fbpx

ED à Madagascar

La déforestation à Madagascar

 

Contexte

Madagascar est la cinquième plus grande île du monde (587 000 km²) et un pays qui, par son isolement géographique et la variété de ses climats et reliefs, dispose de 5% de la biodiversité mondiale et bien souvent unique au monde.  En effet, il existe à Madagascar plus d’espèces uniques de plantes et d’animaux que sur l’ensemble du continent africain, dont plus de 80% ne se trouve nulle part ailleurs (caractéristique endémique). En raison de cette spécificité, la perte d’un hectare de forêt a un impact négatif sur la biodiversité plus important que sur le reste de la planète.

 

Problématique

Or, cette biodiversité est menacée par la culture sur brûlis, la déforestation et l’exploitation forestière irrationnelle pour le bois d’oeuvre, de construction et pour les usages domestiques (bois de chauffe, charbon de bois).

Il ne reste que 10 à 13 % de la forêt malgache originelle. Madagascar dépasse le Brésil, l’Indonésie, et la République Démocratique du Congo en déforestation en 2017 (Prévision du Global Forest Watch). 510 000 hectares ont été détruit en une année ce qui représente soit 3,8 % des forêts. Il faudrait reboiser 40 000 hectare par an pour reconstruire son environnement.

 

Impact sur l’homme

Par ailleurs, cette situation alarmante sur le plan environnemental et de la protection de la biodiversité impacte négativement l’économie du pays. Malgré une légère reprise économique marquée par une croissance de 4,2% du PIB réel en 2016 et 2017 et une estimation de croissance de 5,3% pour 2018, la plupart des malgaches ne bénéficient pas de ces améliorations avec un taux d’extrême pauvreté qui touche 76,2% de la population en 2017 et un Revenu National Brut (RNB) par habitant équivalent à 400 dollars.

 

Une biodiversité en danger imminent

Selon Jonah Ratsimbazafy, primatologue alerte sur la déforestation qui a pour conséquence de menacer l’extinction des lémuriens Tous les lémuriens vivent dans la forêt et moins de 10% des forêts existent encore à Madagascar. Si le taux de déforestation reste constant, il n’y aura plus de forêts dans ce pays. Ce qui veut dire qu’il n’y aura plus de lémuriens à Madagascar. »

 

Les causes de la déforestation

Cette situation est due à la prévalence de l’agriculture, y compris la pêche et la foresterie, qui représente un quart du PIB et emploie environ 80% de la population. Or, le Groupe de la Banque Africaine de Développement souligne la vulnérabilité de l’économie aux chocs climatiques, principalement du fait de la faible modernisation de l’agriculture.

Ainsi, les épisodes de sécheresse et le cyclone Enawo en 2017 ont entraîné la perte de plus d’un point de croissance du PIB réel. Dès lors, la déforestation contribue à l’accroissement de la pauvreté de la population de par son impact sur les activités génératrices de revenus comme celles liées à la filière soie ou à l’apiculture par la destruction de l’habitat des espèces animales (insectes).

Impact du programme E&D à Madagascar

 

Depuis 2010, Planète Urgence intervient à Madagascar à travers le programme Environnement et Développement. Ce programme a permis d’atteindre les résultats suivants :

3 898 224 arbres plantés soit environ 3 500 hectares reboisés

9 369 familles bénéficiaires

35 structures locales soutenues (associations, structures communautaires, groupements professionnels…)

 

En savoir plus

Bilan-et-perspectives_Madagascar(1)-001
Bilan et perspectives 2017 ED à Madagascar
Présentation projet E&D à Madagascar
Projet ED à Madagascar