Témoignages et rapports de volontaires

Au retour de leur mission de Congé Solidaire, tous les volontaires remplissent un rapport de mission.Un indice de satisfaction des volontaires1 de 4,7/5 en 2016.

Maude est parti au Cameroun (Campo)
du 17/06/2017 au 01/07/2017 sur le projet n°2176 (Bureautique)

Les conditions de vie sont forcément très différentes des nôtres.
Le relationnel avec Siméon, les écogardes, la restauratrice, etc ont été excellents
Le levé et couché du soleil nous semblent très décalés: il fait jour vers 5h30 (réveil accompagné par le chant des coqs), et il fait nuit vers 18h30.
J'ai été bien entourée, ce qui a permis de faire quelques sorties, mais je reconnais que l'absence de transport personnel et la surveillance de près m'a pris un peu de ma liberté, à la faveur de ma sécurité.
Bien sûr, l'heure camerounaise n'est pas l'heure française, elle est beaucoup plus tranquile...
Attention, les bières ne se boivent pas en 25cl par là-bas, le mininum est 50cl, et le standard plutôt 65cl...de bons buveurs de bières

Jeremy est parti au Bénin (Djougou)
du 11/06/2017 au 25/06/2017 sur le projet n°1489 (Comptabilité / Gestion)

La personne en charge de moi chez SNA, Gado, un des animateurs, a été vraiment adorable et toujours disponible pour moi et a fait, en grande partie, de cette bonne expérience, une excellente expérience.

Aucun imprévu ou incident n'est à signaler. Tout a parfaitement été programmé et encadré.

Benoit est parti en Équateur (Loreto)
du 04/06/2017 au 18/06/2017 sur le projet n°2025 (Faune et flore)

Cette mission a constitué pour moi une vraie reconnection avec la nature et j'ai retrouvé certaines valeurs véhiculées par un mode de vie plus simple et plus respectueux de ce qui nous entoure.
Cela m'a apaisé et m'a également conforté dans mon projet de reconversion professionnelle dans le domaine de la conservation et de la protection des animaux.
Redécouvrir une forêt et les animaux qui y vivent avec des spécialistes passionnés comme Thierry, Roberto et Vincent m'a considérablement apporté et m'a donné envie de me réintéresser à certaines espèces comme c'était le cas avant.
Participer également à la vie de groupe avec les autres volontaires a été très enrichissant pour moi.
Je sors grandi, apaisé et plus motivé que jamais de cette mission.

Gerard est parti à  Madagascar (Antananarivo Et Mahajanga)
du 18/05/2017 au 05/06/2017 sur le projet n°2134 (Santé)

les gens de MAJUNGA sont très accueillants

la mission s'est déroulée dans de très bonne conditions et les gens ont été très réceptifs

les Malgaches sont attachants !!!

Zineb est partie aux Philippines (Malapascua)
du 13/05/2017 au 27/05/2017 sur le projet n°2148 (Faune marine et flore)

j'ai été très agréablement surprise par mon expérience avec People and the Sea.

Au niveau professionnel:

A ce niveau, nous avions reçu une formation brillante. Rares sont les plongeurs non professionnels qui pourraient prétendre à une telle formation. Les membres de l'association se sont entièrement impliqués pour nous former et nous aider à acquérir des techniques de plongée d'un niveau professionnel. Par ailleurs, la formation théorique quant au monde marin: types de coraux, d'invertébrés, des impacts marins était extrêmement intéressante. La chercheuse en charge de nous former était très pédagogue et passionnée par son métier.


Au niveau humain:

Rapport avec les membres de l'association: tous les volontaires à la fin de la mission s'accordaient à faire ressortir la richesse de la relation humaine que nous avons vécu lors de cette mission. En effet l'association est composées de personnes de nationalité très différentes avec beaucoup de membres locaux, habitants de l'ile, ce qui rendait notre expérience humaine extrêmement riche. Nous avons pu discuter avec les membres locaux (adultes et lycéens) pour connaitre davantage la culture Philippine ainsi que leurs traditions.
Les membres de l'association se sont toujours comportés de telle sorte à nous intégrer totalement. Nous avions l'impression d'être des membres à part entière et non pas de simples volontaires ponctuels ce qui a été très apprécié et nous a permis de nous épanouir amplement au sein de People & The Sea.

Cependant, la seule chose qui nous a manqué lors de cette expérience et le fait de développer plus de relation avec les familles qui nous accueillaient. En effet, au regard de notre programme quotidien, il était assez difficile de passer du temps avec les membres des familles. J'aurais aimé avoir plus de contacts avec eux et apprendre à mieux les connaitre. Nous en avons parlé aux membres de People & The Sea qui est consciente de ce point et qui cherche une solution pour y remédier.

Je suis extrêmement ravie et heureuse d'avoir pu vivre une telle expérience aussi enrichissante aussi bien sur le plan technique qu'humain, et d'autant plus au sein d'une association aussi sérieuse et éthique que People and the Sea.

Corinne est partie au Népal (Kathmandu)
du 06/05/2017 au 20/05/2017 sur le projet n°1981 (Cuisine)

Première entrevue avec Ritu, première appréhension: Ouf! Elle parle parfaitement l'anglais sans accent népalais, je la comprends très bien moi qui me débrouille avec la langue de Shakespeare sans la maîtriser totalement.

Premier cours avec les participants, deuxième appréhension: Vais je les comprendre tous? La séance d'introduction que j'ai préparée va t-elle leur convenir? Je sais l'importance du premier contact déterminant pour la suite.
Première question, premières réponses à transcrire sur le paperboard. Ils n'ont pas tous l'accent de Ritu. Et si je me trompe en écrivant? Une idée me vient et je demande: Quelqu'un veut- il être mon assistant pour écrire les réponses au tableau? Deuxième ouf. Finalement tout se passe bien, je suis bien les conseils précieux de Claire qui avait assuré la formation avant départ. Je termine en temps voulu par: "Dans quinze jours vous serez capables de...". Je suis rassurée. Mission accomplie...pour le premier jour.

Deuxième cours, pas d'appréhension: Je savais que l'expérience des mains sales sur le pain allait leur plaire et ce fut le cas. Tous les participants s'en donnent à coeur joie aussi bien pour l'expérience que pour le lavage méticuleux des mains. Ils proposent même de se mettre en groupe pour écrire une chanson sur le "good handwashing": Au delà de mes attentes.

Troisième cours sur la réalisation des confitures, troisième appréhension: Pourvu qu'ils ne ratent pas "le setting point" et que je puisse gérer les trois groupes en même temps. Tout de suite un challenge s'installe entre eux: Qui va réussir la meilleure confiture? Ils m'impressionnent tous par leur maîtrise de la cuisson, toutes les étapes se succèdent avec facilité. Les confitures sont prêtes, mais il faudra attendre le lendemain pour les goûter.

Quatrième cours, évaluation gustative, pas d'appréhension, juste le plaisir de tous les retrouver et celui de goûter les confitures. Ambiance bon enfant teintée de compétition. On définit des critères, on essaie de mettre des notes objectives, une confiture se démarque: prune cannelle, un vrai régal reconnu par tous.
.......
Dernier jour, bilan, suite à donner au projet, diplômes avec tout le cérémonial nécessaire et ..... BRUNCH avec croissants, baguettes, beurre et ...confitures et plein de plats délicieux: ambiance joyeuse bienveillante pleine de reconnaissance mutuelle.
MISSION ACCOMPLIE

Helene est partie en Guadeloupe (Bouillante)
du 06/05/2017 au 20/05/2017 sur le projet n°1692 (Faune marine)

Arnaud est parti à  Madagascar (Moramanga)
du 29/04/2017 au 14/05/2017 sur le projet n°1919 (Communication)

L'idée de départ, quand France Télévision a signé un accord avec Planète Urgence, était de partir à Madagascar car cela fait longtemps que je veux aider ce pays... Protestant, j'ai toujours eu des amis malgaches dans ma paroisse et ce sont des gens qui m'ont toujours apporté par leur bonne humeur et leur sens du partage.
J'y ai trouvé cette mission de formation en communication, c'était pour moi ! Et sur place, j'ai été enchanté de rencontrer une équipe de 4 femmes, super motivées, accueillantes et plein d'humour. 100% de bonheur car travailler avec elles dans la bonne humeur mais avec des objetcifs très élevés. Nous avons signé un contrat moral, "j'allais les emmener à puiser dans leur dernier retranchement, on allait bosser dur, suer sur la rédaction d'articles, être exigeants sur les publications et les photos, mais nous allions rejoindre le niveau des journalistes pro locaux !"
Et on l'a fait ! Elles n'ont pas à rougir de leur travail ! J'en suis encore bouche bée, entre ce que j'ai vu et lu à mon arrivée et après le dernier jour de mon départ ! l'Agence France Presse va même venir dans quelques jours pour réaliser des reportages dans une réserve naturelle grâce à leur communication ! Une consécration !
On a même fait un direct avec ordinateur portable et clé 4G pour des publications sur facebook de l'Ortalma sur une mission humanitaire de médecins français dans l'hopital local ! Du jamais vu, et je n'étais avec elle que depuis 4 jours !
On a fait un weekend ensemble à faire des photos et s'amuser pour réaliser quelques reportages ! elles en redemandaient et moi je les poussais tout naturellement. J'étais le "P... d'Arnaud de formateur" qui leur faisait une formation commando... genre légion étrangère ! Et le résultat va au delà de mes espèrances.
Ces 4 filles formidables, de 21 à 68 ans, m'ont beaucoup donné par leur abnégation et leur confiance, j'ai aimé transmettre des connaissances et des compétences, j'ai adoré recevoir d'elles leur fierté de réussir et leurs remerciements à la foi, à la foi respectueux et tendres. Nous étions 5, comme les 5 doigts de la main... Et mon départ fut à la fois joyeux et triste ! Mais je sais que je reviendrai !

1 Une des questions du rapport de mission demande au volontaire un "niveau de satisfaction général" sur sa mission de Congé Solidaire. A partir des réponses à cette question fermée à laquelle le volontaire peut répondre par passable, satisafaisante ou excellente, nous calculons cet indice de satisfaction.