide aux populations. Les populations bénéficient également des soins d’une infirmière qui elle aussi a été formée et est prise en charge par Somè. Pour ce qui est des activités génératrices de revenus, un projet sur la valorisation des produits locaux tels que la noix de coco est en cours de réalisation depuis 2016 avec l’ONG Man And Nature. Les noix de coco qui sont en cours de certification sont produites et livrées pour la production de l’huile de noix de coco.
Read More
Le volontaire sera accueilli à l'aéroport par le Président de l'association. Le/la volontaire passera une nuit à Douala, le/la volontaire passera la nuit à l'hôtel du centre climatique, chambres individuelles climatisées à 10 min de l'aéroport. Le transfert vers le lieu de mission aura lieu le lendemain, le trajet Douala-kribi 2h30 se fera en transport public, ainsi que le trajet Kribi-Ebodjé 1h30 au plus.
Read More
Douala
Read More
Sur le lieu de la mission, le/la volontaire sera logé dans une case écotouristique située à Ebodjé, il/elle prendra les repas. Ces cases sont soit individuelles, soit collectives, ventilées avec moustiquaires.
Read More
L'association dispose d'un ordinateur équipé de Windows 7, c'est à partir de cet ordinateur que sera réalisé le site web. Pour la formation, une salle sera mise à disposition du volontaire. Un groupe électrogène sera utilisé car le village n'est pas relié au réseau électrique.
Read More