ENVIRONNEMENT

BIODIVERSITÉ

| n°1692 | Guadeloupe |
| Bouillante |

ÉVASION TROPICALE

Suivi des tortues marines sur sites de ponte et d’alimentation

Date de mission :
Cliquez une date pour l'ajouter à votre dossier.

  

Capacité d'accueil par mission :

DE 4 À 6 VOLONTAIRES EN GROUPE

L’association Evasion Tropicale (AET) a été créée en 1992 en Guadeloupe par Caroline et Renato Rinaldi pour contribuer à la préservation de la biodiversité marine dans l’archipel de la Guadeloupe. Ce territoire, très diversifié, constitue une part importante du patrimoine de l’outre mer français notamment au niveau marin, avec la présence en particulier de massifs coralliens d’une grande richesse, de tortues marines et de cétacés (l’Outre mer abrite 80% de la biodiversité française).
Voir : http://www.onml.fr/articles/outre-mer-des-enjeux-mondiaux-de-preservation-de-la-biodiversite/

L’association Evasion Tropicale œuvre donc depuis plus de 20 ans à la préservation de ce milieu marin exceptionnel mais sur lequel repose une économie basée sur l’exploitation de cet écosystème et principalement sur le tourisme. L’insularité et le développement économique rendent ce patrimoine fragile particulièrement vulnérable.

Pour répondre à cette problématique, les principales actions de l’association consistent en l’acquisition de connaissances sur la biodiversité marine et en l’évaluation des pressions, sur l’environnement pour la prise en compte des milieux naturels dans le développement des activités humaines et la prise de mesures de préservation adaptées. L’association assure l’information et la sensibilisation des scolaires, des professionnels, des usagers de la mer et du grand public par l’élaboration d’outils pédagogiques, l’organisation (Semaine des Cétacés) et la participation à des manifestations (Fête de la Science, Cap sur la Biodiversité…), de formations, d’activités de découverte et l’accès gratuit au musée « Balen ka Souflé » ... Elle intervient également dans le cadre du Réseau National (RNE) dans la gestion des échouages et détresses de mammifères marins et assure, de par son expertise et expérience, une veille environnementale sur des grands projets pouvant porter atteinte à l’environnement ou en favoriser la préservation...

L’association Evasion Tropicale est particulièrement spécialisée dans l’étude, le recensement et la protection des tortues marines et des cétacés et de leurs habitats en zone Caraïbe.

LES TORTUES MARINES

D’après le Père Du Tertre au XVIIème siècle, il y avait tellement de tortues marines dans la mer en Guadeloupe que l’on pourrait en prélever jusqu’à la fin des temps. Pourtant la population de tortues marines a connu un important déclin tant au niveau mondial que dans les Antilles ..... A tel point qu’elles avaient quasiment disparu des îles de Guadeloupe à la fin du XXème siècle, les observations sur les plages en période de ponte comme dans les eaux littorales restant alors très rares.

Afin d’enrayer leur extinction, il a été décidé en 1991 de protéger intégralement toutes les espèces de tortues marines et leurs œufs sur le territoire de la Guadeloupe. L’arrêté de protection a été renforcé en 2005 avec la prise en compte des habitats notamment. Ces mesures de protection ont montré leur efficacité et il est de moins en moins rare maintenant d’observer une tortue s’alimentant sur les récifs coralliens ou sur les herbiers littoraux.

Mais les populations de tortues marines restent néanmoins très fragiles et doivent faire face à de nombreuses menaces, liées au développement des activités humaines, et ce, malgré ces mesures de protection et l’investissement aujourd’hui de nombreux acteurs : captures accidentelles liées à la pêche, braconnage résiduel, destruction des sites de ponte et d’alimentation par l’aménagement des plages et du littoral, pollutions chimiques, déchets flottants, prédation, collision en mer, activités diverses d’observation… La Guadeloupe accueille chaque année quelques 400 000 touristes, doublant ainsi sa population, qui se voient proposer de plus en plus d’activités de loisirs et de découverte mettant en jeu le milieu marin et sa biodiversité et susceptibles de l’impacter.

La fibropapillomatose, maladie dite émergente qui serait liée à la dégradation du milieu marin est décelée sur les populations de tortues. Le premier cas a été observé en 2003 et 12% des populations suivies sont actuellement touchées.

Contribuer à l’amélioration des connaissances et à la prise en compte des tortues marines dans les activités humaines.

Avec l’appui d’experts l’association Evasion Tropicale a débuté les premiers recensements de tortues marines et des sites de ponte en 1995 tout autour de l’archipel de la Guadeloupe et participé à la création du Réseau Tortues Marines de Guadeloupe en 1998. Elle a participé à l’élaboration du programme de conservation traduit sous la forme d’un plan de restauration national en 2005 et en suit les axes et directives.

Elle mène actuellement les suivis sur les populations de tortues marines sur les sites de ponte de la côte sous le vent et sur deux sites d’alimentation de la baie de Malendure à Bouillante : évaluation des stocks, activités, comportements, mouvements, fidélité, évaluation des pressions et des solutions à mettre en œuvre…
Elle assure par ailleurs l’information et la sensibilisation du public avec notamment la conception en 2012 d’un livret pédagogique en direction du grand public et des scolaires.

L’association travaille depuis 2011 avec la municipalité de Bouillante sur le projet de création d’un centre de la mer, regroupant des informations (expositions, médiathèque) et des activités pédagogiques sur le milieu marin pour le public local, scolaire et touristique.

Le but de cette mission pour les volontaires Planète Urgence est donc d’assister l’équipe de recherche à la collecte d’informations permettant de suivre l’évolution de l’abondance des populations de tortues, la fidélité spatiale et temporelle, d’identifier les menaces et leur évolution et d’apporter les outils d’information et de sensibilisation pour une prise en compte des tortues marines dans nos activités humaines. Les données récoltées sont compilées et transmises à l’ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage), chargé du programme national de conservation, au besoin publiées, et adressées à toutes autres instances œuvrant pour la conservation.

La mission sera susceptible d’être adaptée aux conditions météo, à l’équipe de volontaires et aux besoins spécifiques. La période à laquelle les volontaires seront présents peut également avoir une influence sur l'organisation (lors des saisons de ponte des tortues par exemple).

Les volontaires mèneront les activités suivantes :

- Sites de ponte : participation le matin aux recensements des traces de tortues marines sur les plages de la côte sous le vent, nuits de surveillance des plages lors des montées des tortues, identification des individus par photo. L’équipe de recherche procède au baguage des tortues, à leur mesure et au prélèvement génétique pour identifier la population.

- Sites d’alimentation : mise en œuvre des parcours de suivis dits transects (l'un sur zone d’herbiers, l'autre sur zone de massifs coralliens) en palmes, masque et tuba : recensement des individus, identification individuelle par photo de la carapace, relevé des comportements et activités, relevé des pressions anthropiques (recensement des observateurs, de la fibropapillomatose…)

- Participation aux actions de sensibilisation à la prise en compte des tortues marines : aide à la création d’outils pour l’information du public, distribution outils pédagogiques etc…

Les données récoltées par les volontaires seront incrémentées sur base excel et fichiers photos. Elles permettront de déterminer les abondances et faciliteront l’analyse de l’évolution des populations avec les résultats des années précédentes.
Recherche des ré observations dans les catalogues d’identification.

Nom des bénéficiaires : Association Evasion Tropicale

Lieu de mission : Bouillante

Aéroport / Lieu d'arrivée : Pointe-a-pitre [le raizet]

Transfert sur le lieu de mission

Les volontaires seront accueillis à l’aéroport par un membre de l’association et le transfert jusqu’au lieu de mission se fera en voiture (1 heure environ). Durant la mission, les volontaires rallieront leur lieu de mission à pied (1 à 2 km).

Condition d'hébergement et d'intendance

Les volontaires logeront à terre, à 20 minutes de marche du local de l’association, dans une maison équipée de chambres collectives (hommes et femmes séparés), sanitaires et cuisine.

Moyens mis en œuvre

Les outils suivants seront mis à disposition des volontaires pour leur permettre de mener à bien leur mission :
- Sites d’alimentation : bouée de signalisation en surface, appareil photo, tablette de relevé des données, matériel informatique (ordinateur : tableur excel - word)
- Sites de ponte : tentes, lampes, appareil photo, informatique (excel – word)

Les volontaires doivent apporter le matériel suivant : palmes, masque, tuba.

Organisation

Ce planning est présenté à titre indicatif. Il sera susceptible d’être adapté à la période, aux conditions météo, à l’équipe de volontaires et aux besoins spécifiques.

Jour 1 : arrivée à l'aéroport - transfert (1h environ) - arrivée au logement.
Jour 2 : rencontre avec le partenaire - organisation du logement, des courses, etc - présentation de l'organisation et des objectifs spécifiques de la mission (sites d'alimentation et de ponte des tortues marines, présentation des journées de nettoyage et de sensibilisation).
Jour 3 : sorties terrain (présentation des sites de ponte, des sites d'alimentation et des tâches associées) - Présentation des bases de données - Présentation de l'organisation et du planning des tâches.
Jour 4 à 13 : mise en oeuvre des suivis
- tous les matins à 7h, 2 volontaires iront faire du comptage traces sur sites prioritaires à Bouillante et sur des autres sites au niveau de la côte sous le vent tous les 3 jours.
- transect sur les 2 sites d’alimentation le matin et l’après midi, par équipes de 2 (les premiers jours surtout entraînement).
- en cas de montée susceptible de tortue marine pour la ponte : nuit de surveillance pour les volontaires, repos le lendemain matin et un transect l’après midi.
- entrée des données chaque jour
- organisation et participation aux journées de nettoyage sensibilisation
Jour 14 : rangement du logement - bilan de la mission - départ

Deux jours de congés seront déterminés selon l’équipe de volontaires et les objectifs de la mission. Ils seront définis soit par tous les volontaires ensemble, soit par roulement.
Attention: Si le volontaire désire pratiquer des sports à sensation, interdits par le règlement de Planète Urgence dans le cadre de sa mission, il a la possibilité de rester quelques jours à l'issue de sa mission afin de s'y adonner.

Remarques

Les volontaires devront se munir de vêtements de pluie, chaussures légères de marche, tongs, chapeau, palmes masque et tuba.