Témoignages et rapports de volontaires

Au retour de leur mission de Congé Solidaire, tous les volontaires remplissent un rapport de mission.Un indice de satisfaction des volontaires1 de 4,7/5 en 2016.

Corinne est partie au Népal (Kathmandu)
du 06/05/2017 au 20/05/2017 sur le projet n°1981 (Cuisine)

Première entrevue avec Ritu, première appréhension: Ouf! Elle parle parfaitement l'anglais sans accent népalais, je la comprends très bien moi qui me débrouille avec la langue de Shakespeare sans la maîtriser totalement.

Premier cours avec les participants, deuxième appréhension: Vais je les comprendre tous? La séance d'introduction que j'ai préparée va t-elle leur convenir? Je sais l'importance du premier contact déterminant pour la suite.
Première question, premières réponses à transcrire sur le paperboard. Ils n'ont pas tous l'accent de Ritu. Et si je me trompe en écrivant? Une idée me vient et je demande: Quelqu'un veut- il être mon assistant pour écrire les réponses au tableau? Deuxième ouf. Finalement tout se passe bien, je suis bien les conseils précieux de Claire qui avait assuré la formation avant départ. Je termine en temps voulu par: "Dans quinze jours vous serez capables de...". Je suis rassurée. Mission accomplie...pour le premier jour.

Deuxième cours, pas d'appréhension: Je savais que l'expérience des mains sales sur le pain allait leur plaire et ce fut le cas. Tous les participants s'en donnent à coeur joie aussi bien pour l'expérience que pour le lavage méticuleux des mains. Ils proposent même de se mettre en groupe pour écrire une chanson sur le "good handwashing": Au delà de mes attentes.

Troisième cours sur la réalisation des confitures, troisième appréhension: Pourvu qu'ils ne ratent pas "le setting point" et que je puisse gérer les trois groupes en même temps. Tout de suite un challenge s'installe entre eux: Qui va réussir la meilleure confiture? Ils m'impressionnent tous par leur maîtrise de la cuisson, toutes les étapes se succèdent avec facilité. Les confitures sont prêtes, mais il faudra attendre le lendemain pour les goûter.

Quatrième cours, évaluation gustative, pas d'appréhension, juste le plaisir de tous les retrouver et celui de goûter les confitures. Ambiance bon enfant teintée de compétition. On définit des critères, on essaie de mettre des notes objectives, une confiture se démarque: prune cannelle, un vrai régal reconnu par tous.
.......
Dernier jour, bilan, suite à donner au projet, diplômes avec tout le cérémonial nécessaire et ..... BRUNCH avec croissants, baguettes, beurre et ...confitures et plein de plats délicieux: ambiance joyeuse bienveillante pleine de reconnaissance mutuelle.
MISSION ACCOMPLIE

Gautier est parti au Cameroun (Ebodjé (village à 50 Km De Kribi))
du 29/04/2017 au 13/05/2017 sur le projet n°2220 (Faune marine)

Lors de mon séjour au Cameroun, j'ai été confronté à :

- Des conditions de vie plus précaires que celles auxquelles nous sommes habitués. Néanmoins, être confronté à des conditions de vie plus précaires permet de se recentrer entièrement sur les missions et l'objectif de notre venue ainsi que de découvrir le quotidien des populations locales.

- Des populations locales accueillantes et bienfaisantes : chaque contact avec les populations locales, à savoir les membres de l'association, les villageois ou les guides, s'est avéré très cordial et amical. Nous avons longuement partagé et échangé sur les coutumes de nos pays respectifs, sur nos impressions ainsi que sur les actions à développer pour mener à bien l'objectif de la mission. La rencontre avec les locaux est l'un des points les plus enrichissantes de cette aventure.

- Des conditions de travail idéales : lors de nos différentes actions (sensibilisation, collecte des déchets, patrouilles nocturnes), nous avons systématiquement été briefé et encadré par les membres de l'association, ce qui est extrêmement appréciable.

Pour conclure, je suis ravi d'avoir réalisé cette expérience inoubliable et je recommanderai vivement à mon entourage de réaliser une telle mission, très enrichissante sur le plan humain.



Aurélien est parti au Cambodge (Phnom Penh)
du 15/04/2017 au 29/04/2017 sur le projet n°2053 (Gestion de projets)

Les deux semaines de mission ont été passionnante et très enrichissante. J'ai apprécié mettre à disposition mes compétences professionnelles (marketing stratégique, création de business model, business plan, analyse des chiffres) pour un business concret local.
La collaboration avec Vanna m'a beaucoup apporté, et c'est une personne très attachante qui donne envie de tout faire pour que son projet marche.
Elle m'a, avec son fils, fait découvrir des traditions locales passionnantes et m'a accompagné le dernier jour au marché russe pour me faire acheter les bons souvenirs et négocier au bon prix :)

Brtef une expérience inoubliable avec des rencontres humaines plus qu'enrichissantes!

Martine est partie au Bénin (Natitingou)
du 09/04/2017 au 23/04/2017 sur le projet n°1702 (Bureautique)

J'ai vécu une expérience de vie formidable avec de belles rencontres et des échanges inter culturels passionnants.

Un séjour magnifique dans la pension de sœurs où j'étais hébergée.

Un relationnel formidable avec les élèves avec lesquels j'ai pu échanger et surtout la Directrice de l'ASFAB qui est un personnage absolument formidable et admirable !

J'ai eu comme cadeaux des chansons, des rires et des lettres qui m'ont beaucoup émue.

Jean Pierre est parti au Bénin (Parc National De La Pendjari)
du 09/04/2017 au 23/04/2017 sur le projet n°1825 (Faune)

Conditions de vie marquées par la chaleur tout au long de notre sejour au Nord Bénin.
Pas dimprevus notoires sur cette mission .Nous avons eté tres bien reçus par l hotel Penjari.
Je souligne que j ai remis via Planete Urgence Tanguieta une clef usb contenant des photos et des films en haute definition afin que ces documents soient éventuellement utilises pour une illustration du site web de la Penjari. Cette promptitude est un gage d efficacité
j avais apporte mon propre ordinateur pour le tri et traitement en temps réel de mes photos

Par ailleurs Florent le guide qui nous accompagne la deuxième semaine ( et qui apparaît sur la vidéo you tube fevrier 2016)lsouhaite une clef usb contenant ce film

https://youtu.be/kWNZZ6z77y8

il peut a peine le lire dans un cyber de Nattitingou -les plus septentrionaux du Benin et souhaiterait le montrer sur pc au staff résident dans la penjâri . je rappelle l impossibilité de downloader les films you tube même en France sauf abonnement spécifique
en conséquence il faudrait que les auteurs du montage donnent une copie de ce film



Parilleurs l utilisation de la fonction tableau croise dynamique nous a permis d agréger les données saisies sous forme statistique et dont vous avez la teneur quelques paragraphes au dessus

Marie est partie au Bénin (Parc National De La Pendjari)
du 09/04/2017 au 23/04/2017 sur le projet n°1825 (Faune)

Les fous rires de notre chauffeur Léon la première semaine était mémorable, il a une connaissance de la subtilité verbale des expressions francophones et l'on perçoit le plaisir qu'il a de nous faire partager ses envies.
Par contre notre Léon a été peu disert dès qu'est apparu Florent notre guide.
Florent est très érudit, il partage moins avec nous les émotions, il fait son métier sans forcer sur la performance.

Dans le trajet les participants sur le toit ont perdu des accessoires en route, à chaque fois le ramassage a été efficace par nous ou par d'autres voitures, elles sont rares mais solidaires.
Une voiture a été imprudente un éléphant l'a coursé, elle a fuit en nous doublant et c'est nous que l'éléphant a chargé, notre conducteur connaît les risques et Jean Pierre a pris un film de cette course poursuite, drôle oui.
La nuit les lions ne sont pas lions, trois fois nous les avons entendu rugir, les phacochères étaient près des poubelles à manger.

L'équipe hôtelière a été d'un gentillesse exemplaire, nous prévenant que nos repas allaient être prêt rapidement.
Nous sommes parmi la clientèle de l'hôtel des gens adorables, sans souci et tout sourire.

Parce que avons vu passer des clients exigeants et bizarres : une vraie analyse sociologique.
Une famille confessionnelle avec une petite bande de gamins blonds…
Le groupe d'anciens fumeurs et buveurs…
La famille espagnolesque, franco, anglo, nord afro… et leurs lutins démoniaques.
Les amoureux de la noce tendre et les couples multiraciaux… c'est tonique, vive la vie !

Et à part dans le camp des ouvriers qui travaillent les routes et reviennent le soir, avec leur repas sur braises.

Dominique est partie au Bénin (Parc National De La Pendjari)
du 09/04/2017 au 23/04/2017 sur le projet n°1825 (Faune)

Une mission riche en nouvelles connaissances sur la faune, sur l'Afrique et sur l'évolution de la prise de conscience des populations locales sur la necessité de préserver ces animaux et d'apprendre à vivre avec.
Un pays où l'accueil n'est pas un vain mot, la bienvenue vous est souhaitée à chaque rencontre, les rapports humains sont simples et respectueux, et emprunts de gentillesse spontanée.
La chaleur 45° est tout à fait supportable car c'est une chaleur sèche et n'est pas un obstacle à la mission .
C'est une mission qui passe a une vitesse éclair et que l'on aimerait voir se prolonger tellement c'est passionnant.
La connaissance de la réaction des animaux de notre guide et chauffeur sécurise complètement les transects même lorsqu'un éléphant un peu nerveux tente une charge pour nous impressionner.
Un seul regret , ne pas avoir passé une nuit près d'une mare afin de voir le comportement des hippopotames, des crocodiles.
Nous souhaiterions avoir un retour des études faites à partir des différents collectes de données faites au cours des missions.

Elsa est partie au Bénin (Tanguiéta)
du 09/04/2017 au 23/04/2017 sur le projet n°389 (Appui éducatif et animation)

Concernant la mission PU dans son ensemble, le déroulement m'a vraiment impressionnée. Volontaire depuis quelques années et notamment sur l'Afrique, c'était la première fois que je partais avec PU. J'ai trouvé l'organisation très saine, très sécuritaire (encadrée) et ajustée de façon à être porteuse de résultats autant pour le volontaire que pour les bénéficiaires.
Les conditions de travail sont toujours rudes en Afrique du fait des températures hautes mais parfaitement adaptées pour la mission.
Le personnel de la Maison des Volontaires s'est montré très chaleureux, nous avons au fil de jours créés des liens amicaux très sincères et j'espère avoir l'occasion de leur rendre de nouveau visite lors d'un prochain voyage et/ou mission. L'Equipe locale AD s'est montrée également très sérieuse, très accueillante et à l'écoute.
Anecdotes et imprévus, cela fait partie du mode de vie africain.. mais si je dois en garder deux en tête, c'est le jour de notre Safari le premier week-end : notre Chauffeur-Guide a fait un ulcère avant même de venir nous chercher pour commencer le Safari, la volontaire de Natitingou a du s'improviser infirmière le temps que quelqu'un prenne le chauffeur en charge. Notre safari a été annulé et reporté au lendemain. Le dimanche, le même chauffeur revient pour nous conduire au Parc de la Pendjari, je ne vous dis pas notre surprise de le revoir sur pied ! Les plantes médicinales en Afrique guérissent tout, même un ulcère.
Deuxième anecdote sympa : 5ème jour d'école, un élève m'annonce qu'on ne peut pas travailler dans la paillotte à notre disposition. Je lui ai donc demandé pourquoi, il m'a répondu que "ça puait" .
(Apparemment des enfants du villages avait pris la Paillotte pour un WC Public..)
Petits imprévus qui ne nous ont pas empêché d'étudier et de réaliser nos objectifs ensemble.

1 Une des questions du rapport de mission demande au volontaire un "niveau de satisfaction général" sur sa mission de Congé Solidaire. A partir des réponses à cette question fermée à laquelle le volontaire peut répondre par passable, satisafaisante ou excellente, nous calculons cet indice de satisfaction.